Skip to main content

Poolers: Alignement intact après des séries au-delà des attentes à Ottawa

Aucun ajout majeur n'a été effectué par les Sénateurs, qui vont encore se battre pour une place en séries

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Les Sénateurs d'Ottawa ont surpris bien des observateurs le printemps dernier en atteignant la finale de l'Association de l'Est, où ils se sont inclinés en deuxième période de prolongation du match ultime contre les Penguins de Pittsburgh. Les Sénateurs semblent croire qu'il ne s'agissait pas d'une erreur de parcours, puisqu'ils n'ont apporté aucun changement important au cours de la saison morte. Ils ont perdu le défenseur Marc Methot dans le cadre du repêchage d'expansion, ce qui pourrait avoir une incidence négative sur le rendement de son partenaire à la ligne bleue, le joueur étoile Erik Karlsson. L'organisation compte sur l'arrivée de deux espoirs de premiers plans pour insuffler du dynamisme à une équipe qui a peiné à marquer des buts la saison dernière, mais les Sénateurs vont probablement encore une fois se battre pour une place de quatrième as donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Est.

Survol des Sénateurs pour les poolers:

Sous-évalué : Dion Phaneuf - Souvent critiqué pour son apport en attaque en raison de son salaire exorbitant, Phaneuf demeure un joueur qui rend de très fiers services aux poolers qui évoluent dans des ligues multicatégories. Rares sont les défenseurs qui affichent son niveau de robustesse tout en parvenant à récolter autant de points, surtout en avantage numérique. En fait, seuls lui et Dustin Byfuglien ont distribué au moins 130 mises en échec l'an dernier en plus de tirer au moins 150 fois, et de récolter 30 points, 15 points en avantage numérique et 100 minutes de punition. Phaneuf devrait encore être le deuxième défenseur le plus utilisé des Sénateurs en avantage numérique derrière Karlsson, ce qui va lui permettre d'au moins répéter ses statistiques offensives.

Surévalué : Cody Ceci - Le premier choix des Sénateurs en 2012 (15e au total) a constamment progressé depuis son arrivée dans les rangs professionnels, et les poolers étaient en droit de s'attendre à une première saison de plus de 30 points dans la LNH la saison, ce qui aurait fait de Ceci un choix relativement attrayant dans les pools multicatégories, en raison de sa contribution dans les colonnes des mises en échec et des tirs bloqués. Son rôle a toutefois pris une tangente résolument défensive sous les ordres du nouvel entraîneur Guy Boucher, et aucun autre arrière de l'équipe n'a amorcé ses présences dans sa zone aussi souvent que Ceci, l'an dernier, et il est également celui qui a affronté les meilleurs éléments adverses. Son temps de glace en avantage numérique est encore inférieur à une minute par match, et il est le joueur le plus utilisé des Sénateurs en désavantage numérique. Sans un temps de jeu accru sur le jeu de puissance et un peu plus de temps passé en zone adverse, il aura de la difficulté à répéter son sommet en carrière de 26 points, établi en 2015-16.

Carte cachée : Jean-Gabriel Pageau - Pageau semble toujours élever son jeu au moment le plus opportun, et il aura la chance de s'illustrer en début de saison avec l'absence de Derick Brassard, lui qui se remet d'une opération à l'épaule. Pageau pourra donc pivoter le deuxième trio pendant quelques semaines, en plus de prendre part à la deuxième vague du jeu de puissance. Pageau offre également une contribution étonnante dans plusieurs catégories périphériques, lui qui a terminé parmi les 30 premiers attaquants de la ligue l'an dernier au chapitre des mises en échec (161), des tirs bloqués (79) et du rendement dans le cercle des mises en jeu (54,8 pour cent). Une option pour les dernières rondes de votre repêchage.

31 en 31 Sénateurs: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Grands enjeux

Prêt à rebondir : Bobby Ryan - Ryan a connu une saison régulière de misère l'an dernier, la pire campagne de 82 matchs de sa carrière avec 13 buts, 25 points et 111 tirs. Il a admis lui-même avoir eu de la difficulté à s'adapter au système de Guy Boucher, mais il semble avoir apporté les ajustements nécessaires en séries éliminatoires. En effet, il a récolté 15 points (six buts, neuf passes) en 19 rencontres, jouant un rôle essentiel dans le parcours des siens dans le tournoi printanier. Il ne devrait avoir aucune difficulté à doubler sa récolte de la dernière saison, et même si une récolte de 50 points ne représente pas son potentiel, elle aura au moins le mérite de le remettre sur le radar des poolers.

Espoir à surveiller : Colin White - Le défenseur Thomas Chabot aurait également pu se retrouver dans cette catégorie, mais l'impact de White pour les poolers devrait être plus grand en 2017-18. White a décidé de mettre un terme à sa carrière universitaire après sa deuxième saison à Boston College, et après un match de saison régulière dans la LNH et trois dans la LAH, White a été rappelé par les Sénateurs pour leur parcours éliminatoire, prenant part à deux parties. La blessure de Brassard pourrait lui permettre d'entreprendre la saison au centre, mais il risque fort d'évoluer à l'aile pour sa première saison complète chez les professionnels. Il est autant en mesure de compléter les manœuvres de ses coéquipiers que de leur mettre la table, et il pourrait terminer sa saison recrue avec 20 buts et 20 passes.

Situation des gardiens : La saison 2016-17 a été éprouvante pour Craig Anderson sur le plan émotif avec le cancer que son épouse Nicholle a combattu, et vaincu, et c'est probablement ce qui rend les statistiques qu'il a affichées en saison régulière encore plus impressionnantes. Anderson a en effet connu l'une de ses meilleures saisons en carrière avec une moyenne de buts alloués de 2,28, un pourcentage d'arrêts de ,926 et cinq blanchissages, profitant notamment du système de jeu hermétique de Boucher. Il sera encore l'homme de confiance de Boucher devant le filet, mais son auxiliaire Mike Condon a démontré qu'il était capable d'assumer une charge de travail plus élevée qu'un adjoint ordinaire. C'est d'ailleurs pourquoi l'organisation lui a offert un contrat de trois ans d'une valeur de 7,2 millions $. Condon attend son tour en coulisses, et il représente une option intéressante comme troisième gardien puisque Anderson a souvent été aux prises avec des blessures au cours de sa carrière.

En voir plus