Skip to main content

Pierre-Olivier Joseph doit devenir plus fort

L'espoir des Coyotes à la ligne bleue est grand et possède une longue portée, mais il doit prendre de la masse avant d'atteindre la LNH

par Jerry Brown / Correspondant LNH.com

PEORIA, Arizona - Pour la plupart des gens, l'idée de pouvoir manger ce que l'on quand on veut sans gagner du poids est la définition du paradis sur terre.

Mais pour le défenseur Pierre-Olivier Joseph, sélectionné par les Coyotes de l'Arizona avec le 23e choix du repêchage 2017 de la LNH, c'est toutefois une source temporaire de frustration, mais une chose qui devrait se régler avec du temps et des visites plus fréquentes au gymnase.

Doté de la taille (6 pieds 2 pouces) et de la portée que les dépisteurs recherchent activement chez un défenseur, Joseph n'est pas un poids lourd, ne pesant que 162 livres, un chiffre qui s'avère difficile à augmenter, malgré son travail avec une nutritionniste dévouée, mais déconcertée.

« Je mange de tout. Je mange constamment, a affirmé Joseph avec un grand sourire. Ma nutritionniste me dit toujours, "Je ne peux pas croire que rien de ce que tu manges demeure dans ton corps." Elle est pas mal sidérée.

« Mais je crois que je dois être patient. Je n'ai que 17 ans et il me reste beaucoup de temps pour prendre de la masse et pour continuer à grandir. »

Les Coyotes sont prêts à être patients avec un joueur qui, à leur avis, a tous les outils nécessaires pour connaître une longue carrière dans la LNH.

Joseph ne s'attend pas à faire le saut du premier tour du repêchage à la LNH à temps plein, comme Jakob Chychrun l'a fait la saison dernière. L'Arizona affiche complet à la ligne bleue cette saison, et se satisfait d'ajouter un défenseur doué dans les deux sens de la patinoire à l'organisation.

« P-O a tout le talent du monde. Il n'y a pas de limites pour lui », a déclaré le directeur général adjoint des Coyotes Steve Sullivan. « Il n'y a vraiment pas de faiblesses dans son jeu. La seule chose dont il a besoin, c'est du temps, et nous n'allons pas faire pression sur lui.

« Avec les transactions que [les Coyotes] ont effectuées, nous espérons avoir solidifié notre brigade défensive pour un bon moment. Nous avons le luxe du temps, et il pourra retourner dans le junior et y jouer encore deux ans, prendre de la masse, de la force, et poursuivre sa progression. »

Joseph ne devrait pas devenir un grand producteur de points dans la LNH, lui qui a amassé 39 points (six buts, 33 passes) en 62 parties à sa deuxième saison avec Charlottetown dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. 

C'est son rendement en défensive qui a attiré l'attention des Coyotes.

« Comme défenseur, il possède la portée et la ténacité qui lui permettent de demeurer près de la rondelle jusqu'à ce que le jeu tourne en sa faveur, a expliqué le directeur du dépistage amateur Tim Bernhardt. Il sera important pour lui de devenir plus fort physiquement, mais il est un joueur qui doit simplement continuer à aller de l'avant et à ajouter des éléments à son jeu. »

Joseph est attiré par la passion et l'enthousiasme du défenseur des Predators de Nashville P.K. Subban, mais il modèle son jeu et son approche sur ceux de Marc-Edouard Vlasic des Sharks de San Jose. 

« Il suffit de regarder son sens du jeu, il est un joueur tellement intelligent avec et sans la rondelle, en plus d'être très efficace sur les unités spéciales, a mentionné Joseph en parlant de Vlasic. Il bouge ses pieds rapidement et il fait circuler la rondelle rapidement puisqu'il est capable d'anticiper le jeu. »

Joseph peut également miser sur un bon modèle à la maison. Son frère aîné Mathieu, âgé de 20 ans, a été sélectionné au quatrième tour (120e au total) par le Lightning de Tampa Bay au repêchage 2015 et espère se tailler une place dans la formation cette année. 

« Toute ma famille aime le sport et est très athlétique, a-t-il mentionné. Ma mère était une athlète, mon père a joué au hockey, et mon frère et moi étions sur des patins alors que nous n'avions que trois ou quatre ans. J'ai essayé le patinage artistique pour bien maîtriser mon coup de patin, mais j'ai réalisé assez rapidement que je voulais jouer au hockey. 

« Mathieu et moi nous parlons chaque jour à propos de ce que nous faisons, et nous nous encourageons mutuellement. Nous parlions d'évoluer tous les deux dans la LNH un jour et du sentiment qui y serait associé. Chaque jour qui passe nous rapproche de cet objectif. »

En voir plus