Skip to main content

Pierre-Luc Dubois veut donner raison aux Blue Jackets

Columbus a fait de l'attaquant québécois le troisième choix surprise au repêchage 2016 de la LNH

par Craig Merz / Correspondant NHL.com

COLUMBUS - Pierre-Luc Dubois, le troisième choix au total du repêchage 2016 de la LNH, a affirmé qu'il comparait son jeu à celui de l'attaquant Jamie Benn, des Stars de Dallas.

Mais lors du premier jour du camp de développement des Blue Jackets de Columbus, lundi, il a reconnu qu'il allait être l'objet de davantage de comparaisons avec le joueur sélectionné tout de suite après lui. 

Dubois, un attaquant de 18 ans qui jouait avec Cap-Breton dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec, a constitué un choix surprise pour plusieurs, vendredi, quand les Blue Jackets l'ont choisi à la place de l'attaquant finlandais Jesse Puljujarvi, que la plupart des observateurs projetaient comme faisant partie des trois premières sélections. 

Toutefois, Columbus a laissé glisser Puljujarvi au quatrième échelon, là où les Oilers d'Edmonton l'a sélectionné. Il en revient maintenant à Dubois de prouver que les Blue Jackets ont fait le bon choix au troisième rang. 

« Certaines personnes pourraient toujours nous lier l'un à l'autre, a dit Dubois. Pour moi, la façon dont je me suis comporté cette année est que vous ne pouvez pas vous comparer à personne d'autre. Vous êtes votre propre joueur. Ce n'est pas uniquement les statistiques. Ce sont les petits détails dans votre jeu. »

Dubois a admis avoir été pris par surprise quand il a entendu dire que Columbus allait le sélectionner avec le troisième choix. Il a également entendu des rumeurs comme quoi il pourrait être choisi aussi bas que le sixième échelon.

« Tout le monde parlait du fait que les deux finlandais sortiraient au deuxième et au troisième rang », a dit Dubois en se référant à Patrik Laine, qui s'est retrouvé chez les Jets de Winnipeg au deuxième rang suite à la sélection de l'américain Auston Matthews au tout premier échelon par les Maple Leafs de Toronto. « À long terme, je pense que je peux être l'un de ces gars au sein des trois premiers. 

 

« J'ai été un peu étonné au départ, mais la manière dont la saison s'est déroulée, je me suis amélioré de plus en plus. J'ai travaillé vraiment très fort. Je me suis renforci et je suis devenu plus rapide. Mon plafond est très, très haut. »

Dubois a terminé au troisième rang des marqueurs dans sa ligue avec 42 buts et 99 points et il est devenu le premier joueur de la LHJMQ depuis Sindey Crosby (Rimouski, 2005) à se voir octroyer la première place chez les patineurs ayant évolué en Amérique du Nord sur la liste du Bureau central de dépistage de la LNH. 

Sonny Milano, le choix de premier tour des Blue Jackets en 2014 (16e au total) a affirmé que Dubois n'avait pas à se soucier d'être comparé à Puljujarvi.

« J'ignore si la comparaison avec Puljujarvi sera présente durant toute sa carrière, a dit Milano. Je suis certain que cela va disparaître. Il ne peut pas se soucier de ces choses, honnêtement. 

« Le fait d'être un choix au repêchage élevé vous met beaucoup de pression sur les épaules. Ils s'attendent à ce que vous soyez un joueur un jour. Que ce soit en première ou en septième ronde, peu importe à quel point vous êtes bon, il faut vous mettre de la pression pour arriver à faire partie de l'équipe un jour. » 

Dubois a affirmé qu'une des raisons pour expliquer pourquoi il n'était pas classé parmi les trois premiers sur plusieurs tableaux de repêchage est le fait que son jeu a monté d'un cran en fin de saison, quand on l'a déplacé au poste de centre.

« Tout le monde a son opinion, a dit Dubois. Je suis davantage un joueur qui s'est développé sur le tard. Personne n'en savait beaucoup à mon sujet au début de l'année. À mesure que je me suis amélioré, tout au long de l'année, les gens ont commencé à porter davantage attention. 

« Je pense que le fait d'avoir joué au poste de centre a démontré une partie de mon jeu que personne ne soupçonnait. En plus, j'ai gagné 40 livres au cours des trois dernières années. J'ai grandi de trois pouces. Je deviens plus fort et plus rapide. »

Ces changements physiques ont modifié sa façon de jouer. 

« Auparavant, je jouais avec mon sens du hockey et je jouais avec mon intelligence, a dit Dubois. Dans les coins, je devais déjouer l'adversaire, démontrer de meilleures aptitudes. Depuis que j'ai grandi, je peux les déjouer et je peux également y arriver avec la force. Cela aide énormément. »

Dubois mesure 6 pieds 2 pouces et pèse 201 livres, et il souhaite ajouter cinq livres d'ici le camp d'entraînement des Blue Jackets, en septembre, en travaillant sous la tutelle de Mark Lambert, l'entraîneur au niveau musculation et conditionnement physique du Lightning de Tampa Bay, qui gère également les Centres de performance Axxeleration, à Montréal. 

Les Blue Jackets ont besoin d'un joueur de centre de premier trio, même si on s'attend à ce que Dubois retourne avec Cap-Breton en vue de la campagne 2016-17. Il sait qu'il y a une marche importante des rangs juniors à la LNH, mais il ne manque pas de confiance en sachant que présentement, il n'est pas loin. 

« Je peux jouer aux trois positions à l'attaque, a expliqué Dubois. Tout d'abord, je peux ajouter de la profondeur. À long terme, je pense que je peux être un talent de premier plan au sein de cette équipe. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.