Skip to main content

Penguins : Murray tente de «demeurer dans le moment»

Le gardien recrue de Pittsburgh démontre « une maturité étonnante pour son âge »

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

CRANBERRY TOWNSHIP, Pennsylvanie - Le gardien des Penguins de Pittsburgh n'a pas vraiment eu la chance de prendre une pause au cours du tourbillon des séries éliminatoires de la Coupe Stanley afin de tenter de comprendre comment il s'est retrouvé là où il est, aussi rapidement.

À ce moment-ci de la saison en 2014, Murray, un choix de troisième ronde des Penguins au repêchage de la LNH 2012, mettait un terme à sa carrière junior avec Sault Ste. Marie dans la Ligue de hockey de l'Ontario et passait chez les professionnels. Deux ans plus tard, à 10 jours de fêter ses 22 ans, il affronte le Lightning de Tampa Bay en finale de l'Association de l'Est et fait partie des discussions entourant les gagnants potentiels du trophée Conn Smythe dans l'éventualité où sa magie permettait aux Penguins de mettre la main sur la Coupe Stanley.

 

« À l'occasion, vous regardez en arrière et vous voyez ce que vous avez traversé pour atteindre ce point, mais ça n'arrive pas souvent, a expliqué Murray dimanche. Peut-être entre les séries ou au cours d'une journée de repos ou quelque chose comme ça, mais c'est très bref et très court. Vous voulez demeurer dans le moment, et vous cherchez seulement à vous améliorer chaque jour, et c'est ce que je tente de faire. »

Cette approche équilibrée a bien servi Murray jusqu'ici. Il s'agit de l'une des raisons pour lesquelles l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan a décidé de revenir avec lui à titre de gardien partant pour le match no 2 de la série quatre de sept qui aura lieu lundi au Consol Energy Center (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC).

Après la défaite de 3-1 des Penguins dans la première rencontre vendredi, des questions ont à nouveau été soulevées à savoir si Sullivan allait se tourner vers Marc-Andre Fleury, le vétéran gardien no 1 qui est maintenant en santé après s'être remis d'une commotion cérébrale qui l'a tenu à l'écart depuis le 31 mars. Bien que Sullivan ait jonglé avec différentes combinaisons de trios à l'entraînement dimanche, possiblement pour tenter de relancer Sidney Crosby et Evgeni Malkin, il n'a pas hésité à confirmer que Murray allait de nouveau obtenir le départ lundi.

« Il possède une maturité étonnante pour son âge, a souligné Sullivan. Je pense qu'il répond très bien à l'adversité. Il possède une très bonne éthique de travail et il se prépare très bien, ce qui le place en position de connaître du succès, lui qui est à la base un très bon gardien. Il a réalisé des arrêts opportuns tout au long des séries et au cours des matchs qui ont précédé les séries, ce qui a donné à notre équipe une chance de l'emporter. »

Sullivan, qui a été nommé entraîneur des Penguins le 12 décembre, a assuré avoir vu Murray « accomplir la même chose » lorsqu'il le dirigeait dans la Ligue américaine de hockey à Wilkes-Barre/Scranton au cours de la première moitié de la saison, et que son succès « n'était pas une surprise » pour lui. D'un autre côté, Tom Fitzgerald, qui était adjoint à l'ancien directeur général des Penguins Ray Shero lorsque Murray a été repêché et qui supervisait les opérations de Wilkes-Barre/Scranton lorsque Murray y a joué la saison dernière, admet que : « je vous mentirais si je vous disais que je m'attendais à ce qu'il soit aussi bon ».

Fitzgerald, qui est maintenant directeur général adjoint avec les Devils du New Jersey, a rappelé que Murray était en fait l'auxiliaire à Sault Ste. Marie derrière le choix de première ronde des Stars de Dallas en 2010 Jack Campbell pendant la deuxième moitié de la saison avant que les Penguins sélectionnent le cerbère de 6 pieds 4 pouces et 178 livres natif de Thunder Bay, en Ontario. Murray a été le 83e joueur et le 10e gardien repêché cette année-là.

Fitzgerald a donné crédit à l'entraîneur des gardiens des Penguins Mike Bales, qui était responsable du développement des gardiens de l'organisation à l'époque, pour son « importante influence dans la sélection de Matt en fonction de ce que nous avions observé ». Murray a disputé deux autres saisons avec Sault Ste. Marie avant de passer chez les professionnels, et la direction des Penguins se demandait si la meilleure décision ne serait pas de lui faire commencer la saison 2014-15 dans la LAH ou la ECHL avec Wheeling.

Avec Jeff Zaktoff qui devait être le gardien no 1 à Wilkes-Barre/Scranton, certains étaient inquiets que Murray ne puisse obtenir assez de temps de jeu là-bas.

« Ce qui s'est passé, c'est que Matt Murray s'est assuré que nous ne puissions pas le rétrograder, a expliqué Fitzgerald. Son jeu était trop bon. À partir de là, ce qu'il a accompli est incroyable. Il a été élu recrue de l'année, gardien de l'année et sur la première équipe d'étoiles. La seule chose qu'il n'a pas réussie, c'est de mettre la main sur le titre de joueur le plus utile, et il a été finaliste. »

Zatkoff, âgé de 28 ans, a finalement hérité du meilleur siège pour assister à la domination de Murray, qui a conservé une fiche de 25-10-3 avec une moyenne de buts alloués de 1,58, un pourcentage d'arrêts de ,941 et 12 blanchissages, un record de la LAH pour une recrue, la saison dernière. Murray a aussi établi un record de la LAH avec une séquence de 304:11 sans accorder de but, ce qui inclut quatre jeux blancs de suite.

« C'était fou, a admis Zatkoff. Ce qu'il est parvenu à faire était incroyable. Je joue depuis plusieurs années. Je n'avais jamais vu ça, et j'ai évolué avec de bons gardiens, notamment Martin Jones et Jonathan Bernier, pendant quelques années. Il s'agissait d'une situation parfaite, alors qu'il est arrivé au bon moment, et qu'il était au sommet de son art. Ce fut agréable à regarder. »

Murray a prouvé cette saison qu'il n'était pas un feu de paille d'un an. Après avoir maintenu un dossier de 9-2-1 avec une moyenne de buts alloués de 2,00, un pourcentage d'arrêts de ,930 et un blanchissage en 13 matchs de saison régulière avec les Penguins, il montre une fiche de 7-3 avec une moyenne de buts alloués de 2,15, un pourcentage d'arrêts de ,929 et un blanchissage en séries éliminatoires.

« Il possède beaucoup de maturité, a ajouté Zatkoff. En fin de compte, il pratique un sport dans lequel il est très à l'aise et il a connu du succès. Après quelques matchs, une fois que la rondelle est en jeu, il s'agit simplement d'une autre partie, et il est à l'aise dans cette situation et il croit en lui, et cette confiance n'a pas seulement été mise en évidence en saison régulière, mais aussi en séries. »

 

En voir plus