Skip to main content

Patrik Berglund a retrouvé ses repères pour les Blues

L'attaquant a connu son meilleur match de la série face aux Predators vendredi

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

ST. LOUIS - L'entraîneur des Blues de St. Louis Mike Yeo n'a pas caché son mécontentement à l'égard du rendement du joueur de centre Patrik Berglund, mais il savait également qu'il devait faire sa part pour l'aider à retrouver ses repères.

Yeo l'a fait avant le cinquième match de la série de deuxième ronde dans l'Ouest face aux Predators de Nashville, en le plaçant au centre d'un trio complété par Dmitrij Jaskin et Vladimir Sobotka et en regardant l'étincelle prendre vie.

Le trio a été le meilleur des Blues en possession de rondelle, a marqué le premier but du match - celui de Jaskin - et a physiquement dominé les Predators le long des rampes et devant le filet.

C'était tout ce dont les Blues avaient besoin dans une victoire de 2-1 vendredi qui leur a permis de forcer la tenue d'un sixième match à Nashville dimanche (15h HE; NBC, SN, TVA Sports), alors qu'ils feront encore face à l'élimination. Les Blues tirent de l'arrière 3-2 dans la série.

 

« C'est très encourageant, a expliqué Yeo samedi dans le cinquième match. Il a levé son jeu d'un cran dans le quatrième match. J'ai vu des bons signes dans son jeu. C'était le Patrik Berglund que nous connaissons et qui est si important pour notre équipe. Il a fait beaucoup de bonnes choses défensivement et il a été très présent physiquement.

« Vous voyez son gabarit, quand il impose le rythme aux autres, il est dur à affronter. »

Berglund se fait facilement remarquer à 6 pieds 4 et 223 livres, mais il n'a pas été très visible lors des trois premiers matchs de la série.

Lundi après-midi, une journée après que les Blues eurent perdu 3-1 dans le troisième match, Yeo s'est fait questionner au sujet du rendement de Berglund et de son compagnon de trio David Perron.

« Nous avons besoin d'eux, ça ne fait aucun doute, avait répondu Yeo. Je crois qu'ils peuvent jouer un grand rôle dans cette série. »

Le jour suivant après l'entraînement matinal précédent le match no 4, Berglund était assis à son casier, la sueur perlant sur son visage, et il a reconnu que les propos de son entraîneur étaient vrais.

« C'est quelque chose que vous n'avez pas besoin de souligner, avait-t-il dit. Vous savez quand vous jouez bien et quand vous ne le faites pas. Ce n'est pas nouveau pour moi. C'est comme ça. »

Mais Yeo a aussi pris sa part de responsabilités et a promis d'aider Berglund et Perron à redevenir les joueurs qu'ils sont.

« Nous ne voulons pas simplement demander aux joueurs de mieux jouer, avait-il déclaré. C'est une chose de faire ça, ç'en est une autre de leur demander de le faire et de les aider à le faire. »

Berglund a disputé le quatrième match, une défaite de 2-1 des Blues, avec Perron et Magnus Paajarvi et a décoché deux tirs au but et effectué trois mises en échec avec un temps de jeu réduit.

Forcé de jongler avec ses trios pour le cinquième match en raison de la perte de l'attaquant Alexander Steen, Yeo a semblé trouver la solution magique en Berglund, Sobotka et Jaskin, qui a remplacé Steen dans la formation.

Les Blues ont contrôlé 65 pour cent des tentatives de tirs non-bloqués et 70 pour cent des tirs au but à cinq contre cinq quand Berglund était sur la patinoire, selon naturalstattrick.com.

Jaskin a enregistré huit tirs au but, un sommet dans le match, et a ouvert la marque, mais il semble que Sobotka et Berglund ont été les bougies d'allumage.

« Il joue avec beaucoup de calme donc c'est facile de trouver les espaces pour recevoir la rondelle, a dit Berglund samedi. Il n'est pas très gros, mais il est très physique et fort et il a un bon sens du hockey. Il est donc un très bon joueur. »

Berglund a admis qu'il y avait un obstacle mental à surmonter pour passer de sa performance des trois premiers matchs à celle des deux derniers. Il devra refaire le coup lors de la sixième rencontre pour forcer la tenue d'un match ultime.

« En séries, il faut oublier le négatif rapidement, sinon ça vous affecte, a expliqué Berglund. Nous regardons évidemment les aspects problématiques pour s'améliorer, mais il ne faut pas y penser trop longtemps.

« Il faut le mettre derrière nous et continuer d'avancer et c'est ce que nous faisons. »

En voir plus