Skip to main content

La Classique hivernale sera formidable, dit Kane

L'attaquant des Blackhawks entamera le match contre les Bruins après avoir amassé au moins un point dans sept matchs consécutifs

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

SOUTH BEND, Indiana - Quand Patrick Kane était à l'école secondaire, il a reçu un appel de l'entraîneur Jeff Jackson du programme de hockey de l'université Notre Dame.

« L'une de ses premières questions a été "As-tu de bonnes notes?", s'est remémoré Kane. À ce moment-là, j'ai su que je n'allais probablement pas jouer pour Notre Dame. »

Kane a rigolé en évoquant ce souvenir, lundi.

À LIRE AUSSI : Après la pluie, le beau temps?Deux vedettes, un respect mutuelBergeron heureux d'être de retour en santé

Il n'a pas été à l'université. Mais il était un étudiant rigoureux du hockey et un joueur de premier plan, et il jouera à l'université Notre Dame quand les Blackhawks de Chicago affronteront les Bruins de Boston dans le cadre de la Classique hivernale Bridgestone 2019 de la LNH mardi (13 h HE, NBC, SN, TVA Sports).

Voyez-vous, son prénom est Patrick, sa famille est en grande partie d'origine irlandaise et il a grandi dans un quartier irlandais dans le sud de Buffalo. Même s'il n'était pas un partisan de Notre Dame, il a grandi avec des gens qui portaient fièrement les couleurs de Notre Dame et qui avaient l'habitude de se rendre à South Bend pour voir les Fighting Irish jouer au football.

Il est déjà l'un des plus grands joueurs américains de l'histoire de la LNH, peut-être le plus grand. Parmi ses exploits, il est le seul joueur né aux États-Unis à avoir gagné le trophée Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe dans la LNH, et le trophée Art Ross, remis au meilleur marqueur de la Ligue.

Voilà maintenant qu'il jouera au Notre Dame Stadium, domicile de l'équipe de football des Fighting Irish et l'un des stades de sport les plus mythiques des États-Unis, peut-être le plus mythique.

« C'est un grand événement, c'est incroyable », a affirmé Kane, qui portait un chapeau et un chandail des Blackhawks avec le logo en forme de trèfle de la Classique hivernale 2019. « On dirait bien qu'il y aura une bonne foule demain et beaucoup de partisans dans les estrades. J'ai entendu dire qu'ils seront plus de 70 000, ce qui est formidable.

« Et en plus, c'est à Notre Dame. Comment ne pas être fébrile? »

En plus de tout ça, il est au sommet de son art.

Kane, âgé de 30 ans, a amassé 50 points (22 buts, 28 passes) en 40 matchs, dont 13 points (sept buts, six aides) au cours de son actuelle séquence de sept matchs avec au moins un point. C'est l'une des raisons qui expliquent le dossier de 5-1-0 des Blackhawks lors des six dernières rencontres. L'attaquant a été nommé la première étoile de la semaine dans la LNH, lundi.

Il amasse en moyenne 0,55 but, 0,70 mention d'aide et 1,25 point par match. Quand il a remporté le Hart et le Art Ross en 2015-16, il affichait une moyenne de 0,56 but, de 0,73 passe et de 1,29 point par partie, établissant des sommets en carrière au chapitre des buts (46), des mentions d'aide (60) et des points (106).

« Il continue de repousser ses limites, et quand je dis ça, je veux dire qu'il ajoute toujours une nouvelle dimension à son jeu année après année », a déclaré le directeur général des Blackhawks Stan Bowman. « Je pense que c'est ce qui fait de lui un joueur si spécial.

« Tu regardes ailleurs dans la Ligue, et les joueurs élites semblent toujours trouver une façon d'élever leur jeu d'un cran, et même s'ils sont très bons, ils arrivent l'année d'après et ajoutent un élément supplémentaire à leur jeu.

« Dans le cas de Patrick, c'est un joueur créatif offensivement. Il crée des jeux. Il marque des buts. Il trouve des façons de le faire, peu importe ses coéquipiers ou ses adversaires. Il est une menace sur la glace. »

Video: CHI@COL: Toews rejoint Kane en prolongation

Kane a participé à cinq matchs extérieurs dans la LNH, à égalité avec sept autres joueurs pour le record, dont ses coéquipiers Duncan Keith, Brent Seabrook et Jonathan Toews. Il a amassé trois points (un but, deux passes), alors que les Blackhawks ont montré un dossier de 1-4-0.

Cela dit, il a mentionné qu'on ne se tanne pas de ce genre d'événement, surtout dans de telles circonstances.

« Ça te donne une raison d'être fébrile, a-t-il dit. Je pense que c'est toujours un peu plus spécial le 1er janvier, et quand tu ajoutes les Bruins de Boston et les Blackhawks de Chicago, deux équipes originales, et que c'est ici à Notre Dame… Je ne pense pas que ça puisse être mieux. »

Les Blackhawks ont tenu une partie de leur camp d'entraînement à Notre Dame en 2013, 2014, 2015 et 2017. Le 19 septembre 2015, Kane a eu la chance d'être assis sur le terrain derrière la zone de touchés pour voir les Fighting Irish vaincre Georgia Tech 30-22.

Jamais il n'aurait pensé qu'il marcherait parmi les partisans de la bibliothèque Hesburgh jusqu'au Notre Dame Stadium comme les Fighting Irish le fond lors des jours de match. Ou qu'il entrerait par l'entrée Knute Rockne, qu'il enfilerait son uniforme dans le vestiaire de l'équipe et qu'il marcherait sous le panneau qui dit « JOUEZ COMME UN CHAMPION AUJOURD'HUI. » Ou encore qu'il pratiquerait son sport sur ce terrain devant une foule aussi énorme.

« C'est Notre Dame, a dit Kane. Il y a tellement d'histoire. On pense aux camps d'entraînement que nous avons tenus ici et moi, je pense au film Rudy que je regardais tout le temps. Il y a des scènes incroyables. C'est donc formidable de se dire qu'on va jouer au hockey ici. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.