Skip to main content

Patrick Kane mène la course pour le trophée Hart

Le meilleur marqueur de la ligue entend mener Chicago loin lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

Les Blackhawks de Chicago seraient en voie de participer pour la huitième fois consécutive aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley si l'attaquant Patrick Kane produisait au même rythme que lors des trois dernières années. Or, le rendement de Kane est environ 25 pour cent supérieur cette saison et c'est la raison principale pour laquelle les Blackhawks ont une chance légitime de terminer au premier rang de la section Centrale et de l'Association de l'Ouest.

Kane est le meilleur joueur de la LNH cette année et c'est pourquoi il est le favori pour mettre la main sur le trophée Hart à moins d'un mois du début des séries printanières.

« Cette année, il a élevé son niveau de jeu d'un cran et il est dominant tous les soirs », a déclaré Stan Bowman, le DG des Blackhawks, lundi lors de la rencontre des directeurs généraux de la LNH à Boca Raton, en Floride.

Avant le match de lundi, Kane dominait le circuit avec 89 points, un sommet personnel, et il avait participé à 45,8 pour cent des 194 buts de Chicago cette saison. Il compte en moyenne 1,29 point par partie, comparativement à 1,06 lors des trois campagnes précédentes. Il a récolté au moins un point dans 55 des 69 rencontres des siens et avant la semaine dernière, il n'avait jamais été blanchi lors de deux parties d'affilée.

Il est en voie de connaître une saison de 105 points, ce qui serait un sommet pour un lauréat du trophée Hart depuis les 109 points d'Evgeni Malkin en 2011-2012.

De plus, Kane a déjà établi des marques personnelles avec 38 buts, 15 buts en avantage numérique et sept buts gagnants.

Sa production est primordiale pour les Blackhawks, car certains joueurs, comme Jonathan Toews et Marian Hossa qui montrent des moyennes de point par match nettement inférieures à leur rendement habituel, ne contribuent pas autant que prévu à l'attaque.

Un des principaux facteurs qui expliquent les succès de Kane est la chimie qu'il a développée avec Artemi Panarin, le favori dans la course au trophée Calder, et le centre Artem Anisimov. Ce trio évolue ensemble depuis le début de la saison.

« Il n'a jamais eu une telle chimie avant, a affirmé Bowman. Dans les dernières années, on a essayé de lui trouver les bons compagnons de trio et on n'a jamais obtenu de résultats comme ceux de cette saison. C'est le principal élément. C'est comme s'il jouait avec eux depuis cinq ans, mais c'est nouveau de cette année. »

Kane a vite montré ses couleurs avec une série de 26 matchs avec au moins un point qui a duré du 17 octobre au 13 décembre. Il a participé à 40 des 75 buts de Chicago pendant cette séquence et il en a marqué 16 lui-même. Les Blackhawks ont conservé une fiche de 15-7-4 durant cette période.

« Il a transporté notre équipe, surtout dans la première moitié de la campagne, a ajouté Bowman. On avait quelques nouveaux joueurs et on essayait de trouver les bonnes combinaisons. Dans tout ce tumulte, il se surpassait chaque soir, il provoquait des choses et il a transporté notre équipe jusqu'à ce que tous les morceaux tombent en place. Sans lui, on ne serait pas là où on est aujourd'hui. Il a permis à notre équipe de se redresser en faisant presque tout à lui seul. »

FINALISTES

Patrice Bergeron, Bruins de Boston - L'un des éternels favoris au trophée Selke reçoit enfin tout le mérite qui lui est dû en étant considéré pour le trophée Hart. Sans Bergeron cette année, Brad Marchand n'aurait probablement pas connu la meilleure saison de sa carrière et les Bruins ne lutteraient pas pour le titre de la section Atlantique. Ils seraient peut-être même exclus des séries éliminatoires sans Bergeron, qui a gagné le trophée Selke deux années de suite et trois fois lors des quatre dernières.

Bergeron a amassé ses meilleures statistiques traditionnelles depuis 2005-2006. Il a inscrit 28 buts et 61 points en 68 rencontres. Il avait récolté 31 buts et 73 points en 81 parties il y a 10 ans.

Or, ce qui est le plus remarquable, ce sont les chiffres qui témoignent de l'importance de Bergeron pour Boston.

Seize de ses buts ont permis aux siens de prendre les devants et huit ont été les premiers marqués dans un match. Marchand, le plus fidèle compagnon de trio de Bergeron, a compté 34 buts, un sommet en carrière. Bergeron mène les Bruins pour le pourcentage de tentatives de tirs (54,5 pour cent), et ce, même s'il est deuxième parmi les attaquants de la LNH pour les mises en jeu en zone défensive (414).

Joe Thornton, Sharks de San Jose - Il a 36 ans, mais il utilise son imposant gabarit pour s'imposer en possession de la rondelle et ainsi permettre aux Sharks de lutter pour une place en séries éliminatoires.

Thornton est en voie de connaître une saison de 80 points, ce qui serait sa meilleure campagne depuis qu'il a accumulé 89 points en 2009-2010. Il occupe le deuxième rang derrière Kane chez les attaquants avec 50 aides et ses 66 points lui permettent de partager le septième rang du circuit à ce chapitre. Il est aussi le meilleur marqueur des Sharks, qui comptent également sur Joe Pavelski, un autre aspirant au trophée Hart avec ses 32 buts.

Cependant, Thornton devance Pavelski en raison de son efficacité lors des 39 dernières parties. Il a obtenu au moins un point dans 34 de ces matchs, pour un total de 50 points au cours de cette période. Les Sharks ont conservé un dossier de 24-10-5 pendant cette séquence. Lors de leurs 29 premiers matchs, Thornton n'a amassé que 16 points et ils ont montré une fiche de 14-14-1.

Sa résurgence explique en grande partie pourquoi les Sharks sont en bonne position pour participer aux séries après les avoir ratées l'an dernier. Avec un peu de chance, ils pourraient même terminer au sommet de la section Pacifique.

AUSSI DANS LA COURSE : Nicklas Backstrom, Capitals de Washington; Jamie Benn, Stars de Dallas; Joe Pavelski, Sharks de San Jose 

En voir plus