Skip to main content

Patrice Bergeron, des Bruins, r?ve d?j? d'une autre Coupe Stanley

LNH.com @NHL

QUÉBEC - L'attaquant des Bruins de Boston, Patrice Bergeron, rêve déjà d'une autre coupe Stanley.

C'est ce qu'il a confié en point de presse en Juillet, à Québec, après avoir annoncé la venue du célèbre trophée dans la Vieille-Capitale, sa ville d'origine.

À un point culminant de sa carrière à seulement 26 ans, Patrice Bergeron soutient avoir encore d'autres espoirs, même après avoir remporté l'or aux Olympiques, les championnats junior et senior, ainsi que la consécration suprême de la Ligue nationale. Et pourquoi pas une autre coupe?

«Revivre la célébrité, remporter la Coupe Stanley, une fois que y goûtes, tu as le goût de le refaire, a-t-il dit en marge de la conférence de presse à l'hôtel de ville de Québec. Pour moi, c'est vraiment ce désir-là de repartager (cette expérience) avec mes coéquipiers, ma famille, etc.»

Il aimerait bien d'ailleurs renouveler l'exploit avec ses camarades actuels, voire, faire toute sa carrière dans la même équipe.

«Après avoir gagné la Coupe Stanley, c'est dur de dire non! a-t-il déclaré pendant la conférence de presse. J'ai une très belle relation avec l'organisation, c'est elle qui a cru en moi. Mon rôle s'est accru dans l'organisation. Évidemment, je suis très heureux à Boston, j'adore la ville et mes coéquipiers.»

Assis à ses côtés, le maire de Québec, Régis Labeaume, n'a pu s'empêcher alors de faire remarquer, à la blague, que le contrat de l'attaquant venait à échéance dans trois ans, juste à temps pour être recruté par une éventuelle nouvelle équipe de Québec.

Bergeron est déjà un des 25 membres du club sélect des Triple Gold, une distinction accordée par la Fédération internationale de hockey sur glace à ceux qui ont remporté les plus grands honneurs à la fois aux Olympiades, aux championnats du monde et aux séries de la LNH.

«Je n'étais pas au courant, avant de remporter la Coupe, que j'allais être membre, c'est un bel honneur, c'est assez exceptionnel, je suis très heureux, très honoré», a-t-il dit, en précisant qu'il venait de recevoir sa décoration, «une espèce d'épinglette sur laquelle est inscrit `Triple Gold Club' et le numéro 25».

Il a admis qu'il est davantage sollicité depuis qu'il a remporté la Coupe, mais il affirme qu'il arrive à composer avec cet engouement. Il s'en passerait parfois et retomberait volontiers dans l'anonymat.

«Dernièrement, il y a eu plus de sollicitations, mais ça va retomber. Autrement, ma vie reste la même, le même entraînement, etc. Être simplement un joueur de la Ligue nationale sans me faire reconnaître, ça me conviendrait aussi, mais les gens sont respectueux quand ils m'abordent. Les Québécois sont reconnus pour ça, ils sont bien gentils.»

Bergeron a dit qu'en amenant la Coupe à Québec, il réalise une promesse qu'il s'était fait sur la patinoire à Vancouver en finale. Il réalise aussi «un rêve d'enfance».

Labeaume n'a que de bons mots pour ce fils de sa ville, qui joué l'essentiel de son hockey mineur dans des équipes de Sillery, une des cités aujourd'hui intégrées à la Vieille-Capitale.

«J'ai beaucoup d'estime pour Patrice Bergeron, a-t-il dit en conférence de presse. Il est un beau modèle pour notre jeunesse. Le terme force tranquille lui sied parfaitement. C'est un gagnant qui, au lieu de parler, travaille et réussit.»

En voir plus