Skip to main content

Pascal Laberge se fait les dents chez les pros

L'attaquant québécois a joint les rangs de l'équipe-école des Flyers dans la LAH

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Pascal Laberge saisit à deux mains l'occasion que les Flyers de Philadelphie lui offrent de se faire les dents dans le hockey professionnel.

À la suite de l'élimination des Remparts de Québec, dans la LHJMQ, l'attaquant âgé de 20 ans a fait ses débuts dans la Ligue américaine de hockey (LAH), le 13 avril. Il a rejoué le lendemain à l'occasion du dernier match des Phantoms de Lehigh Valley en saison régulière. Il n'a pas obtenu de point.

« J'ai été content de recevoir l'appel des Flyers », mentionne Laberge en entrevue à LNH.com. « J'ai eu la chance de jouer deux matchs avec les Phantoms, le premier dans le premier trio et le deuxième dans le deuxième trio, tout en ayant un peu de temps de jeu en supériorité numérique. Ç'a été ben le 'fun'. »

À LIRE : Repêchage simulé : Dahlin sera réclamé au premier rang par les Sabres | Des leçons en banque pour Antoine Morand

Depuis ce temps, le patineur natif de Châteauguay, sur la rive-sud de Montréal, qui a été le premier des deux choix de deuxième tour des Flyers en 2016 (no 36), est comme une véritable éponge comme témoin privilégié du parcours des Phantoms en séries éliminatoires.

Le club-école des Flyers a écarté de son chemin les Bruins de Providence en quatre matchs d'une série trois de cinq au premier tour. Les Phantoms vont affronter les Checkers de Charlotte en finale de la section Atlantique dans une série quatre de sept, à compter de vendredi, chez eux à Allentown.

Laberge a retrouvé plusieurs Québécois au sein des Phantoms - les attaquants Nicolas Aubé-Kubel et Danick Martel ainsi que les défenseurs Maxim Lamarche et Samuel Morin, qui se rapprocherait incidemment d'un retour au jeu.

Il s'entraîne avec l'équipe en espérant avoir la chance de faire ses débuts en séries. Il fait partie du trio de réservistes à l'attaque. Au cours des derniers jours, il a remplacé un joueur blessé au sein d'une des quatre unités.

« L'entraîneur (Scott Gordon) ne m'a rien dit, mais je sais ce que j'ai à faire. Je dois être prêt au cas où », dit-il.

Motivation retrouvée

Laberge revient de loin cette saison. Il a retrouvé sa motivation et le plaisir de jouer, après avoir broyé du noir avant les Fêtes comme membre des Tigres de Victoriaville.

« J'ai connu un creux de vague, mais ça n'a rien à voir avec les Tigres, assure-t-il. C'est carrément moi. Je n'ai jamais rien fait d'autre que jouer au hockey, mais j'imagine que ça doit arriver à des employés d'être moins motivés ou d'avoir moins le goût de rentrer au travail. Ç'a été mon cas pour une raison inexplicable et inexpliquée. »

La transaction qui l'a envoyé des Tigres, pour lesquels il a porté les couleurs pendant l'équivalent de trois saisons, aux Remparts pendant la période des Fêtes allait marquer un tournant pour lui. Il a terminé en force chez les juniors, avec une récolte de 27 points à ses 33 derniers matchs en saison régulière, avant d'ajouter cinq points en sept matchs en séries.

« Quand j'ai été échangé, ç'a donné un 'boost' d'énergie à ma saison et à ma carrière », admet-il.

Il faut dire que Laberge a été éprouvé par plusieurs épreuves depuis qu'il a été le deuxième joueur réclamé de la séance de repêchage 2014 de la LHJMQ.

À sa saison de repêchage dans la LNH, ses parents ont été aux prises avec de graves problèmes de santé, puis il y a eu le décès de la conjointe de son père. Quelques mois après avoir été repêché par les Flyers, Laberge a été victime d'une grave commotion cérébrale pendant un match. Il a mis du temps avant de s'en remettre.

« Je ne sais pas si c'est toute la charge émotive des dernières années qui m'a rattrapé. C'est dur à dire, répond-il à la question. Je suis simplement content que ce soit chose du passé. Toute cette adversité ne peut que m'être bénéfique pour l'avenir. Il y a des gars qui n'ont jamais rien vécu qui frappent le mur en arrivant chez les professionnels. Moi j'ai frappé quelques murs et je serai prêt pour le hockey pro. »

Les Flyers ont en tout cas jugé qu'il était prêt à s'y tremper les pieds et Laberge s'est présenté chez les Phantoms gonflé à bloc.

« J'ai pu apprécier la différence entre les deux calibres de jeu, explique-t-il. Tout est plus rapide dans la Ligue américaine, mais tout est plus simple à la fois. Les gars sont tous aux bons endroits et tu reçois la rondelle dès que tu es libre. Ça paraît que tu ne joues plus avec des jeunes de 16 ans, mais avec des adultes. Quand ils te donnent des conseils, tu les écoutes.

« Je suis l'élève qui apprend des pros. J'estime avoir déjà une assez bonne routine, mais c'est le 'fun' de voir des gars plus âgés s'attarder au moindre détail. Ce sont de bons modèles pour moi. »

Laberge a dit avoir déjà hâte à cet été parce qu'il envisage de prendre les bouchées doubles à l'entraînement.

« Mon objectif sera de mériter un poste chez les Flyers au camp d'entraînement. On ne sait jamais, je pourrais causer une surprise. J'aurai en tête en tout cas de faire ma place. Si ça ne fonctionne pas, je jouerai pour les Phantoms. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.