Skip to main content

Pas de panique chez les Kings

Los Angeles s'inspire de sa remontée historique d'il y a deux ans contre les mêmes Sharks

par Abbey Mastracco / Correspondante NHL.com

EL SEGUNDO, Californie - Darryl Sutter avait le sentiment que tout le monde voudrait lui parler du jeu de puissance des Sharks de San Jose, jeudi. L'entraîneur des Kings de Los Angeles avait vu juste.

Au lendemain du quatrième match de la série, au cours duquel les Sharks ont inscrit trois buts en supériorité numérique, l'attaque massive des Sharks s'est retrouvée au centre des discussions.

 

Mais ça n'aurait pas dû être le cas, d'après les Kings, qui estiment qu'on devrait mettre l'accent sur la qualité du jeu à égalité numérique et combien les deux équipes sont nez à nez.

 

Cela dit, l'aspect important pour Los Angeles dans le cinquième match au Staples Center vendredi (22h30 HE; TVA Sports, CNBC, CBC, PRIME, CSN-CA) sera de rester éloigné du banc des pénalités, ce qui a été plus facile qu'à faire jusqu'à maintenant.

 

« Chacun doit respecter le rôle qui est le sien, a mentionné l'attaquant des Kings Marian Gaborik. Nous avons marqué à cinq-contre-cinq et ils ont obtenu trois buts en supériorité numérique. La logique veut donc que nous n'écopions pas de pénalités. »

 

Il est arrivé à quelques reprises que les Kings n'aient eu d'autre choix que d'écoper de pénalités afin de soutenir l'échec-avant ou la forte pression des Sharks. Le problème, ce sont les trop nombreuses pénalités inutiles qu'ils ont obtenues.

 

Les Kings ont cédé 10 buts jusqu'à maintenant, la moitié en infériorité numérique.

 

"Il y a toujours des pénalités plus acceptables que d'autres, a souligné l'attaquant des Kings Vincent Lecavalier. Les pénalités pour avoir fait trébucher ou pour avoir accroché ne sont jamais de bonnes pénalités. Mais parfois une pénalité vous permet d'éviter un but et, dans ce temps-là, c'est une bonne pénalité. 

 

« Peu importe, l'objectif est toujours d'éviter les pénalités, a-t-il enchaîné.. Les Sharks possèdent un bon jeu de puissance et nous devons le maîtriser. Et quand nous aurons des occasions en supériorité, il faudra les saisir. »

 

Les Kings n'ont tenu aucun exercice d'unités spéciales sur la glace jeudi pour la simple raison qu'ils ne se sont même pas entraînés. Ils se sont plutôt déliés les muscles en salle pendant que quelques réservistes ont chaussé les patins. Le défenseur blessé Alec Martinez n'était pas du groupe.

 

Chez les Kings, on assure qu'il n'y a pas lieu de céder à la panique en raison du jeu de puissance des Sharks ou leur retard de 3-1 dans la série. Ils ont vu pire en 2014 en effaçant un retard de 3-0 contre ces mêmes Sharks.

 

Dans le moment, ils se concentrent uniquement à remporter le prochain match. Ils verront pour la suite des choses par après.

 

« La situation était totalement différente en 2014 et c'était 3-0, pas 3-1, et nous avions le sentiment d'avoir mérité de gagner le troisième match de la série, a noté Sutter. Nous n'envisagions pas la situation comme il nous faut coller quatre victoires de suite, et c'est la même chose cette année. Vous ne pouvez pas en gagnez trois d'un coup. Vous devez gagnez le match suivant. Et ça se passe vendredi…

 

« Je préférerais que nous soyions en avant 3-1 plutôt qu'en retard 3-0. Vous ne voulez pas jouer avec votre destin », a conclu l'entraîneur.

En voir plus