Skip to main content

Parenteau sera jumelé à Gaudreau dans le match no 3

L'entraîneur des Predators Peter Laviolette va miser sur PA Parenteau afin de créer plus d'attaque dans le match no 3 de la Finale contre les Penguins

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE - Les Predators de Nashville vont avoir leur « French Connection » à l'attaque, samedi. Enfin presque, aux deux tiers. Le vétéran ailier droit Pierre-Alexandre Parenteau va faire ses débuts en Finale de la Coupe Stanley et il va évoluer au sein du trio du jeune Frédérick Gaudreau pour le troisième match de la série contre les Penguins de Pittsburgh, samedi (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN).

Les Predators tirent de l'arrière 2-0 dans la série.

Gaudreau, qui a joué à l'aile depuis le début de la Finale, va pivoter l'unité qui sera complétée par l'ailier gauche Harry Zolnierczyk, originaire de Toronto.

« J'ai hâte de participer au match. J'ai patienté pour avoir ma chance, a affirmé Parenteau. J'ai essayé de rester en forme le plus que je peux. Je ne devrais pas être trop rouillé. »

Le hockeyeur âgé de 34 ans va faire ses débuts en carrière en Finale de la Coupe Stanley, à son 19e match en séries éliminatoires. 

L'entraîneur Peter Laviolette avait dit souhaiter un déblocage à l'attaque de ses troupiers. Parenteau et Zolnierczyk, qui disputera également un premier match en Finale, vont remplacer le robuste Cody McLeod et Vernon Fiddler.

« L'entraîneur a dit s'attendre à ce que j'apporte ma touche à l'attaque. Il veut avoir quatre trios plus équilibrés », a dit Parenteau, qui est natif de Gatineau.

Gaudreau, qui est de 10 ans le cadet de Parenteau, avait bien hâte de jouer en sa compagnie.

« Ça va parler français c'est sûr sur la glace, a lancé "Freddy Hockey". P.-A. est tout un joueur de hockey. Il a beaucoup de talent, c'est un naturel. Il a des mains agiles, il possède toutes les aptitudes. Avec notre autre compagnon, ça va être un trio le "fun". »

Gaudreau, né à Bromont en Estrie, voue beaucoup de respect à l'endroit de Parenteau qui l'a aidé à s'intégrer au groupe à son arrivée.

« Tout le monde a été gentil avec moi, mais il y a toujours un lien spécial entre joueurs québécois. Tu te sens davantage à la maison quand tu côtoies des Québécois. »

Parenteau a dit qu'il sait que les Predators ne peuvent pas se permettre de perdre la rencontre. Il s'est dit persuadé que l'équipe puisse revenir dans la série.

 « Nous n'avons pas joué du mauvais hockey depuis le début de la Finale. Nous devons créer plus de circulation devant Matt Murray. On lui rend la tâche un peu trop facile. Nous étions plus actifs devant le filet adverse vers la fin de la saison régulière et en séries. Si on recommence à l'être, on va finir par le percer. »

Acquis des Devils du New Jersey pour un choix de sixième tour à la date limite des transactions, le 1er mars, Parenteau en sera à son quatrième match en séries avec Predators. Il a pris part à un match de chacune des trois premières séries. Il n'a pas amassé de point.

Dans le camp des Penguins, l'entraîneur Mike Sullivan n'a pas voulu dire si le joueur de centre Nick Bonino sera de la partie. Bonino a terminé le match no 2 même s'il a dû s'absenter après avoir bloqué un tir en première période. Atteint au pied gauche, il s'est présenté à Nashville en portant une botte protectrice et en s'appuyant sur des béquilles.

Le rapide ailier Carl Hagelin est le remplaçant pressenti.

« Les décisions seront prises avant le match », a annoncé Sullivan.

Rinne, pas encore

Laviolette n'a pas voulu dévoiler encore samedi matin l'identité de son gardien. C'est le secret le plus mal gardé à Nashville. Ce sera Pekka Rinne. Le vétéran finlandais a été retiré de l'action dans le match no 2, mais il est indéniablement le gardien de confiance de l'équipe.

En voir plus