Skip to main content

Parayko: pas intimidé par la pression des séries

Le défenseur recrue a grandement contribué aux succès des Blues cette saison

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

DALLAS - Un message est destiné à Colton Parayko : lance. Lance encore. Lance encore plus.

Tout a commencé tôt. Tôt dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley, tôt dans la saison. Le défenseur des Blues de St. Louis possède un lancer exceptionnel, un lancer puissant capable de battre les gardiens adverses, mais Parayko semblait manquer de confiance en lui. Il devait savoir qu'il pouvait lancer et qu'il devait lancer.

 

Et quand il l'a réalisé…

C'est lui qui a donné les devants par deux buts à St. Louis dans la septième partie de leur série de première ronde contre les Blackhawks de Chicago. Il est ainsi devenu le premier défenseur de l'histoire des Blues à compter dans un septième match.

C'est ce même défenseur recrue qui avait marqué le but égalisateur en avantage numérique lors du troisième affrontement, que les Blues ont aussi remporté.

« Tout le monde me dit de lancer, alors je l'ai fait », a déclaré Parayko après le septième match. « J'imagine qu'on a plus de succès quand on lance. »

Un des responsables de l'équipement des Blues l'avait mis au défi de décocher huit tirs au but. Il n'y est pas parvenu, mais il en a décoché six. Or, cet exemple illustre bien que ce n'est pas seulement le personnel d'entraîneurs, ses coéquipiers ou les partisans qui souhaitent que Parayko envoie plus souvent la rondelle au filet. Tout le monde le souhaite.

C'est ce que l'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a réitéré mercredi, deux jours avant que les Blues entreprennent leur série de deuxième ronde contre les Stars de Dallas. Il voudrait que Parayko lance deux fois plus souvent qu'il le fait en ce moment.

« Ce qui m'impressionne le plus chez lui, c'est qu'il n'est pas intimidé par la situation », a révélé Hitchcock plus tôt en séries. « C'est la même chose qui nous a impressionnés pendant la saison et dans les séries. Il ne se laisse pas intimider. Il est calme, il est gros et il utilise ses pieds pour se sortir des situations difficiles comme le font les plus petits joueurs. Il a conservé le même style de jeu et il ne s'est pas laissé emporter par la folie des séries éliminatoires. Il vient à l'aréna pour jouer au hockey. »

Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que Parayko a réalisé tout cela pendant une série de première ronde difficile où les Blues ont fait face à un adversaire coriace. C'était un véritable baptême de feu. Et la tâche ne s'annonce pas plus facile à compter de vendredi, alors que les Stars, toujours aussi redoutables même sans Tyler Seguin, accueilleront les Blues pour le premier affrontement du deuxième tour des séries de l'Association de l'Ouest (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN).

« Il joue comme un vétéran, a affirmé le défenseur Jay Bouwmeester. Quand on prend le temps de discuter avec lui, on se rend compte qu'il est très mature. Dès le début de l'année, on a réalisé qu'il allait être bon. Parfois, les jeunes qui sortent de l'université éprouvent des difficultés avec le long calendrier [de la LNH], mais il n'a jamais ralenti. »

Issu de l'Université d'Alaska-Fairbanks, Parayko a disputé 17 rencontres dans la Ligue américaine de hockey (LAH) en 2014-15 avant de se joindre aux Blues cette année, et ce, même si tous s'attendaient à ce qu'il retourne dans la LAH. Réclamé en troisième ronde (86e au total) au repêchage 2012 de la LNH, il a participé à 79 parties cette saison, ce qui lui a permis de partager le troisième rang pour le nombre de matchs joués chez les Blues, qui ont été décimés par les blessures, et de prendre le premier rang chez les défenseurs à ce chapitre. Il a conclu l'année avec une fiche de neuf buts et 24 aides.

Et il ne semble pas vouloir ralentir.

« Je pense que c'est ce qui caractérise la ligue en ce moment. De jeunes joueurs assument vite des rôles importants », a noté Hitchcock.

Les jeunes profitent de meilleurs entraîneurs qui leur donnent des bases solides, selon Hitchcock, qui ajoute : « On obtient donc un produit fini d'une qualité nettement plus élevée que ce qu'on n'a jamais eu. »

C'est ce qui a préparé Parayko pour la saison et pour les séries éliminatoires.

Parayko et Robby Fabbri, une autre recrue, ont contribué de façon majeure à la victoire des Blues sur les Blackhawks. Le jeune arrière a été solide et imperturbable. Il a inscrit deux buts et une aide en première ronde. Il n'a pas paniqué, même quand Chicago a sorti l'artillerie lourde contre lui.

Ce jeune de 22 ans (6 pieds 6 pouces et 226 livres) est gros, fort et solide. Il n'est pas nerveux ou hésitant. Il n'a peur de rien, mais il provoque sûrement quelques sueurs froides chez ceux qui se retrouvent entre son lancer et le filet.

« Il fait peur quand il lance parce que son tir des poignets est aussi puissant que le lancer frappé de la plupart des autres joueurs, a affirmé Hitchcock. Comme avec tous les jeunes joueurs, il doit avoir confiance en lui. Il commence à s'épanouir et il s'améliore constamment. Il va être un joueur dynamique pendant plusieurs années. »

Il suffit qu'il se souvienne d'une seule chose : lance dès que possible.

 

En voir plus