Skip to main content

Oilers: Milan Lucic vient combler un manque

Edmonton se donne une bonne dose de robustesse et d'assurance en accordant un contrat de sept ans à l'ailier gauche

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

Les Oilers d'Edmonton avaient déjà du talent. Maintenant, ils ont aussi de la hargne.

Et de la hargne, ils en auront pour un bon bout de temps puisque Milan Lucic a signé un contrat de sept ans - au montant de 42 millions $ selon ESPN - quand le marché des joueurs autonomes de la LNH a été lancé, vendredi. Et c'est là l'inquiétude qui vient avec cette entente. Parce que sept ans, c'est beaucoup pour un attaquant de puissance de 28 ans, qu'il faudra payer jusqu'à l'âge de 34 ans.

 

Sauf qu'il faut prendre un risque pour remporter les enchères dans le contexte du marché des joueurs autonomes sans compensation. Surtout si vous êtes une équipe comme les Oilers, qui ont raté les séries au cours des 10 dernières saisons et qui jouent dans une ville où le climat est l'un des plus froids dans la LNH.

Et le directeur général Peter Chiarelli était prêt à prendre ce risque parce qu'il sait ce que Lucic est capable de faire à l'aile gauche lorsqu'il est jumelé à un joueur de centre de premier plan.

Chiarelli était le d.g. des Bruins de Boston quand ceux-ci ont remporté la Coupe Stanley en 2011 et sont retournés en Finale en 2013. Lucic évoluait alors aux côtés des joueurs de centre David Krejci et Patrice Bergeron. Maintenant, il aura la possibilité de patiner avec Connor McDavid, Ryan Nugent-Hopkins et Leon Draisaitl.

« En fin de compte, ça s'est résumé au facteur McDavid », a déclaré Lucic à Sportsnet.

McDavid, le premier joueur réclamé lors du repêchage 2015 de la LNH, a amassé 48 points (16 buts, 32 aides) en 45 matchs la saison dernière et il a été finaliste pour le trophée Calder, remis à la recrue de l'année dans la Ligue. N'eût été une fracture à la clavicule, il aurait probablement connu une campagne encore plus impressionnante à ses débuts dans la LNH. C'est lui, plus que tout autre joueur ou tout autre facteur à Edmonton, qui donne l'espoir de connaître des jours meilleurs.

« Avec lui, tu peux commencer à voir la lumière au bout du tunnel, a dit Lucic à Sportsnet. Je crois vraiment que lorsque tu alignes un joueur aussi spécial que celui-là, c'est inévitable qu'il finisse par faire quelque chose de formidable. »

Chiarelli devait avoir confiance que Lucic allait aboutir dans son équipe quand il a échangé l'ailier gauche Taylor Hall aux Devils du New Jersey, mercredi, en retour du défenseur Adam Larsson.

En échangeant Hall, les Oilers ont mis la main sur un défenseur droitier qui, selon eux, pourra renforcer leur premier duo d'arrières, et en faisant l'acquisition de Lucic, ils ont pourvu le poste de Hall à l'aile gauche du premier trio, tout en ajoutant du poids et de la robustesse à leur formation.

Les Oilers avaient déjà Matt Hendricks (6 pieds, 207 livres), Zack Kassian (6 pieds 3 pouces, 217 livres) et Patrick Maroon (6 pieds 3 pouces, 230 livres). Leur plus récent choix de première ronde est bien bâti, lui aussi : l'attaquant Jesse Puljujarvi, qui a été réclamé au quatrième rang du repêchage 2016 de la LNH, est un athlète de 6 pieds 3 pouces et 203 livres.

Lucic est un colosse de 6 pieds 3 pouces et 233 livres. Avec son dos voûté et son nez de travers, il est un des joueurs les plus intimidants dans la Ligue.

« Je trouve que les Oilers n'avaient pas assez d'assurance ces dernières années, et je crois que c'est un élément que je peux apporter à l'équipe », a déclaré Lucic à Sportsnet.

C'est là un élément important. Ça dicte le ton. Ça donne confiance à l'équipe. Ça donne plus d'espace à des coéquipiers comme McDavid et Nugent-Hopkins. Mais cela aura un impact seulement si Lucic peut jouer; et Lucic peut jouer. Nathan Horton, le pote et compagnon de trio de Lucic à Boston, avait l'habitude de le surnommer le « Ultimate » (L'Ultime) parce qu'il pouvait tout faire : patiner, marquer, frapper, passer.

Lucic n'est pas le plus rapide des attaquants dans la ligue, et la vitesse est maintenant à la mode en raison de la manière dont les Penguins de Pittsburgh viennent de remporter la Coupe Stanley. Les attaquants de puissance ont tendance à décliner vers la mi-trentaine, que Lucic atteindra dans les dernières années de son contrat.

Mais quand il est en forme, Lucic patine bien pour un homme de sa taille, et il peut lire le jeu aussi bien que les joueurs de premier plan. Il sait où aller sur la glace. Il sait quand y aller. Quand son joueur de centre place la rondelle sur la lame de son bâton, il a les mains pour la mettre dans le filet.

Il a marqué entre 18 et 30 buts à chacune de ses cinq dernières saisons complètes, et il a raté 10 matchs sur l'ensemble des six dernières campagnes. Hall a inscrit entre 14 et 27 buts au cours de ses six saisons dans la LNH, notamment en raison du fait qu'il a raté 77 rencontres en raison de blessures.

« Mes atouts vont au-delà de ma capacité d'intimider, a dit Lucic à Sportsnet. J'ai joué avec des joueurs de centre qui étaient tellement bons. C'est là quelque chose que je voulais continuer de faire.

« J'ai toujours été un joueur qui aime échanger la rondelle rapidement avec mes coéquipiers. J'ai le sentiment d'avoir été capable de m'ajuster à ce que mon joueur de centre fait. À mon avis, le joueur de centre contrôle une grande partie du jeu et c'est le rôle de l'ailier de le soutenir du mieux qu'il peut.

« J'ai toujours réussi à trouver le moyen de bien compléter mes joueurs de centre. »

McDavid va sûrement aimer le facteur Lucic.

 

En voir plus