Skip to main content

Valentin Nussbaumer profitera du grand air

L'attaquant suisse des Cataractes disputera deux matchs à l'extérieur dans le cadre de la Classique hivernale de la LHJMQ

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

SAINT-TITE - Comme il a grandi à Delémont en Suisse, Valentin Nussbaumer n'a jamais véritablement eu l'occasion de jouer au hockey sur une patinoire extérieure. Il ne fait tout simplement pas assez froid pour entretenir une glace.

Mais rassurez-vous, ce n'est pas un problème à Saint-Tite.

À LIRE AUSSI : Repêchage 2019: Maxim Cajkovic apprend à vitesse grand VSur le radar: Un Benoit-Olivier Groulx plus offensifRepêchage 2019: Artemi Kniazev file le parfait bonheur à Chicoutimi

Malgré le temps un peu plus doux des derniers jours, Nussbaumer et les Cataractes de Shawinigan croiseront le fer avec l'Océanic de Rimouski et les Remparts de Québec aux Grandes Estrades, vendredi et samedi, dans le cadre de la Classique hivernale de la LHJMQ.

« Nous avons eu un hiver, il y a longtemps, où on avait pu en faire, mais dans les dernières années, je n'en ai pas vu », a rigolé l'attaquant admissible au prochain repêchage de la LNH

« Si on allait à la patinoire, c'était à la patinoire communautaire. Les gars m'ont dit qu'ici, il y avait plein de patinoires de rues où tu peux aller le soir juste comme ça. C'est malade! C'est presque un rêve d'enfant de jouer une Classique hivernale. Je regardais ça à la télévision et demain je vais en jouer une.»

Les Cataractes ont foulé la glace érigée dans l'enceinte habituellement réservée aux rodéos du Festival western pour la deuxième fois, vendredi, alors qu'ils ont tenu une séance d'entraînement assez intense où les sourires étaient au rendez-vous.

« Jouer dans une enceinte de rodéo, c'est une première pour moi, a lancé Nussbaumer en riant. J'étais venu pendant le Festival western pour faire la promotion, mais de patiner dans l'enceinte, c'est spécial.

« Hier, il a plu et la glace a été un peu affectée. On devait s'habituer, nous avons pris beaucoup de tirs. Les premiers pas ont été un peu compliqués, mais aujourd'hui on avait vraiment une bonne glace. Nous avons eu une bonne heure de pratique et ça s'est bien passé. Nous sommes prêts pour demain. »

Le premier test risque de ne pas être de tout repos pour les Cataractes. L'Océanic a remporté ses 10 dernières rencontres et 43 points séparent les deux équipes au classement.

En plus de ça, la jeune formation shawiniganaise devra contenir la sensation Alexis Lafrenière, qui connaît présentement la meilleure séquence de sa carrière. L'attaquant a amassé au moins un point à ses 10 dernières rencontres - totalisant 11 buts et 12 mentions d'aide au passage.

Même si les matchs seront disputés à l'extérieur, l'enjeu restera le même puisque les Cataractes (13-34-7) se battent présentement pour une place en séries.

« C'est sûr que nous sommes fiers d'avoir cette classique à Shawinigan, ça va être un énorme spectacle, mais il faut gagner des points ce week-end, a fait valoir Nussbaumer. Ce sont deux matchs importants pour la course aux séries. »

Une autre expérience

Cette fin de semaine au grand air s'ajoutera à la longue liste d'expériences que l'attaquant suisse aura vécues au cours de sa première saison en Amérique du Nord après sa deuxième présence au Championnat mondial junior (CMJ) et son passage au match des meilleurs espoirs de la LCH/LNH, il y a quelques semaines.

Nussbaumer est d'ailleurs un joueur transformé, qui semble avoir finalement bien compris le style de jeu nord-américain, depuis qu'il a aidé la Suisse à atteindre le match de la médaille de bronze au dernier CMJ.

« Depuis son retour, ce n'est plus le même joueur, a fait valoir son entraîneur Daniel Renaud. C'est le joueur que nous espérions quand nous l'avons repêché. Il est dominant et il amène une facette offensive que très peu de joueurs amènent au niveau junior. »

À ses 12 derniers matchs, Nussbaumer a inscrit sept buts et récolté cinq aides. Il est aussi sur une séquence de quatre rencontres avec au moins un point - sa plus longue dans la LHJMQ.

« Je suis revenu dans un différent état d'esprit, a-t-il expliqué. J'étais rempli d'un autre air, mais en prenant du recul, le mois avec l'équipe suisse a fait du bien. Même si c'était fatigant, ç'a rechargé mes batteries mentales. Je suis arrivé à Shawi et je voulais seulement prouver une autre facette de moi. »

Il ne reste plus qu'à souhaiter que Dame Nature ne refroidisse pas ses ardeurs.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.