Skip to main content

Nouvelle chronique #RobertVousRépond

Le Colorado, Pacioretty, Québec et McCarron au menu des questions des amateurs

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Tous les mardis, le journaliste principal du LNH.com Robert Laflamme répond aux questions des amateurs. N'hésitez pas à lui poser vos questions sur Twitter au @bobthefire, en utilisant le mot-clic #RobertVousRépond, ou encore par le biais de notre page Facebook. Dans l'édition du 21 février, l'Avalanche du Colorado, le capitaine des Canadiens de Montréal et la possibilité de revoir du hockey de la LNH à Québec sont au menu.

 

Que se passe-t-il au Colorado? - Nicolas Michalik-Knaus, Facebook

Voilà une question à 1 million $ à laquelle le directeur général de l'Avalanche du Colorado, Joe Sakic, aimerait avoir la réponse. 

Comment effectivement une équipe prometteuse, il y a quelques années à peine, peut-elle avoir atteint le fond du baril de la sorte?

Patrick Roy a dû voir venir la déconfiture en quittant son poste d'entraîneur et de vice-président des opérations hockey, citant des divergences d'opinions avec Sakic, le 11 août. 

Il reste que sa démission inattendue, peu de temps avant l'ouverture des camps d'entraînement, est une des explications de la saison de misère de l'équipe. L'entraîneur recrue Jared Bednar a été envoyé en pâture derrière le banc. 

Une chose est assurée : une organisation est en déroute quand elle veut se départir de son jeune capitaine Gabriel Landeskog, âgé de 24 ans, et d'un joueur vedette Matt Duchene, 26 ans, qui sont dans la fleur de l'âge. 

Sakic n'a pas le droit à l'erreur dans les gestes qu'il posera au cours des prochaines semaines. Il est un jeune directeur général qui doit faire ses preuves. Il joue possiblement son avenir comme directeur général, pas uniquement chez l'Avalanche, mais à travers la LNH.

Il devra obtenir plus que des choix de repêchage ou des espoirs dans les transactions qu'il pourrait compléter. 

L'Avalanche, une organisation qui a connu du succès depuis son arrivée au Colorado en 1995, ne peut pas s'offrir le luxe d'une longue période de reconstruction. 

Trouvez-vous que Max Pacioretty donne un peu plus d'effort contre les équipes faibles que les équipes fortes? - Lauréat Fougères, Facebook

La question permettra de déboulonner quelques mythes au sujet du capitaine des Canadiens, qui est le mal-aimé d'une tranche de partisans de l'équipe pour des raisons inexplicables. Peut-être que les dirigeants lui ont par la bande causé du tort en suggérant que le véritable capitaine de l'équipe est Carey Price. On souhaiterait que Pacioretty soit comme Sidney Crosby. Or, ça n'arrivera pas. Il n'est pas le joueur parfait ni le capitaine parfait, mais on ne peut pas certes lui reprocher un manque d'ardeur ou une forme de désintéressement.

Les marqueurs de 30 buts ou plus par saison ne sont pas légion dans la LNH. L'Américain âgé de 28 ans s'apprête à franchir le plateau pour la cinquième saison de 82 matchs d'affilée. Il pourrait même atteindre la marque des 40 buts.

Pour ce qui serait de sa propension à en donner un peu plus contre les équipes dites faibles, pour reprendre votre expression, je n'y adhère pas.

Il est vrai qu'il a obtenu sept de ses 28 buts jusqu'à maintenant dans deux matchs contre l'Avalanche du Colorado et les Sabres de Buffalo, deux équipes effectivement moins compétitives.

De ses 21 autres buts, il en a réussi contre les Penguins de Pittsburgh, les Capitals de Washington, les Rangers de New York et le Wild du Minnesota, entre autres, qui ne sont pas des deux de pique.

Video: WSH@MTL: Pacioretty fait 3 à 2

Il a aussi inscrit des buts victorieux en prolongation dans deux matchs de suite en janvier face aux Predators de Nashville et aux Stars de Dallas. Il a marqué deux filets dernièrement, dans la plus récente victoire de l'équipe contre les Coyotes de l'Arizona. 

La statistique révélatrice dans le cas de Pacioretty, c'est que le Tricolore présente une fiche de 16-3-1 cette saison quand il a reçu au moins un but de son capitaine.

Ça illustre toute l'importance qu'il revêt dans l'équipe. Mais surtout, ça étale au grand jour le manque criant de mordant à l'attaque du CH. 

Il est là le problème. Ce n'est pas le capitaine. 

Beaucoup de bruit et de rumeurs, mais y a-t-il réellement une chance de (re)voir une équipe à Québec? -- Anselmo Mazzolini, Facebook

La possibilité est toujours latente, M. Mazzolini, et nous sommes plusieurs à souhaiter le retour des Nordiques. Pour ce qui est de possibilité réelle, c'est une autre affaire. La patience demeure de mise, je crois bien. Mentionnons d'abord que la situation n'a pas changé depuis que la LNH a octroyé une concession à Las Vegas, en juin 2016. Soulignons ensuite que les deux obstacles défavorables à la candidature de Québec qu'on a évoqués il y moins d'un an, soient la volatilité du dollar canadien et le déséquilibre 16-15 entre les équipes des Associations de l'Est et de l'Ouest, restent à être surmontés. Cela dit, les dirigeants de la LNH sont loin d'avoir fermé la porte aux promoteurs de Québec en accueillant Las Vegas dans ses rangs.

Comme il serait surprenant que la renaissance des Nordiques passe par une (autre) expansion, les espoirs reposent essentiellement sur une délocalisation d'une équipe de l'Est, très préférablement.

Encore là, il s'agit d'une solution qu'on envisagera uniquement en tout dernier recours. La LNH a comme objectif de tout mettre en œuvre afin d'assurer la viabilité à long terme des concessions existantes. Elle ne ménage pas les efforts en ce sens, comme elle l'a maintes fois démontré au cours des dernières années. 

Les Canadiens mettent-ils le jeune attaquant Michael McCarron dans la vitrine? - Denis Côté, @Blacklight911, Twitter

Non, absolument pas. On utilise McCarron tout simplement parce qu'il est de calibre (à défaut de mieux évidemment). En plus, les dirigeants des Canadiens le voient gros dans leur soupe, celui-là. Je vous soumets une toute courte phrase qu'a glissée le nouvel entraîneur Claude Julien, après avoir dirigé son premier match samedi.

« Il est voué à un brillant avenir dans la Ligue nationale », a-t-il laissé tomber au sujet de l'imposant joueur de centre qui sera assurément convoité à l'approche de la date limite des transactions dans la LNH.

Je ne crois pas que Julien ait fait la déclaration dans l'unique objectif de mousser la valeur de McCarron aux yeux des 29 autres équipes.

Video: McCarron déjoue Andersen du coin de la patinoire

Le message venait directement de l'organisation.

Le directeur général Marc Bergevin répète inlassablement qu'il ne se départira pas d'espoirs prometteurs afin de colmater des brèches à brève échéance.

C'est la bonne philosophie à avoir. Il y dérogera toutefois, j'en suis convaincu, si l'occasion d'acquérir un joueur de premier plan se présente.

Ça, c'est une autre question dont on pourra débattre dans une semaine, à quelques heures de la date limite du 1er mars.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.