Skip to main content

Nielsen profite de l'avantage de la glace au Championnat du monde

Le premier joueur natif du Danemark à jouer dans la LNH est heureux de représenter son pays dans le tournoi qui se tient dans sa ville natale

par Aaron Vickers / Correspondant NHL.com

HERNING, Danemark - Il y a 10 ans, le joueur de centre des Red Wings de Detroit Frans Nielsen n'aurait pas pu s'imaginer debout sur la ligne bleue d'une patinoire dans sa ville natale, en train de chanter « Der Er Et Yndigt Land », l'hymne national du Danemark, devant près de 11 000 partisans de hockey.

Même il y a cinq ans, il admet que ç'aurait été difficile d'envisager un tel scénario.

« Pas il y a quelques années, non », a affirmé Nielsen après avoir chanté en compagnie de 10 800 compatriotes danois pour célébrer un gain de 3-0 contre la Norvège vendredi. « C'est excitant et amusant. Toute la ville est derrière nous. C'est incroyable. »

« C'est tout ce que nous pouvions espérer. »

À LIRE : CMH : Résultats des matchs du 12 mai

Nielsen, le premier joueur natif du Danemark à jouer dans la LNH, profite vraiment de l'avantage de la glace. Son pays accueille le Championnat du monde 2018 de la FIHG et il joue à Herning, sa ville natale.

« C'est un plaisir », a dit Nielsen, qui a 423 points (152 buts, 271 assistances) en 764 matchs dans la LNH en 12 saisons, 10 avec les Islanders de New York et les deux plus récentes avec les Red Wings. « On s'amuse tous les jours en ce moment, on travaille fort. C'est génial. »

Son pays en a fait du chemin.

Nielsen est né en 1985, quand le Danemark a terminé au cinquième rang du groupe C au Championnat du monde et 21e au total derrière des pays comme la Roumanie, la Chine, l'Italie, le Japon, les Pays-Bas et la Hongrie.

Mais le Danemark fait maintenant partie de la meilleure division, ayant terminé 13e ou mieux chaque année depuis 2003. Nielsen, alors âgé de 18 ans, avait aidé le Danemark à être promu en première division du groupe B, un an plus tôt.

Nielsen a été sélectionné par les Islanders au troisième tour (87e au total) du Repêchage 2002 de la LNH un mois plus tard.

« Il est le premier à avoir atteint la meilleure ligue, la LNH », a dit le gardien des Maple Leafs de Toronto Frederik Andersen, qui est également natif de Herning, une ville de moins de 50 000 habitants, et qui représente également le Danemark dans le tournoi. « Avant qu'il le fasse, ça semblait presque impossible. Il a ouvert la porte pour que plusieurs jeunes joueurs aient la chance de jouer dans la LNH. Les jeunes portent le chandail de leur joueur préféré et c'est lui, peu importe l'équipe avec laquelle il joue. »

Nielsen a inspiré la génération de joueurs danois qui, à leur tour, inspirent la prochaine génération.

« Il est le premier Danois à s'être rendu dans la LNH », a mentionné l'attaquant des Blue Jackets de Columbus Oliver Bjorkstrand, 23 ans, également natif de Herning. « C'est génial de jouer avec lui. Je me souviens d'avoir vu son premier but dans la LNH aux nouvelles. Ç'a été un grand pas en avant pour le hockey danois. »

Il y a 4700 joueurs enregistrés qui évoluent dans 27 arénas à travers le Danemark. Andersen espère que le tournoi contribuera à faire augmenter ce chiffre.

« Plus d'enfants et plus de gens ont l'occasion de voir à quel point ce sport est génial, a soumis Andersen. Évidemment, je suis biaisé, mais je pense que c'est le sport le plus excitant au monde. Je pense qu'un événement d'une telle ampleur peut aider à ouvrir les yeux des gens. »

En grandissant, Bjorkstrand n'a jamais imaginé qu'il aurait la chance de jouer à la maison sur la scène internationale.

« On est un petit pays de hockey », a admis Bjorkstrand, qui a amassé 26 points (13 buts, 13 aides) avec les Blue Fox de Herning dans la meilleure ligue masculine du Danemark, alors qu'il était âgé de 16 ans en 2011-2012. « Il n'y a pas beaucoup d'arénas ici. C'est génial. Quand on a su que le tournoi aurait lieu ici, je pense que ça fait quatre ans, on avait vraiment hâte à ce moment. Après avoir perdu en séries éliminatoires, j'ai pu venir ici et jouer. C'est le fun de jouer ici. »

Le Danemark, à qui on a accordé le tournoi en 2014, connait du succès en tant qu'hôte.

Avant les matchs de samedi, le Danemark était quatrième dans le groupe B avec un dossier de 2-1-0-2 et huit points, incluant un gain de 3-2 contre la Finlande mercredi. Une quatrième place garantirait au moins une présence en quarts de finale pour une troisième fois dans l'histoire du pays, et une troisième fois depuis 2010.

Le Danemark a fait beaucoup de chemin, et ce, rapidement selon Nielsen.

« Beaucoup, beaucoup de chemin, a-t-il dit. On n'avait pas besoin que tout le monde revienne à la maison en ce moment. Pour au moins être en mesure de compétitionner, on avait besoin de tout le monde pour avoir une chance de rester dans le groupe. Il y a un peu plus de profondeur partout, mais maintenant qu'on a plusieurs joueurs ici, je pense qu'on a un très bon alignement. »

« C'est très spécial. C'est vraiment le fun de gagner des matchs et de se rapprocher de notre objectif. C'est génial. »

« On en profite tous beaucoup. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.