Skip to main content

Neal et Hornqvist heureux de la tournure des événements

Après une transaction inattendue les deux joueurs s'affronteront en Finale

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

PITTSBURGH - La présence de l'ailier gauche James Neal des Predators de Nashville et de l'ailier droit Patric Hornqvist des Penguins de Pittsburgh à la Finale de la Coupe Stanley 2017 démontre que les deux formations ont profité de cet échange il y a presque trois ans de cela. 

Le 27 juin 2014, le jour du repêchage de la LNH, Neal a été échangé aux Predators par les Penguins en retour de Hornqvist et du centre Nick Spaling. 

 

Le rendement de Neal et Hornqvist a été exemplaire depuis cette journée et ils s'affronteront lors de la Finale, qui se mettra en branle lundi au PPG Paints Arena (20 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC, SN). 

Hornqvist, 30 ans, a récolté 146 points (68 buts et 78 aides) en 216 parties avec les Penguins depuis la transaction. En 43 matchs des séries éliminatoires en trois ans, il a amassé 23 points (15 buts et huit aides). 

Neal, 29 ans, a inscrit 136 points (77 buts et 59 aides) en 219 matchs avec les Predators en trois saisons. En 36 parties des séries avec Nashville, il a accumulé 20 points (13 buts et sept aides). 

« C'est excellent pour les deux équipes », a mentionné Neal, qui est originaire de Whitby, en Ontario, lundi lors de la journée des médias de la finale de la Coupe Stanley 2017. « C'était pour le mieux. Chaque fois qu'on est échangé, c'est difficile. Mais c'était bien d'aller à un endroit où on me désirait et où on croyait en moi. » 

En trois campagnes avec les Stars de Dallas et quatre avec les Penguins, Neal ne s'était jamais rendu aussi loin en séries éliminatoires. 

« On a beaucoup progressé au cours des trois dernières années et nous voilà en Finale de la Coupe Stanley, a indiqué Neal. C'est excitant et j'ai très hâte de commencer. » 

Hornqvist, qui est originaire de Sollentuna, en Suède, avait passé six saisons dans l'organisation des Predators avant la transaction. Lundi, il a affirmé qu'il pouvait réellement apprécier son passé à l'occasion de la Finale. 

« C'est certain que c'est spécial d'affronter ses anciens coéquipiers en Finale, a déclaré Hornqvist. Je ne crois pas que ça arrive souvent. Ce sera donc un moment particulier pour moi. Je veux m'amuser et si je joue, je veux pouvoir relever mon niveau de jeu d'un cran. 

« Je ne m'attendais pas à être échangé. Je venais de parapher une entente de cinq ans [à Nashville]. J'ai terminé ma première année, qui a été ma meilleure (53 points en 2013-14), et j'ai été échangé pendant l'été. Je ne l'ai pas vu venir, mais ç'a été bénéfique pour moi et pour eux. » 

Cette transaction a permis aux deux directeurs généraux de combler des lacunes de leurs formations. 

« On voulait changer notre groupe d'attaquants », a expliqué David Poile, le directeur général des Predators. « On a toujours eu l'impression que c'était nos gardiens et nos défenseurs qui portaient notre équipe sur leurs épaules. L'échange de Neal est le premier qu'on a fait pour tenter d'acquérir de meilleurs joueurs offensifs. 

« Neal a compté [31 buts l'an dernier]… et 23 cette année. C'est un joueur offensif qui nous a permis de nous améliorer dans cette facette. Il a bien rempli son mandat pour nous. » 

Jim Rutherford, le directeur général des Penguins, a révélé qu'il cherchait un attaquant avec des atouts différents. 

« C'est la première transaction que j'ai faite à mon arrivée ici, a raconté Rutherford. On a échangé James Neal, un bon joueur et un bon franc-tireur, parce qu'on avait plusieurs autres joueurs capables de compter. On cherchait un joueur passionné avec un bon esprit d'équipe sur la glace et dans le vestiaire. 

« Je n'ai jamais connu un autre joueur comme [Hornqvist]. Il n'a jamais de mauvaise journée. On pouvait subir 10 défaites de suite et dans le vestiaire, il agissait comme si on venait de signer 10 victoires. Il motive les autres et il nous a donné tout ce qu'on espérait. » 

Hornqvist se dit heureux de voir Nashville, son ancienne ville, atteindre la finale. 

« Je suis content pour la ville, c'est une excellente ville de hockey, a-t-il déclaré. Les partisans sont très bruyants. Je suis heureux pour mes amis là-bas, mais ce ne seront plus mes amis pour les deux prochaines semaines. On veut tous la même [chose]. Ce sera une très bonne série, j'en suis certain. » 

Hornqvist a raté les six dernières rencontres des siens en raison d'une blessure au haut du corps, mais il a reçu le feu vert pour reprendre l'entraînement. 

« On va prendre une décision juste avant le match », a précisé l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. « Mais ce qu'il a fait à l'entraînement aujourd'hui est encourageant. » 

Neal, tout comme Hornqvist, affirme que cette transaction est chose du passé. Lundi, il a admis qu'il avait été difficile pour lui de voir les Penguins remporter la Coupe Stanley l'an dernier. 

« Chaque fois qu'on est échangé, on ne veut pas que l'équipe qui s'est débarrassée de nous gagne la Coupe Stanley, a-t-il avoué. C'est difficile à regarder. 

« On a encore des amis dans l'équipe, des gens avec qui on reste en contact. J'ai joué avec [le défenseur des Penguins] Trevor Daley à Dallas et il m'a aidé au début de ma carrière. Il a connu une période difficile [à cause de la maladie de sa mère], alors j'étais heureux de le voir soulever la Coupe Stanley. 

« Je me suis fait de bons amis là-bas. Ce sont de bonnes personnes et de bons joueurs, mais je suis dans une autre équipe maintenant. Je suis passé à autre chose. Chaque joueur dans chacune des équipes fait tout ce qu'il peut pour gagner pour lui et pour ses coéquipiers. Je suis impatient de commencer. Depuis quelques jours, on est nerveux et fébriles. On a très hâte que la série commence. » 

En voir plus