Skip to main content

Nathan Beaulieu a eu droit à l'accueil classique

La foule du Centre Bell a réservé des huées à l'ancien défenseur du Tricolore à son premier passage à Montréal

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Nathan Beaulieu ne s'attendait pas à recevoir des applaudissements chaleureux de la foule du Centre Bell, samedi, à l'occasion de son premier match dans la métropole depuis qu'il a été échangé aux Sabres au cours de la saison morte.

Il avait vu juste. Envoyé à Buffalo en retour d'un choix de troisième ronde après avoir été laissé de côté lors du sixième et dernier match de la série de première ronde face aux Rangers de New York au printemps dernier, le défenseur a eu droit à des huées bien senties chaque fois qu'il a touché à la rondelle.

« Je les ai entendues, a-t-il dit en riant. Ils ont hué P.K. Subban, donc ce n'est pas surprenant. Mais c'est plaisant, ça fait partie de la culture ici, ils sont très impliqués dans le match. C'était bizarre d'être sur l'autre banc pour la première fois, mais je me suis habitué en troisième. Je suis content que la première soit derrière. »

Beaulieu était toutefois un peu moins heureux de la manière dont s'est terminée cette première expérience. 

Les partisans ont pu couper court à leur concert de huées en prolongation lorsque le bâton de Beaulieu s'est fracassé alors qu'il tentait d'effectuer une passe, causant un revirement qui a éventuellement mené au but gagnant de Max Pacioretty quelques instants plus tard.

« Ç'a eu un impact direct sur la fin du match, a-t-il expliqué après la défaite de 2-1 des siens. En prolongation, la possession c'est tout ce qui importe. C'était le pire moment pour que mon bâton me laisse tomber. C'est malheureux parce que les gars ont fourni tout un effort et je pense que nous méritions la victoire. »

Les Sabres n'en sont pas à leur première mésaventure de la saison. Ils montrent une piètre fiche de 5-9-3, bonne pour l'avant-dernier rang dans l'Est, un point devant les Panthers de la Floride. Et ce, malgré l'arrivée de Phil Housley derrière le banc et des changements apportés à la formation après une autre difficile campagne (33-37-12).

« Je sens que tout le monde a quelque chose à prouver, a fait valoir Beaulieu. Tous les gars doivent se racheter. C'est une situation différente pour moi parce que j'ai été échangé. Je n'essaie pas de me prouver, mais je veux montrer à mes coéquipiers que je peux jouer ici. »

L'Ontarien de 24 ans n'a d'ailleurs pas eu le temps de véritablement s'implanter au sein de sa nouvelle équipe puisqu'il a subi une blessure au haut du corps à son huitième match avec les Sabres, ce qui l'a forcé à rater les trois semaines subséquentes.

La rencontre face aux Canadiens était sa deuxième depuis son retour.

« Je n'ai pas dû apporter de gros ajustements à mon jeu à mon arrivée là-bas, a-t-il relaté. Mais de rater trois semaines d'activités, ce n'est jamais l'idéal surtout quand tu arrives dans une nouvelle équipe. J'espère que tout cela est derrière moi et que je peux me concentrer sur les matchs à venir. »

Malgré les difficultés qu'éprouvent les Sabres, Beaulieu se dit tout de même heureux de sa nouvelle vie, lui qui a d'ailleurs retrouvé Josh Gorges - un autre ancien Glorieux - comme partenaire à la ligne bleue. Il a bien sûr dû laisser derrière quelques bonnes amitiés dans la métropole, mais il a au moins eu le plaisir de renouer momentanément avec certains comparses samedi.

« J'ai aimé jouer à Montréal, c'est une ville passionnée, a-t-il lancé. Buffalo ressemble un peu plus à la ville où j'ai grandi, c'est plus une mentalité de cols bleus, mais les amateurs sont tout aussi passionnés. Je chéris tous les souvenirs et toutes les amitiés que j'ai développées ici.

« J'ai d'excellents amis avec qui je suis assez proche... Ç'aurait seulement été bien de les battre ce soir. »

En voir plus