Skip to main content

Mike Komisarek a hâte au premier affrontement face au Canadien

LNH.com @NHL

MONTREAL - Mike Komisarek sait très bien que la plupart des partisans qui l'avaient adopté pendant son séjour à Montréal le considèrent maintenant comme un traître pour avoir signé un contrat de cinq et 22,5 millions $ US avec les Maple Leafs de Toronto.

En signant avec une formation de la section Nord-Est de la LNH, il sait aussi qu'il affrontera six fois par saison son ancienne équipe.

"C'est difficile de penser plus loin que le premier match, a déclaré le défenseur de 27 ans. J'ai bien hâte de disputer mon premier match dans l'uniforme des Maple Leafs, mais je suis certain que ce sera toute une expérience quand nous affronterons le Canadien.

"Je m'en préoccuperai quand nous approcherons de ce match, mais je suis certain que vous (les journalistes) n'oublierez pas cette date. Les gens (à Montréal) ne m'encouragerons certainement pas, mais c'est ça le hockey, la compétition. C'est ce qui rend notre sport si spécial. Vous passez de héros à méchant à héros encore."

Komisarek et Alex Kovalev sont les seuls des 10 joueurs autonomes du Canadien à avoir reçu une offre de contrat, mais les deux l'ont refusée.

Le directeur général du Canadien, Bob Gainey, a déclaré qu'il n'avait jamais reçu une contre-offre du clan Komisarek. Kovalev était prêt de s'entendre avec le Tricolore, mais il a hésité et Gainey en a profité pour signer d'autres joueurs.

"C'est le milieu dans lequel nous évoluons. Parfois, les relations ne fonctionnent pas, a dit Komisarek. Je n'ai que de bons souvenirs de ma relation avec les partisans de Montréal.

"J'espère qu'un jour, nous passerons par-dessus ce chapitre."

Le défenseur de 6 pi 4 po, 240 livres, a indiqué avoir choisi Toronto parce qu'il aime la direction que donne au club le directeur général Brian Burke, soit celle de bâtir une équipe avec des joueurs au physique imposant.

Komisarek a aussi déclaré ne jamais avoir songé à retourner à Long Island pour s'aligner avec les Islanders, lui qui est natif de West Islip, dans l'Etat de New York.

"Je me suis toujours imaginé jouer dans un marché traditionnel de hockey. J'aime cette ambiance endiablée et l'électricité qui règne dans l'aréna à tous les jours.

"C'était très bien à Montréal et ce sera vraiment très bien à Toronto. C'est difficile de vivre la même chose présentement à New York. Ils tentent d'avoir un nouvel aréna et ils ont quelques points d'interrogations en ce qui a trait à leur club. Au bout du compte, Toronto était la place pour moi."

En voir plus