Skip to main content

Mike Ilitch était un partisan « comme les autres »

On se rappelle du propriétaire des Red Wings pour son « héritage fabuleux » laissé à sa ville natale de Detroit

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

Mike Ilitch travaillait à sa pizzéria en banlieue de Detroit un jour et un de ses neveux est entré pour lui demander s'il pouvait commanditer une équipe de hockey mineur. Ilitch avait évolué à la défense pendant quelques années lorsqu'il était adolescent, mais il peinait à patiner. Il ne savait pas non plus ce que cela entraînait de commanditer une équipe. Il a toutefois accepté, et lorsque ses fils ont entendu qu'il achetait des chandails, ils ont décidé qu'ils voulaient jouer eux aussi. 

Ilitch est donc devenu père de joueurs de hockey. Et à mesure que son entreprise dans le domaine de la pizza prenait de l'expansion, il a commandité de plus en plus d'équipes. Au cours d'une entrevue en octobre 2003, il a partagé ce qui s'est passé par la suite : 

« Mike, je veux te montrer quelque chose », lui a dit son épouse, Marian. 

« Qu'est-ce que c'est », a-t-il répondu. 

« Je veux que tu regardes nos livres de comptabilité. Tu vois le salaire que tu as fait? » 

« Oui. » 

« Tu vois ce montant dans cette colonne? » 

« Oui. »

Ce montant était la somme consacrée aux commandites. 

« Il s'agissait de la totalité de nos profits, a raconté Ilitch au cours de l'entrevue. Nous n'avions pas gagné d'argent. » 

Cela résumé qui était Ilitch. Lorsqu'il est décédé vendredi à l'âge de 87 ans, il a laissé derrière lui un héritage à titre de fondateur de Little Caesars Pizza, de propriétaire des Red Wings de Detroit, de propriétaire des Tigers de Detroit et de champion de la ville de Detroit, puisqu'il était plus qu'un homme d'affaires qui avait réussi. Il était un rêveur qui se souciait de ses équipes et de sa communauté, et non seulement de ses intérêts personnels. 

Fils d'immigrants de la Macédoine, Ilitch a grandi dans les quartiers ouest de Detroit, a servi dans les Marines et a joué dans les rangs mineurs pour les Tigers. Lui et son épouse ont ouvert leur première pizzéria dans la ville de banlieue de Garden City en 1959, et il a transformé cette pizzéria en chaîne nationale. Ils ont fait de leurs commandites le Programme « Little Caesars Amateur Hockey » en 1968 et se sont laissé emporter par ce sport, d'abord en achetant des abonnements saisonniers des Red Wings, puis une loge au Joe Louis Arena. 

« Lorsqu'il a été annoncé que l'équipe était à vendre, nous nous sommes dit que nous ne pouvions nous le permettre, a confié Ilitch en octobre 2003. Mais personne n'a fait d'offre pour les Wings, ils étaient tellement mauvais. Alors je me suis dit, "Tu sais quoi? Je vais aller les voir pour savoir ce qu'ils veulent." Nous avons parlé et je me suis dit, "Je pourrais conclure ce marché". L'organisation était dans un état tellement lamentable, que nous avons obtenu un prix très raisonnable. » 

Ilitch a déboursé 8 millions $ pour acheter les Red Wings en 1982. L'équipe n'avait pas remporté la Coupe Stanley depuis 1955, et n'avait participé aux séries éliminatoires qu'une seule fois depuis 1970, et elle peinait à attirer plus de quelques milliers de partisans à chacun de ses matchs. Alors Ilitch a embauché Jimmy Devellano des Islanders de New York à titre de directeur général, a fait tirer une voiture à chacune des parties à domicile, et a tranquillement fait des Red Wings l'une des meilleures organisations de la LNH. 

Alors que le programme « Little Caesars Amateur Hockey » a développé de jeunes joueurs, dont quelques-uns ont accédé à la LNH, les Red Wings ont gagné la Coupe Stanley en 1997, 1998, 2002 et 2008. Ils ont participé aux séries éliminatoires au cours de 25 saisons consécutives. Le Joe Louis Arena a toujours été rempli. Ilitch a mis la main sur le trophée Lester Patrick pour son implication au sein du hockey américain en 1991 et a été intronisé au Temple de la renommée en tant que bâtisseur en 2003.

« Il a une passion incroyable et c'est un compétiteur né, a déclaré le directeur général des Red Wings, Ken Holland vendredi. Chaque décision prise par les Red Wings l'était en fonction de la victoire. Ce n'était jamais une question d'entreprise. C'était toujours pour améliorer l'équipe. Je ne peux pas imaginer un meilleur propriétaire que M. Ilitch dans le sport professionnel. »

Mais le hockey n'occupait qu'une partie de son emploi du temps, ce qui en dit beaucoup sur le personnage. À une époque où les entreprises quittaient la ville, Ilitch a déménagé le siège social de Little Caesars Pizza de la banlieue de Farmington Hills vers Detroit et a rénové le Fox Theatre. Il a acheté les Tigers, bâti le Comerica Park et regardé son équipe de baseball atteindre la Série mondiale à deux reprises.

Son nom est gravé sur l'école de commerce de l'Université Wayne State à Detroit. Il a commencé à bâtir le Little Caesars Arena, le point d'ancrage d'un développement appelé The District Detroit. Les Red Wings commenceront à y jouer la saison prochaine, tout comme les Pistons de Detroit, qu'Ilitch a convaincu de déménager de la banlieue de Auburn Hills vers Detroit.

Tenez-vous sur Woodward Avenue à Detroit et regardez vers le nord. À votre gauche, se trouve le Fox Theatre. À votre droite, il y a le Comerica Park. Juste devant se situe le Little Caesars Arena et The District Detroit. L'impact de Mike Ilitch est visible de partout.

« Quand je pense à Mike Ilitch, je pense à un homme qui a transformé complètement le centre-ville de Detroit, a déclaré Devellano vendredi. C'était une ville qui connaissait des difficultés, qui était souvent la risée et Mike Ilitch a probablement été le leader dans la reconstruction du centre-ville de Detroit. Je pense que c'est un héritage fabuleux. »

Ilitch évitait les projecteurs mis à part lorsqu'il présentait le dernier joueur autonome acquis à fort prix dans une conférence de presse. Mais il était souvent au Joe Louis Arena ou au Comerica Park, assis dans sa loge, regardant les matchs. Au cours d'une entrevue en octobre 2003, il s'est fait demander s'il y avait quelque chose que les amateurs ne comprenaient pas de lui et qu'il aimerait partager.

« J'aimerais seulement leur dire que je suis comme eux, a-t-il lancé. Je suis un col bleu 150 pour cent du temps, et je sais exactement comment ils se sentent. Je me sens comme ça depuis toujours. Après toutes ces années, je suis à mon siège, je regarde ces gens et je me dis : ''Tu détiens cela''. Je ne l'ai jamais vraiment réalisé.

« Donc, je suis un partisan. C'est comme ça que je me sens. L'équipe est au centre de ma vie, comme c'est le cas pour eux. »

En voir plus