Skip to main content

Maxime Comtois va rebondir, croit Louis Robitaille

L'espoir des Ducks d'Anaheim va se servir de son expérience pour répondre à ses détracteurs, dit son entraîneur

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

CALGARY -- S'il faut en croire l'entraîneur des Tigres de Victoriaville, Louis Robitaille, l'attaquant Maxime Comtois se servira de son éprouvante saison d'admissibilité au repêchage pour rebondir lors de la prochaine campagne.

Rencontré au camp de sélection des moins de 17 ans de Hockey Canada, le pilote des Tigres s'est dit déçu d'avoir vu son poulain attendre jusqu'au 50e échelon avant d'être sélectionné par les Ducks d'Anaheim au dernier repêchage.

« Tu veux toujours le bien de tes joueurs, a déclaré Robitaille. Maxime c'est un gars qui est passionné, qui est travaillant et qui est engagé dans la cause de l'équipe. C'est un gars qui ne lésine pas sur les détails et qui est très méticuleux. Ultimement, il a eu une super bonne attitude, il a bien géré ça et je pense qu'il va s'en servir. »

Comtois reviendra à Victoriaville pour une troisième saison après avoir goûté à l'expérience d'un premier camp professionnel à Anaheim. Il tentera alors d'engranger davantage de points au compteur, lui qui a connu une légère baisse de régime à ce chapitre passant de 60 points à sa première campagne à 51, la saison dernière - ce qui lui a valu de nombreuses critiques.

Mais au-delà des points, Robitaille n'avait presque rien à reprocher au robuste attaquant de 6 pieds 2 pouces et 205 livres.

« En tant que "coach", j'étais content de Maxime Comtois, a-t-il lancé. Il créait beaucoup de choses, il jouait de manière physique et il payait le prix. Il a fait beaucoup de choses pour l'équipe que les gens de l'extérieur n'ont pas vues. Il recevait beaucoup de questions négatives sur son jeu alors que nous étions satisfaits de lui. »

Maintenant que la poussière est retombée et que la pression de son année de repêchage n'est plus sur ses épaules, Comtois pourra se concentrer uniquement sur son jeu.

« Je veux seulement qu'il continue sa progression, qu'il continue à devenir le joueur complet qu'il peut être. Il va revenir d'Anaheim avec un bagage d'expérience et il va avoir faim de montrer à tout le monde qu'ils ont peut-être fait une erreur en le laissant glisser.

« C'est un jeune homme qui sait où il s'en va dans la vie et il a déjà un plan bien établi. Ce n'est pas le fait de ne pas avoir été sélectionné en première ronde qui va changer ça dans sa tête. »

Des bons mots pour Lauzon

Tout de suite après la sélection de Comtois au 51e échelon, les Penguins ont jeté leur dévolu sur le défenseur Zachary Lauzon à la surprise d'un peu tout le monde, mais pas à celle de son entraîneur chez les Huskies de Rouyn-Noranda, Gilles Bouchard.

« Si ce n'était pas les Penguins, je peux te dire qu'une autre équipe l'aurait sélectionné en deuxième ronde », a-t-il dit en vantant les qualités de l'arrière de 6 pieds et 187 livres.

Lauzon a profité des blessures et des absences d'éléments importants, comme celles de son frère Jérémy (Bruins de Boston) et du vétéran Philippe Myers (Flyers de Philadelphie), pour gagner des points la saison dernière.

« Cette année on n'a pas joué un seul match avec une formation complète, a dit Bouchard. Il a réussi à tenir le fort avec tous nos jeunes. Il a pris confiance et il a joué du hockey solide. Il rivalise et il est difficile à affronter. Ce n'est pas le plus offensif, mais il est fiable.

« C'est un bon "kid" et c'est un Lauzon. Les Lauzon, ce sont des orgueilleux et des orgueilleux, ça gagne des matchs. »

En voir plus