Skip to main content

Max Pacioretty sait qu'il doit être meilleur

Julien veut visionner le match de mardi avant de lui soumettre des éléments de solution

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

 

NEW YORK - Ça change vite en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Tout baignait dans l'huile pour les Canadiens de Montréal, avant le match no 4. À la suite de la défaite qu'ils ont subie au Madison Square Garden mardi, les regards se tourneront maintenant vers eux et quelques-uns de leurs éléments comme le capitaine Max Pacioretty, qui tarde à se mettre en marche.

« Ça n'a pas été mon meilleur match », a reconnu Pacioretty à l'issue du revers de 2-1 des Rangers de New York qui a ramené à la case départ la série de premier tour de l'Association de l'Est entre les deux équipes.

 

« Mais j'aborde les matchs un à la fois et je veux être meilleur au prochain. »

L'ailier gauche n'a amassé qu'une aide depuis le début de la série et il n'a pas touché la cible dans ses huit derniers matchs, en incluant les quatre derniers en saison régulière.

Interrogé au sujet de son capitaine, l'entraîneur Claude Julien a simplement dit, comme il le fait tout le temps, qu'il va s'occuper de la situation privément.

« C'est un joueur qui peut nous en donner beaucoup et il va nous en donner beaucoup, a-t-il réagi. Nous allons visionner la bande vidéo du match et voir de quelle façon nous pouvons l'aider. »

Mardi, Julien a tenté de l'aider et de provoquer plus d'attaque au sein de deux trios en permutant les ailiers droits vers la fin de la deuxième période. Il a remplacé Alexander Radulov par Andrew Shaw à ses côtés, avec Phillip Danault, tout en envoyant Radulov en compagnie d'Alex Galchenyuk et d'Artturi Lehkonen.

 « Je voulais créer une étincelle, a expliqué Julien. Je trouvais que nous ne générerions pas suffisamment d'attaque. Le changement a donné des résultats. Les deux trios ont été plus menaçants. »

Radulov n'était pas dans une bonne soirée, comme Galchenyuk qui n'a obtenu que deux tirs au but.

Pacioretty a soumis que l'entraîneur avait apporté le changement principalement pour une question de jumelage de trios et de duos de défenseurs avec les Rangers.

« Ç'a fonctionné dans une certaine mesure. Chacun des trios a connu des présences plus énergiques », a-t-il argué.

Il faudra voir si Julien va poursuivre l'expérimentation dans le cinquième match au Centre Bell, jeudi (19h HE; TVA Sports, CBC, MSG, NBCSN).

Pacioretty a souligné que les défenseurs des Rangers avaient comme mission de ralentir les attaquants en préconisant un style plus robuste que dans les rencontres précédentes.

Les Rangers ont d'ailleurs dominé 43-25 au chapitre des mises en échec.

« C'était clair que le message était d'être plus physique avec nous, a-t-il élaboré. Ils ont limité notre temps de réaction en zone neutre en nous empêchant de prendre de la vitesse. Nous devrons les imiter au cours du prochain match. »

Pacioretty a été pris de court sur la séquence du but de Nash, en deuxième période. Il a été incapable de faire sortir la rondelle de sa zone. Les problèmes avaient commencé à la suite d'une mauvaise tentative de sortie de zone du défenseur Jordie Benn.

« Nous avons affaire à une bonne équipe. Ils ont été à leur mieux ce soir. Nous voulons être meilleurs et apprendre de la défaite. Nous nous sommes éloignés du plan, surtout en zone centrale, a-t-il analysé. Par moments en deuxième période, nous avons été incapables de nous donner du rythme. Nous avons commis des revirements en zone centrale. Nous aurions dû plutôt projeter la rondelle derrière leurs défenseurs et les faire travailler. Leurs défenseurs ont pu conserver leur énergie pour cette raison. »

Le défenseur Andrei Markov est un autre qui a connu une soirée ordinaire, avec cinq des 16 revirements de l'équipe incluant celui qui a provoqué le premier but des Rangers.

Dwight King

Un joueur qui traîne de la patte, c'est l'attaquant Dwight King de quatrième trio qui a terminé la soirée avec trois revirements à sa fiche pour 11 :21 minutes de temps d'utilisation.

Julien ne paraît pas prêt à retirer de la formation l'ancien ailier des Kings de Los Angeles, qui a déjà deux bagues de la Coupe Stanley aux doigts.

« Il possède beaucoup d'expérience. Il fait beaucoup de petites choses que plusieurs voient, a énuméré l'entraîneur. Il est très apprécié du personnel d'entraîneurs ainsi que de ses coéquipiers. Il est fort le long des bandes. Il n'est peut-être pas le meilleur marqueur, mais il crée des chances à l'attaque. Il offre un rendement constant. Son expérience en séries peut sûrement nous être utile. »   

En voir plus