Skip to main content

Mattias Ekholm est devenu le quatrième défenseur d'élite des Predators

Il a rejoint Roman Josi, P.K. Subban et Ryan Ellis à titre de joueur qui peut être utilisé dans toutes les situations

par Shawn P. Roarke @sroarke_nhl / Directeur du contenu éditorial NHL.com

Mattias Ekholm des Predators de Nashville n'est pas né pour évoluer au poste de défenseur. Il a plutôt progressé pour occuper ce rôle, devenant lentement mais sûrement un joueur appartenant à l'élite de sa position au plus haut niveau. 

« C'est drôle de voir à quel point les choses ont bien tourné », a mentionné Ekholm plus tôt au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017.

Il est maintenant un membre important de la formation des Predators qui a atteint la finale de l'Association de l'Ouest pour la première fois de son histoire et qui se trouve à deux victoires d'une participation à la Finale de la Coupe Stanley. La série quatre de sept contre les Ducks d'Anaheim est égale 2-2 après un gain de 3-2 des Ducks en prolongation dans le match no 4 jeudi.
 
Le match no 5 aura lieu à Anaheim samedi (19 h 15 (HE); TVA Sports, NBC, CBC).
 
Ekholm a entrepris sa carrière comme attaquant dans son équipe de hockey mineur de Mora, en Suède, lui qui rêvait alors d'imiter des attaquants suédois comme Mats Sundin et Peter Forsberg.
 
Mais lorsqu'il a eu 12 ou 13 ans, il a été demandé à Ekholm de changer de position puisque son équipe était en manque de défenseurs, et que le nouvel entraîneur, le père du meilleur ami d'Ekholm au sein de l'équipe, souhaitait voir d'autres joueurs à l'attaque.
 
Il s'agissait d'une mesure temporaire, a-t-on dit à Ekholm. Temporaire, à moins que tu ne démontres que tu es un naturel à cette position, semble-t-il.

Ekholm n'a jamais voulu retourner en attaque.
 
« Je suis demeuré à la ligne bleue, et ce fut une bonne décision », a-t-il noté.
 
Ce fut certainement le cas. Vous n'avez qu'à le demander aux Predators de Nashville, qui ont récolté les fruits de cette décision au cours des quatre dernières saisons. Mais jamais autant qu'au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017. 

Tout le monde connaît les trois défenseurs vedettes de l'alignement de Nashville : P.K. Subban, Roman Josi et Ryan Ellis. Mais Ekholm, âgé de 26 ans, doit maintenant faire partie de cette conversation.
 
Vous n'avez qu'à le demander à l'entraîneur de Nashville Peter Laviolette.
 
« Il est vraiment un défenseur sous-estimé par rapport à ce qu'il apporte à notre équipe chaque soir », a affirmé Laviolette au cours de la deuxième ronde de l'Association de l'Ouest contre les Blues de St. Louis. « Il est tellement difficile à affronter. Il peut patiner, il peut faire circuler la rondelle, il possède un bon tir, il est bon défensivement. Il est très courageux sur la glace. 

« Il n'y a pas grand-chose qu'il ne peut pas faire. Il est un joueur qui peut jouer pendant 24 ou 25 minutes qui n'a pas de réelle faiblesse. Il n'y a pas une situation où je pourrais me dire : "Peut-être qu'il ne devrait pas se trouver sur la glace." Il peut évoluer dans toutes les situations. »

Ekholm, qui mesure 6 pieds 4 pouces et pèse 215 livres, a passé en moyenne 25:21 sur la glace en 14 matchs en séries éliminatoires, au troisième rang chez les Predators, mais 1:06 par match derrière Josi et 27 secondes de moins que Subban. Il a récolté sept points, toutes des mentions d'aide, et affiche un différentiel de plus-9, un sommet parmi les défenseurs des Predators.
 
Comme les autres défenseurs d'élite de Nashville, Ekholm excelle en raison de son coup de patin. C'est cette aptitude qui a causé son changement de position dans sa jeunesse en Suède, et c'est cette aptitude qui lui a permis de connaître du succès en Amérique du Nord.
 
« Son coup de patin est incomparable, a mentionné Ellis. Il possède des enjambées incroyables. Il est de toute évidence très imposant, ce qui veut dire qu'il couvre rapidement beaucoup d'espace. Il est aussi très bon avec son bâton. Sa lecture du jeu, autant défensivement qu'offensivement, est fantastique. Il est vraiment un défenseur complet dans les deux sens de la patinoire.
 
« Comme j'ai eu la chance de jouer avec lui par le passé, je sais qu'il a rendu ma vie plus facile. Vous lui remettez la rondelle et vous le regardez aller. Il est un défenseur exceptionnel. »

Si le coup de patin d'Ekholm lui a permis de se faire remarquer à tous les niveaux où il a joué, c'est sa résilience mentale qui lui a permis d'occuper un rôle de plus en plus important à Nashville.
 
Laviolette fait confiance à Ekholm dans toutes les situations puisque Ekholm a mérité cette confiance en raison de son jeu.
 
Jumelé à Subban, il a reçu la majeure partie des présences contre les meilleurs éléments adverses au cours des trois premières rondes, aidant ainsi à neutraliser Patrick Kane des Blackhawks de Chicago au premier tour, Vladimir Tarasenko des Blues en deuxième ronde et Ryan Getzlaf des Ducks en finale d'association. 

Il est employé sur la deuxième vague du jeu de puissance et sur la deuxième paire de défenseurs utilisée en infériorité numérique. Il se trouve sur la glace au cours des dernières minutes d'un match, autant pour préserver une avance que pour aller chercher un but égalisateur.
 
« Je n'aime pas être assis sur le banc, a noté Ekholm. S'il y a une situation où je dois demeurer au banc, je veux simplement m'améliorer à ce chapitre, et c'est ainsi que j'ai pensé tout au long de ma carrière.
 
« Je souhaite simplement pouvoir être envoyé sur la glace dans toutes les situations, parce que c'est mon objectif ultime. C'est ce que tout le monde souhaite pouvoir faire, être sur la glace et faire la différence. Je suis déterminé à ne pas être cloué au banc, peu importe la situation, et je veux avoir le sentiment de pouvoir gérer toutes les situations. »

En voir plus