Skip to main content

Matthews a apprécié son parcours un peu fou

La route a été longue pour le partisan des Coyotes vers la Finale de la Coupe Stanley et peut-être le tout premier rang du repêchage

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

SAN JOSE - Il y a quatre ans, Auston Matthews a assisté à la finale de l'Association de l'Ouest. Il était jeune à l'époque. Enfin, un peu plus jeune qu'il ne l'est maintenant.

Matthews avait 14 ans et était partisan des Coyotes de Phoenix, comme ils étaient connus à l'époque, et il a regardé l'équipe de sa ville natale croiser le fer avec les Kings de Los Angeles au beau milieu d'un « WhiteOut » au Jobing.com Arena.

« Oh oui, a déclaré Matthews avec un sourire. Je portais un chandail blanc. »

Matthews va maintenant assister au match no 4 de la Finale de la Coupe Stanley lundi. Il est aujourd'hui âgé de 18 ans, mais il a déjà disputé une saison de hockey professionnel avec Zurich dans la Ligue nationale A, la meilleure ligue professionnelle de Suisse, où il a terminé au deuxième rang du scrutin pour le titre de joueur le plus utile. Il a ensuite patiné avec des joueurs de la LNH au Championnat du monde 2016 de la FIHG en Russie. Il a mené les États-Unis au chapitre des buts (six) et a terminé à égalité au premier rang de l'équipe pour les points (neuf).

Centre de 6 pieds 2 pouces et 216 livres, Matthews apparaît au premier rang du classement final des patineurs internationaux du Bureau central de dépistage de la LNH et pourrait être sélectionné par les Maple Leafs de Toronto au tout premier rang du repêchage 2016 de la LNH qui aura lieu au First Niagara Center de Buffalo les 24 et 25 juin.

La LNH invite quelques-uns des meilleurs espoirs en vue du repêchage à la Finale de la Coupe Stanley depuis 1993 afin de leur donner un aperçu de la ligne d'arrivée avant leur départ. Matthews regardera les Sharks de San Jose accueillir les Penguins de Pittsburgh au SAP Center (20 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC) en compagnie de quatre autres attaquants : Pierre-Luc Dubois du Cape Breton dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Patrik Laine de Tappara en Finlande, ainsi qu'Alexander Nylander de Mississauga et Matthew Tkachuk de London, tous deux de la Ligue de hockey de l'Ontario.

Qu'est-ce que Matthews a le plus hâte de voir?

« Tout, a-t-il répondu. J'ai hâte de tout voir. J'aime regarder des joueurs en particulier et noter ce qu'ils font, que ce soit pendant l'entraînement matinal, la période d'échauffement ou le match. De toute évidence, j'aurai beaucoup de choix pour sélectionner des joueurs dans les deux équipes. »

Matthews en a tout de même nommé quelques-uns : Sidney Crosby et Evgeni Malkin du côté des Penguins; Joe Pavelski, Joe Thornton et Patrick Marleau pour les Sharks.

Que va-t-il leur demander s'il en a la chance?

« Je vais probablement me contenter de demeurer silencieux. »

Pourquoi?

« Ils sont occupés, ils tentent de remporter la Coupe Stanley. »

Matthews est un joueur spécial qui se trouve à un moment spécial de sa vie et de sa carrière. Il semble être une personne normale, mais le parcours qu'il a emprunté est tout sauf normal. Il possède le talent et l'expérience pour aborder sa situation actuelle et future avec confiance, mais il est aussi assez jeune pour que tout soit nouveau et excitant. Il semble apprécier à quel point tout ceci est cool et un peu fou.

Il est né non loin d'ici à San Ramon, en Californie, à moins d'une heure de route au nord de San Jose. Ses parents ont déménagé à Scottsdale, en Arizona, alors qu'il avait environ deux mois, et son père et son oncle ont commencé à l'amener voir des matchs des Coyotes lorsqu'il avait environ deux ans. Il a pratiqué d'autres sports en grandissant, mais le hockey est devenu sa passion. Il en aimait la vitesse, le maniement de rondelle, les tirs. Il a aimé regarder des joueurs des Coyotes comme Shane Doan et Daniel Briere.

Transportons-nous quelques années en avant, et il a patiné aux côtés de Doan et d'autres joueurs des Coyotes au cours de l'été. Il a évolué pour le Programme de développement de l'équipe nationale (NTPD) de USA Hockey avec de futurs joueurs de la LNH comme Jack Eichel, Noah Hanifin et Dylan Larkin. Il a battu le record de points du programme établi par Patrick Kane, le dernier Américain à avoir été sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LNH (2007). Il a joué en Suisse contre des hommes.

Tout s'est passé très rapidement depuis quelques semaines. Après que Zurich eut été éliminé des séries éliminatoires de la Ligue nationale A en mars, il est revenu à la maison en Arizona et a assisté à quelques matchs des Coyotes. Il s'est ensuite dirigé en Floride pour s'entraîner pendant deux semaines. Il a ensuite pris le chemin du Michigan pour deux autres semaines d'entraînement. Il s'est ensuite envolé pour la Russie en vue du Championnat du monde. À titre de plus jeune joueur au sein d'une équipe remplie de joueurs de la LNH, il est demeuré discret dans le vestiaire, mais s'est exprimé sur la glace.

« Je ne sais pas si c'est parce que j'étais nerveux, mais j'imagine que je ne voulais pas déranger qui que ce soit, a-t-il mentionné. Je crois toutefois que lorsque nous sautons sur la glace pour les entraînements et les matchs, nous sommes tous des joueurs de hockey. Nous voulons faire de notre mieux et jouer au meilleur de nos capacités. De ce côté-là, ce ne fut pas vraiment un problème pour moi.

« Je crois avoir beaucoup appris simplement en affrontant le Canada et la Russie. Leur alignement était rempli de vedettes de la LNH et de joueurs étoiles. J'ai le sentiment d'avoir plutôt bien tenu mon bout contre eux. J'avais l'impression de m'améliorer à chacun des matchs. »

Quatre jours après son retour de Russie, Matthews se trouvait au Combine de la LNH à Buffalo, où il s'est soumis à des entretiens et des tests de condition physique. Il est retourné à Scottsdale à l'aide d'un vol en partance de Buffalo samedi, puis il s'est dirigé vers San Jose et la Finale de la Coupe Stanley.

Vous n'auriez jamais pu deviner qu'il est âgé de 18 ans, alors qu'il est entré à l'hôtel seul ou lorsqu'il s'est assis dans un café dimanche. Il fait maintenant des choses que les jeunes de son âge ne font pas. L'an dernier, il est allé au bal des finissants du Ann Arbor Pioneer High, l'école que fréquentent les joueurs du NTDP. Il s'est beaucoup amusé. Mais depuis, il a vécu des choses auxquelles les jeunes de son âge ne peuvent même pas songer.

Et lundi, il visitera les coulisses de la Finale de la Coupe Stanley. Et dans moins de trois semaines, il va vraisemblablement être le tout premier choix du repêchage de la LNH. Et en septembre, il fera partie d'Équipe Amérique du Nord à la Coupe du monde de hockey 2016, où il sera le plus jeune joueur d'un alignement composé de vedettes de 23 ans et moins des États-Unis et du Canada. Et en octobre, il va probablement effectuer ses débuts dans la LNH.

Il s'agit d'un rêve en train de devenir réalité.

« Je crois qu'il m'arrive de souhaiter être un jeune comme les autres, a admis Matthews. Mais d'un autre côté, j'ai en quelque sorte travaillé toute ma vie pour cela. Je veux me trouver dans la situation où je me trouve en ce moment. Je ne crois pas que l'on peut un jour tenir ça pour acquis.

« Vous ne pouvez souhaiter être un jeune normal si votre rêve est de jouer dans la LNH. Il faut que vous fassiez tout ce qui doit être fait pour y parvenir, et si un jour vous y parvenez, il faut en profiter. C'est ce que vous avez toujours voulu. »

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.