Skip to main content

Matt Duchene s'adapte à son nouvel environnement… à Stockholm

L'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher espère qu'une bonne chimie s'installera entre son nouvel attaquant et Mike Hoffman

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

Le train-train quotidien des Sénateurs d'Ottawa a été bousculé deux fois plutôt qu'une, cette semaine, alors que l'équipe passe la semaine à Stockholm dans le cadre de la Série globale 2017 SAP de la LNH, et aussi en raison de la transaction qui a mené au départ de Kyle Turris et à l'acquisition de Matt Duchene.

Duchene aura besoin de temps pour s'adapter au système de jeu des Sénateurs, mais on peut dire que la série de deux matchs contre l'Avalanche du Colorado en sol suédois, vendredi et samedi, tombe à point, puisque cela donnera à tout le monde près d'une semaine pour s'ajuster à la nouvelle donne.

C'est ainsi qu'après la journée de voyage de lundi, les Sénateurs ont pu s'entraîner en Suède une première fois mardi. La journée de mercredi était consacrée à la récupération, puis une autre séance d'entraînement allait suivre jeudi.

« En ce moment, on essaie d'aider Duchene à s'adapter à notre approche, et en même temps on essaie de l'amener à se sentir à l'aise, pour que (lors du match de) vendredi, il ne se casse pas trop la tête et puisse jouer de la façon la plus naturelle possible », a indiqué l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher après l'entraînement de mardi à Stockholm.

Durant cette séance d'entraînement, Boucher a jumelé Mike Hoffman à Duchene, dans l'espoir que ces deux-là développent une bonne chimie.

« Évidemment, on veut entourer Duchene avec les meilleurs joueurs possible et Hoffman est un joueur de premier plan, c'est ce qu'il est devenu », a dit Boucher du joueur qui composait plutôt un duo avec Jean-Gabriel Pageau jusqu'ici. « Ça "clique" bien entre (Derick) Brassard et (Mark) Stone, alors on ne veut pas toucher à ça. On espère créer un autre duo avec Duchene, que ce soit avec Hoffman ou Bobby Ryan. On verra comment les choses évoluent. »

Ryan étant présentement à l'écart du jeu en raison d'une fracture à un doigt, c'est donc à un essai Duchene-Hoffman que Boucher a choisi de procéder dans un premier temps.

« Hoffman et Duchene, ça peut fonctionner. Mais des duos, ça ne fonctionne pas toujours même si tu mets deux bons joueurs ensemble, a par ailleurs fait remarquer Boucher. Je sais déjà que Pageau-Hoffman, ça fonctionne et ce sera toujours possible d'y revenir au besoin. Ce qu'il faut évaluer, c'est comment on peut arriver à maximiser les forces de Duchene. Il est rapide, alors il a besoin d'être jumelé à d'autres joueurs rapides. »

Un retour aux sources pour Karlsson

Les Sénateurs et l'Avalanche s'affronteront dans le cadre de la Série globale 2017 SAP de la LNH au Ericsson Globe, ce vendredi (14 h HE; RDS, TSN5, NHLN, ALT, NHL.TV) et samedi (13 h HE; RDS, SN, NHLN, ALT, NHL.TV). Malgré la fatigue du voyage et même si cela vient perturber la routine habituelle, ils sont plusieurs chez les Sénateurs à apprécier cette initiative, à commencer par leurs trois défenseurs nés en Suède, soit Erik Karlsson (Landsbro), Fredrik Claesson (Stockholm) et Johnny Oduya (Stockholm).

« Ils ressentent beaucoup de fierté. Ce sont des idoles pour les gens d'ici, a dit Boucher en parlant de ses trois défenseurs. Ils veulent redonner et remercier les gens qui les ont vu grandir et se développer. J'ai parlé à Erik (Karlsson) et pour lui, c'est comme un match des séries. »

Boucher estime lui aussi que disputer des matchs de la LNH en sol européen est une bonne idée.

« D'autant plus que ce sont des matchs du calendrier régulier, a-t-il noté. Ce n'est pas comme des matchs préparatoires, ce n'est pas la même sensation. Les gens vont avoir droit au "vrai" produit de la LNH. Ça fait partie du processus d'évolution naturel pour notre ligue. »

L'attaquant des Sénateurs Alexandre Burrows a abondé dans le même sens que Boucher.

« Étant donné que ce sport a atteint pas mal le maximum de son potentiel au Canada, tu dois chercher à le développer ailleurs, et l'Europe est un bon choix parce qu'il y a plusieurs pays ici où les gens adorent le hockey, a fait remarquer l'athlète originaire de Pincourt, au Québec. La NBA fait la même chose en Chine, la NFL de son côté à Londres… Alors c'est logique de faire ça, en espérant que dans les années à venir, ça se fera aussi dans d'autres bons marchés européens comme Prague (en République tchèque) et Helsinki (en Finlande). »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.