Skip to main content

Mathew Barzal envoie de sérieux avertissements au reste de la ligue

La talentueuse recrue des Islanders de New York pivote un trio qui a totalisé 22 points en trois matchs

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Mathew Barzal n'a peut-être que 45 matchs à son actif dans la LNH, mais il ne jouit plus du tout du relatif anonymat avec lequel il a amorcé sa carrière. En fait, s'il poursuit sur sa lancée, son nom risque d'être écrit en majuscules et souligné de trois couleurs différentes sur le tableau des équipes adverses.

L'attaquant de 20 ans a encore démontré pourquoi il devrait être considéré comme un véritable poison, lundi, en amassant un but et deux mentions d'aide dans un gain de 5-4 en prolongation des Islanders de New York face aux Canadiens de Montréal.

Il a ainsi porté sa récolte à trois buts et sept aides à ses trois derniers matchs. Il s'agissait aussi de son cinquième match d'au moins trois points cette saison, un sommet chez les recrues du circuit.

C'est ce qu'on appelle un sérieux avertissement au reste de la ligue.

« C'est tellement un bon joueur, il a gagné le respect des joueurs et des équipes de la ligue, a analysé son compagnon de trio Anthony Beauvillier, auteur du premier but des siens.

« Il est capable de faire des jeux tellement à une vitesse supérieure que ça rend la tâche plus facile pour moi de trouver les espaces libres et d'avoir des lancers au filet. »

Cette époustouflante séquence coïncide avec le retour de Beauvillier avec les Islanders après un court séjour dans la Ligue américaine. Le Québécois a pris la place d'Andrew Ladd, blessé, à la gauche de Barzal et de Jordan Eberle.

Video: NYI@MTL: Barzal trouve la lucarne du cercle

En trois matchs depuis qu'ils sont réunis, les trois comparses totalisent pas moins de 22 points.

« Nos styles de jeu se complètent bien, a analysé Eberle. Barzal a de la vitesse et du calme avec la rondelle, Beauvillier joue de façon robuste avec une tonne de rapidité. En relance, nous avons été très dangereux jusqu'à maintenant, je pense que c'est évident; la majorité de nos buts ont été inscrits de cette manière. »

La chimie n'a vraisemblablement pas mis de temps à opérer.

Il faut dire que Barzal et Eberle ont joué en compagnie de Ladd pendant la majeure partie de la saison et que Beauvillier et Barzal sont d'excellents amis dans la vie. Ça facilite l'adaptation.

Les trois se trouvent sur la patinoire avec une facilité déconcertante et le problème pour les équipes adverses, c'est qu'ils ont tous les habiletés nécessaires pour mettre la petite rondelle noire au fond du filet. Ils ont d'ailleurs fait la vie dure au trio pivoté par Paul Byron qui avait la lourde tâche de les contenir.

Le résultat : leur trio a été à l'origine de trois des cinq buts des leurs.

« On dirait qu'ils sont toujours au bon endroit, a dit Barzal à propos de ses compagnons. Il y a quelques jeux où je n'ai même pas regardé avant de faire la passe, je savais qu'ils seraient là. C'est de cette manière que tu sais qu'il y a de la chimie. Durant la saison, il y a des hauts et des bas, mais j'espère que nous pourrons surfer sur cette vague encore un bout. »

Encore jeune

Mais attention, tout n'est pas parfait. Barzal n'a encore que 20 ans et il lui reste encore beaucoup de choses à apprendre. Il n'a simplement pas le loisir de poursuivre son apprentissage de manière graduelle puisqu'il pivote déjà le deuxième trio de l'équipe et qu'il obtient des minutes importantes dans des situations cruciales.

« J'ai crié après lui au deuxième entracte, a lancé l'entraîneur Doug Weight en riant jaune. Il volait partout sur la patinoire, mais son trio a connu trois séquences difficiles de suite alors que l'autre équipe ne faisait que chercher la moindre étincelle pour revenir dans le match. Ça ne peut pas se produire.

« Il a besoin d'une attention spéciale. Je m'assois avec lui tous les jours et nous regardons des clips. Et nous parlons de devenir un champion plutôt qu'un joueur étoile. De remporter la Coupe Stanley plutôt que d'être admis au Temple de la renommée. Il veut faire tout ça, il veut être un grand joueur. Je ne veux pas le décourager, mais il y a toujours des choses à apprendre. »

Une chose est certaine, si Barzal agit comme une éponge comme le veut Weight, les équipes adverses pourraient très bientôt avoir besoin de pas mal plus que trois couleurs pour souligner son nom au tableau.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.