Skip to main content

Matchs en Europe : une étincelle pour les équipes de la LNH?

Lors des quatre dernières éditions de NHL Premiere, les gagnants de la Coupe Stanley étaient parmi les participants

par Hugues Marcil / Réviseur LNH.com

Est-ce que les matchs de la LNH en Europe inspirent les équipes à leur retour en Amérique du Nord ou est-ce que le voyagement et le décalage horaire affectent leur rendement? LNH.com a effectué un petit retour dans le temps pour tenter de répondre à la question.

Les Sénateurs d'Ottawa ont balayé la Série globale SAP 2017 de la LNH avec deux victoires de 4-3 face à l'Avalanche du Colorado, les 10 et 11 novembre derniers.

Comment les deux équipes réagiront-elles à leur retour en Amérique du Nord? Est-ce que le temps passé en équipe et les heures d'entraînement supplémentaires auront des répercussions positives sur la patinoire? Ou encore, la fatigue, l'adaptation à un nouvel environnement et le déplacement leur joueront-ils des tours?

Nous avons fait un saut de 10 ans dans le temps pour tenter de trouver des réponses. De 2007 à 2011, la LNH a tenu des rencontres de saison régulière dans divers marchés européens dans le cadre de NHL Premiere, une initiative visant à promouvoir le circuit Bettman à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Voici ce qu'on peut retenir du passé.

Des équipes inspirées au retour

Des 20 équipes qui ont disputé des rencontres en Europe lors des 10 dernières années, 11 ont présenté un dossier supérieur à 0,500 dans les cinq matchs suivant leur retour en sol américain. Parmi celles-ci, notons les Kings de Los Angeles (2011-12), les Bruins de Boston (2010-11), les Blackhawks de Chicago (2009-10) et les Rangers de New York (2008-09), qui ont tous montré une fiche de 4-1-0.

Aucune équipe n'a montré de fiche parfaite dans ces circonstances. En contrepartie, personne n'a encaissé une série de cinq revers.

Lorsqu'on étire la période d'analyse et qu'on jette un œil au rendement des équipes un mois après les affrontements européens, on constate que 13 d'entre elles ont un pourcentage de victoires supérieur à 0,500.

Les Ducks d'Anaheim de 2011-12 ont présenté une fiche de 3-2-0 avant de connaître une baisse de régime et de conclure le mois suivant leur retour avec une fiche de 5-7-3. Ils sont la seule équipe dans cette situation au cours de la période d'analyse.

En revanche, trois formations ont connu des difficultés à leur retour avant de redresser la barque en fin de mois. Les Sharks de San Jose de 2010-11 (8-5-1), les Coyotes de Phoenix de 2010-11 (6-4-5) et le Lightning de Tampa Bay de 2008-09 (5-3-4) sont parvenus à le faire après des fiches respectives de 2-3-0, 1-1-3 et 1-1-3 au retour.

Et les séries?

Des 11 équipes ayant une fiche positive dans les cinq matchs suivants ceux d'Europe, quatre n'ont pas participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Quatre autres formations ont montré un dossier négatif, mais sont parvenues à être de la danse printanière.

Le plus surprenant dans tout ça? Lors des quatre dernières éditions de NHL Premiere, les gagnants de la Coupe Stanley étaient parmi les participants, soit les Kings en 2011-12, les Bruins en 2010-11, les Blackhawks en 2009-10 et les Penguins en 2008-09.

Est-ce que ça veut dire que les Sénateurs et l'Avalanche s'affronteront en finale de la Coupe Stanley cette saison? Nous vous conseillons de ne pas mettre trop d'argent là-dessus.

En voir plus