Skip to main content

John Scott couronne une fin de semaine de rêve au Match des étoiles 2016 Honda de la LNH

Scott nommé joueur par excellence du tournoi

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE - John Scott ne sait pas ce que l'avenir comme hockeyeur lui réserve à brève échéance. Mais il espère que l'épopée de rêve qu'il a couronnée en héros au Match des étoiles, dimanche, lui ouvre de nouveau les portes de la LNH.

« Je l'espère parce que j'estime que je peux encore jouer dans la Ligue nationale », a-t-il mentionné.

Pour le moment, Scott doit retourner à Terre-Neuve chez les IceCaps de St. John's, l'équipe-école des Canadiens de Montréal dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Le géant attaquant avait peine à réaliser ce qui lui arrivait après avoir aidé l'équipe de la section Pacifique à enlever les honneurs du tournoi disputé selon la formule à trois contre trois, étant même choisi le joueur par excellence de la journée.

« Ça ne s'invente pas ces choses-là », ne cessait-il de répéter en conférence de presse.

L'ailier âgé de 33 ans, qui a été élu capitaine de la section Pacifique au scrutin populaire mené par la LNH, a de nouveau reçu le soutien des amateurs pour l'obtention du titre de joueur par excellence. Ils ont voté majoritairement pour lui sur Twitter, même si son nom ne figurait pas parmi la liste des trois finalistes soumise.

« Je disais aux gars sur le banc que j'espérais remporter le véhicule (le prix remis au joueur par excellence) parce que j'en ai bien besoin », a confié le père de deux fillettes qui verra la famille doubler avec la naissance de jumeaux au cours des prochaines journées, voire des prochaines heures.

Scott a d'ailleurs acquiescé quand on lui a suggéré que la naissance de ses jumeaux très bientôt compléterait la plus formidable semaine de sa vie.

« Sur le plan sportif, c'est assurément ce que j'ai vécu de mieux en carrière », a élaboré le hockeyeur d'Edmonton qui a réussi deux buts dans le premier gain des siens contre la section Centrale.

Porté en triomphe par quelques courageux coéquipiers, au moment où il accordait une entrevue sur la glace, Scott obtiendra de plus sa part de la bourse de 1 million $ que les 11 joueurs de la section Pacifique toucheront. De quoi payer des couches...

Blague à part, la majeure partie du montant sera redistribuée à des œuvres caritatives.

« Nous ferons la bonne chose… », a-t-il mentionné.

Scott a reçu le chèque au nom de l'équipe de la part du commissaire de la LNH Gary Bettman.

« Il m'a dit : `Je suis fier de toi. C'est une belle histoire, une belle performance de ta part. Savoure le moment. Nous sommes heureux que tu sois ici', a-t-il révélé. Je n'entretiens aucune rancune envers lui ou quiconque. On m'a permis de venir, même si on n'était pas dans l'obligation de le faire. J'estime qu'au final ç'a été positif pour tout le monde. »

Tout le monde était heureux pour Scott, même les joueurs de la section Atlantique qui se sont inclinés 1-0 en finale.

« Nous avons perdu, mais nous sommes contents pour John. C'est un scénario de rêve pour lui », a commenté le gardien Roberto Luongo, des Panthers de la Floride.

« C'est l'histoire de la fin de semaine, a déclaré le coéquipier de Luongo en Floride Jaromir Jagr. L'histoire du gars dont on ne voulait pas qui finit par être le héros. J'adore ce genre d'histoires. C'était son cas. La LNH ne voulait pas de lui au Match des étoiles et pour la LNH ce qui s'est produit aujourd'hui représente la plus belle histoire de toutes celles liées au Match des étoiles. »

Perry fait la différence

En finale, Corey Perry a été le seul marqueur à la 14e minute d'action, en deuxième période. S'amenant sur le flanc droit, l'ailier des Ducks de Anaheim a trompé la vigilance de Ben Bishop à l'aide d'un tir des poignets après avoir reçu la passe de Daniel Sedin, des Canucks de Vancouver.

Perry s'est vu refuser un autre but avec 2 :53 à jouer parce que son coéquipier Taylor Hall a embêté le gardien Bishop dans l'espace réservée au gardien.

Jonathan Quick (10 arrêts) et John Gibson (sept) ont été les co-auteurs du jeu blanc.

Roberto Luongo (12 arrêts) et Bishop (trois) ont été devant le filet de la section Atlantique.

Luongo brillant

On a assisté à un beau duel de gardiens entre Luongo et Quick au cours de la première période de 10 minutes. Luongo a réalisé un arrêt acrobatique vers la fin face à Joe Pavelski, qui croyait pouvoir lancer dans l'ouverture béante. Mais Luongo, dans un geste désespéré, a étiré le bras au bon endroit.

En début de soirée, la section Atlantique avait défait la section Métropolitaine 4-3, grâce au but de P.K. Subban, et la section Pacifique avait eu raison de la section Centrale 9-6 aidée du doublé de Scott.

En voir plus