Skip to main content

Martin : Groulx le prochain de la lignée?

Jacques Martin voit Benoit Groulx être le prochain entraîneur francophone à œuvrer dans la LNH

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Jacques Martin pouffe de rire quand on amorce l'entrevue en lui demandant à quand son retour comme entraîneur des Canadiens de Montréal?

C'était une plaisanterie, mais sait-on jamais. Après Michel Therrien qui a effectué deux séjours à la barre du Tricolore et avec le retour récent de Claude Julien, il y a peut-être de l'espoir pour Martin, qui a dirigé l'équipe entre les années 2009 et 2012.

La fiction rattrape parfois la réalité. Cela dit, Martin est très heureux dans son poste d'adjoint à l'entraîneur des Penguins de Pittsburgh Mike Sullivan. Il a été partie prenante de la conquête de la Coupe Stanley des Penguins, l'an dernier. Il a paraphé un contrat de deux ans avec l'organisation l'été dernier et, à l'âge de 64 ans, il sait que ses chances d'être de retour derrière le banc d'une formation de la LNH s'amenuisent.

Quoiqu'un ancien entraîneur-chef n'est toujours qu'à un coup de fil de redevenir entraîneur-chef.

Du reste, Martin se réjouit pour son compatriote franco-ontarien Julien qui n'est pas demeuré sans emploi trop longtemps à la suite de son congédiement comme pilote des Bruins de Boston, le 7 février.

« Je connais bien Claude et sa famille, nous sommes de la même région en Ontario. Il vient d'Orléans. C'est proche de Saint-Pascal, d'où je viens, souligne-t-il. Personnellement, je l'ai côtoyé à mes débuts derrière le banc des Sénateurs d'Ottawa en 1996. Il était l'entraîneur des Olympiques de Hull dans la LHJMQ. »

Pour Martin, il est primordial que l'entraîneur des Canadiens soit francophone.Il prétend que l'organisation a l'embarras du choix parce que les candidats de qualité ne manquent pas et qu'elle n'a pas à se soucier de laisser passer une prestigieuse candidature d'un anglophone.

«  Nous (les entraîneurs francophones) n'avons rien à envier aux entraîneurs anglophones, affirme-t-il. Alain Vigneault (des Rangers de New York) vient de remporter son 600e match dans la LNH. Il y a Claude qui a gagné la Coupe Stanley et qui vient de passer la marque des 1000 matchs, Bob Hartley, Michel Therrien, Guy Boucher et moi. »

Il aurait pu ajouter les noms de Jacques Lemaire, de Michel Bergeron, de Jacques Demers, de Pat Burns, de regrettée mémoire, et de Patrick Roy.

Martin est lui-même au premier rang des entraîneurs francophones et en 12e position de la liste des entraîneurs de l'histoire de la LNH, avec un bagage de 1294 matchs comme entraîneur, au sein de quatre organisations (Blues de St. Louis, Sénateurs d'Ottawa, Panthers de la Floride et les Canadiens).

Groulx le prochain?

Pour ce qui est de savoir s'il y a de la relève, le premier nom qui vient à l'esprit de Martin est celui de Benoit Groulx qui fait ses classes dans l'organisation du Lightning de Tampa Bay, avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Martin est bien placé pour parler des compétences de Groulx, puisqu'il l'a engagé en 2008 afin de diriger l'équipe-école des Panthers de la Floride, à l'époque où il était le directeur général du grand club.

« Il est peut-être le premier de la lignée, avec Pascal Vincent qui dirige l'équipe-école des Jets de Winnipeg, opine-t-il. Ce que j'appréciais surtout de Benoit, c'était son approche pour développer des joueurs, pas uniquement sur le plan physique mais sur le plan psychologique. C'est un bon tacticien, un gars exigeant et un gagnant. On n'a qu'à regarder sa feuille de route. Il a eu du succès partout où il est allé. »

Groulx a été entraîneur des Americans de Rochester pendant deux saisons jusqu'en 2010, avant de reprendre du service à la barre des Olympiques de Gatineau pendant cinq saisons.

« Je n'étais plus chez les Panthers l'année après son embauche et la situation n'était plus favorable pour lui à Rochester au bout de deux ans, a expliqué Martin. Il a fait de l'excellent travail. »

À l'aube de la cinquantaine en âge, Groulx pourrait bien être le prochain entraîneur francophone à œuvrer dans la LNH.

En voir plus