Skip to main content

Marleau va égaler le record de Howe contre le Wild

L'atteinte de cette marque par l'attaquant des Sharks est encore plus spéciale puisqu'elle appartenait à « M. Hockey »

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

En grandissant à Aneroid, en Saskatchewan, Patrick Marleau a voulu savoir quels joueurs natifs de sa province avaient atteint la LNH. Au sommet de la liste, il y avait l'un des plus grands de tous les temps, celui qui avait joué plus de matchs que quiconque dans la LNH, Gordie Howe.

« Ça donne de l'espoir, a-t-il dit. Ça m'a fait espérer qu'un jour, ça pourrait être moi qui vais jouer dans la LNH, puisque d'autres joueurs l'avaient fait avant moi et qu'eux aussi provenaient de petites communautés rurales de la Saskatchewan. »

À LIRE AUSSI : Marleau s'approche du record de matchs joués de Howe avec humilité

Jouer dans la LNH est un exploit en soi. Parmi tous ceux qui ont enfilé une paire de patins, seulement 8100 joueurs ont disputé au moins une rencontre dans la Ligue en plus d'un siècle, à compter de la première saison en 1917-18. Le nombre est 8072, si on inclut seulement la saison régulière.

Quand on tient compte de ça, on réalise que Marleau est sur le point de réussir l'un des exploits les plus impressionnants dans le monde du sport, et c'est encore plus spécial parce qu'il va dépasser nul autre que « M. Hockey ». Marleau va égaler le record de 1767 matchs joués en saison régulière de Howe, quand les Sharks de San Jose vont affronter le Wild du Minnesota samedi (20 h HE; BSN, NBCSCA, NHL.TV), et il va le battre contre les Golden Knights de Vegas lundi.

Howe, qui est né à Floral, en Saskatchewan, et qui a grandi à Saskatoon, est décédé le 10 juin 2016 à l'âge de 88 ans. S'il était en vie aujourd'hui, il serait présent pour voir Marleau battre son record, et si ce n'était pas de la pandémie du coronavirus, un membre de la famille Howe aurait été sur place pour le représenter.

« Je sais que mon père serait là et qu'il serait derrière Patrick avec tout son cœur », a déclaré le fils de Howe, Mark, lui-même un défenseur ayant été intronisé au Temple de la renommée du hockey. « Pour moi, il n'y a aucun doute là-dessus. C'était la personne qu'il était. »

Howe a été le meneur au chapitre des rencontres jouées en saison régulière pendant près de 60 ans depuis qu'il a dépassé Ted Lindsay, la même journée où il est devenu le premier à disputer 1000 parties, le 26 novembre 1961.

Quand Howe a pris sa retraite la première fois, après la saison 1970-71, il avait joué 1687 matchs de saison régulière dans la LNH, 300 de plus que le joueur derrière lui, Alex Delvecchio, et il les avait tous joués avec les Red Wings de Detroit. (Marleau est également deuxième derrière Howe sur la liste des joueurs ayant disputé le plus de rencontres de saison régulière avec une seule concession, mais il a 93 parties de retard, ayant joué 1594 matchs avec les Sharks.)

À ce moment-là, Howe avait 43 ans. Il faisait de l'arthrite dans les poignets, et Detroit avait raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley dans quatre des cinq saisons précédentes. Il croyait que c'était le bon moment de se retirer.

Mais l'envie de jouer n'a pas disparu pendant qu'il a occupé un poste au sein du personnel administratif des Red Wings, surtout avec la possibilité d'évoluer avec ses fils Mark et Marty. Il a joué pour Houston et la Nouvelle-Angleterre, dans l'Association mondiale de hockey (AMH), de 1973 à 1979 entre l'âge de 45 et 51 ans, ajoutant 419 matchs qui ne comptent pas dans le livre des records de la LNH.

L'AMH n'était pas la LNH, surtout dans les premières années, mais il s'agissait tout de même de l'une des meilleures ligues professionnelles, qui a éventuellement fusionné avec la LNH. Howe a joué une autre saison dans la LNH avec les Whalers de Hartford en 1979-80, alors qu'il a eu 52 ans le 31 mars de cette année-là, prenant part aux 80 rencontres et amassant 41 points (15 buts, 26 passes).

On peut mettre en relief ce que Marleau et Howe ont accompli en ce qui a trait à la longévité. La LNH jouait des saisons plus courtes à l'époque de Howe, mais Marleau a perdu des matchs en raison de conflits de travail. Howe pratiquait un style beaucoup plus robuste, tandis que Marleau a perduré à une époque où la LNH est de plus en plus jeune et rapide.

« Pour l'avoir regardé jouer il y a des années, Patrick Marleau était un patineur puissant et imposant, et quand tu peux faire ça, tu peux jouer très longtemps », a indiqué Mark, qui a longtemps agi comme dépisteur professionnel pour les Red Wings. « Et il est toujours demeuré en santé. »

On peut jouer au jeu des suppositions. Que se serait-il produit si Howe n'avait jamais quitté la LNH la première fois? S'il n'avait pas eu la chance de jouer avec ses fils, serait-il revenu au jeu? Le cas échéant, Marleau serait-il déjà détenteur du record?

Ça importe peu. Ce sont deux joueurs différents ayant évolué à différentes époques. C'est comme comparer des pommes à des oranges.

Ce qui importe le plus, c'est ce que Marleau et Howe ont en commun : à la base, les deux voulaient partir de la Saskatchewan et atteindre la LNH, et les deux ont joué aussi longtemps parce qu'ils sont des amoureux de leur sport. À 52 ans, Howe ne voulait pas prendre sa retraite et il était fâché que les Whalers décident d'aller dans une autre direction. À 41 ans, Marleau, qui écoule la dernière saison de son contrat, veut continuer à jouer le plus longtemps possible.

« Tu grandis, tu rêves de jouer dans la LNH et de gagner la Coupe Stanley, et c'était son but chaque année », a affirmé Mark au sujet de Gordie. « Il adorait être sur la glace. Il aimait compétitionner. Il aimait jouer. Les records, le Temple de la renommée, les honneurs individuels, c'était chose du passé. »

« Il a fait assez d'argent », a ajouté Mark, cette fois au sujet de Marleau. « Aujourd'hui, je pense que plusieurs joueurs quittent parce qu'ils en ont assez et qu'ils ont fait assez d'argent, mais lui, il est motivé par l'amour du sport, pas par l'argent, ce qui est beau à voir. »

Marleau aura rencontré Gordie au moins une fois. Lors du Match des étoiles 2009 de la LNH à Montréal, Marleau jouait au mini-hockey avec son fils Landon, qui avait 2 ou 3 ans à l'époque. Howe est arrivé, il s'est emparé d'un petit bâton et s'est mis à jouer avec Landon. 

« Je n'ai pas pu prendre de photos du moment, a dit Marleau. Je n'avais pas mon téléphone avec moi. Nous étions près de la salle des repas. Mais je ne vais jamais oublier cette image et cette histoire. »

Marleau va maintenant prendre le flambeau des mains de Howe. À lui de le tenir bien haut.

« Même s'il ne le démontrait pas toujours sur la patinoire, il a toujours eu un immense respect pour tous ses confrères », a lancé Mark au sujet de son père, en riant. « Je suis convaincu qu'il serait heureux pour Patrick. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.