Skip to main content

Marie-Phillip Poulin côtoie les légendes

La talentueuse Beauceronne a dit avoir vécu une « journée mémorable » en prenant part au Match des anciens du Temple de la renommée

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste LNH.com

TORONTO - Légende en devenir elle-même, Marie-Phillip Poulin a pu côtoyer quelques-uns des grands noms du hockey, dimanche. 

La talentueuse Beauceronne a dit avoir vécu une expérience « mémorable » en prenant part au Match des anciens du Temple de la renommée, avec l'équipe de Mats Sundin, un de ceux dont elle s'intéressait à la carrière dans son enfance.

Poulin a réussi un des plus beaux buts de la rencontre, en soulevant la rondelle du revers dans la lucarne derrière Marty Turco.

« Ce sont des joueurs que je regardais à la télé. Ils sont tous gentils, c'est incroyable d'avoir pu vivre ça. Ç'a été une journée mémorable. »

À LIRE AUSSI : Wickenheiser s'est dépassée toute sa carrièreWickenheiser au Temple parce qu'elle a été dominante selon Goyette

Sa présence à Toronto dimanche a mis un baume sur la saison sabbatique qu'elle s'est vu imposer à la suite de la disparition de la Ligue professionnelle féminine cette saison.

« Je joue évidemment moins de matchs, même s'il y a autant de pratiques sinon plus que les autres années. C'est la fébrilité des matchs des fins de semaine qui me manque le plus.

« On a organisé des tournois-vitrines (Showcase) à Toronto, à Chicago et au New Hampshire afin de créer un 'buzz' pour le hockey féminin, en vue de la création d'une ligue viable pour nous. Il y a des discussions en cours. Nous avons un groupe de joueuses qui nous représentent dans ces réunions. On se croise les doigts pour qu'un projet aboutisse. »

D'ici là, Poulin et ses équipières de l'équipe canadienne peaufinent leur préparation en vue du Championnat du monde qui aura lieu à Halifax, en avril. Les Canadiennes ont des choses à se faire pardonner après avoir terminé troisièmes au Championnat du monde, l'an dernier.

Samedi, l'ancienne grande attaquante Hayley Wickenheiser a affirmé au cours de la séance des questions-réponses avec les amateurs que le Canada devait revenir à un style de jeu collectif plus cohérent, davantage basé sur la possession de la rondelle, afin d'éviter que les Américaines n'accentuent leur suprématie.

Poulin pense exactement comme son ancienne coéquipière qui fera son entrée au Temple de la renommée, lundi.  

« Les faits sont là, nous avons raté la finale du Championnat du monde, a-t-elle acquiescé. Nous avons atteint le fond et nous nous sommes regardés dans le miroir. Nous sommes toutes déçues et nous voulons maintenant remonter. La motivation ne sera pas difficile à trouver. Nous aurons le couteau entre les dents, surtout que le tournoi a lieu au pays. »

Pour Poulin, retrouver de la confiance face aux Américaines pourrait faire toute la différence.

« C'est une question de confiance, il faut la retrouver. Les deux matchs que nous avons gagnés contre les Américaines à Pittsburgh, la semaine dernière, ont fait du bien. »

Les États-Unis ont remporté les honneurs des cinq derniers Championnats du monde, en plus des Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018. 

Poulin, âgée de 28 ans, a dit que le hockey féminin suit la même courbe de progression que celle de son pendant masculin.

« Les filles qui sortent des rangs universitaires sont super rapides et talentueuses. C'est impressionnant. Ça me donne un coup de pied au derrière pour que je travaille plus fort afin de pouvoir les suivre », a-t-elle énoncé en guise de conclusion.  

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.