Skip to main content

Marchessault croit pouvoir répéter ses exploits à Vegas

Le Québécois pense être en mesure d'atteindre à nouveau le plateau des 30 buts sous les ordres de Gerard Gallant

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Lorsqu'il s'est entendu sur les modalités d'un contrat de deux saisons avec les Panthers de la Floride l'été dernier, Jonathan Marchessault ne s'attendait probablement pas à être considéré comme l'un des éléments centraux de l'attaque des Golden Knights de Vegas un an plus tard.

C'est pourtant bien le cas.

Il faut dire que les marqueurs de 30 buts ne courent pas les rues, et c'est ce que le Québécois de 26 ans a accompli à sa première saison complète dans la LNH. À un modeste salaire annuel de 750 000 $, le joueur de centre de 5 pieds 9 pouces représente une aubaine que l'équipe d'expansion ne pouvait ignorer.

Reste plus qu'à savoir si Marchessault, qui n'a que 124 matchs dans la LNH au compteur, sera en mesure d'atteindre cet imposant plateau pour une deuxième saison de suite.

Si certains observateurs ont des doutes à ce sujet, c'est loin d'être le cas pour le principal intéressé.

« C'est sûr qu'il y a des attentes parce que j'ai ouvert des yeux l'an dernier. C'est seulement une question de répondre à l'appel et d'embrasser le défi, a-t-il dit samedi lors du Boot Camp présenté à Ste-Foy. Si j'ai du temps de glace, je sais que je peux faire une différence et que je peux répéter ce que j'ai fait l'an dernier. »

Du temps de jeu, Marchessault risque d'en avoir plus souvent qu'à son tour. Son total de 51 points en 75 matchs fait de lui le joueur le plus productif de la formation la saison dernière, si l'on exclut Vadim Shipachev qui évoluait dans la KHL.

Pour couronner le tout, le Québécois retrouvera à Vegas l'entraîneur qui lui a donné sa véritable première chance de se faire valoir en Gerard Gallant.

Ce dernier avait décidé de l'employer sur le premier trio en début de saison, un privilège auquel il n'a plus eu le droit lorsque le directeur général Tom Rowe a congédié Gallant pour prendre la barre de l'équipe à la fin du mois de novembre.

« C'était décevant pour ça, a dit Marchessault. Je respectais mon rôle de gars d'avantage numérique et de deuxième ou troisième trio. Malgré tout, j'ai été capable d'être productif donc je me dis que si j'ai un plus gros rôle, je vais être capable de l'être de nouveau. 

« Gerard, tu ne peux pas avoir une meilleure personne à côtoyer, c'est tellement une bonne personne. La plus belle qualité pour un entraîneur, c'est d'être honnête et c'est ce qu'il est. Je pense que chaque joueur voudrait ça. »

Perron en quête de stabilité

Il ne serait pas surprenant de voir Marchessault être utilisé avec son compatriote David Perron en cours de saison. L'ailier gauche de 29 ans a lui aussi été réclamé par les Golden Knights après avoir amassé 46 points, dont 18 buts, en 82 matchs avec les Blues de St. Louis.

Il s'agit pour Perron d'un autre changement d'équipe, lui qui n'a pas passé plus d'une saison complète avec la même formation depuis 2012-13, la dernière de six saisons consécutives à St. Louis.

Le père de deux enfants tentera de s'établir à Vegas même s'il en est à la dernière année d'un contrat de deux ans paraphé avec les Blues l'été dernier.

« J'ai eu une bonne saison et mon rôle était quand même très défini, a-t-il expliqué. J'ai beaucoup bougé dans les dernières années et j'ai essayé de recréer la stabilité dans une ville que je connaissais (St. Louis), mais ça fait partie du métier.

« D'un autre côté, l'équipe me voulait donc c'est intéressant. Je vais essayer d'aller bâtir quelque chose là-bas avec l'organisation en espérant créer quelque chose à plus long terme. »

Même s'il n'avait pas encore eu l'occasion de discuter avec Marchessault à propos de son nouvel entraîneur, Perron s'est lui aussi dit emballé de travailler avec Gallant au cours de la prochaine année.

« Le soir même [du repêchage d'expansion] j'étais un peu déçu, a avoué Perron. Mais le lendemain, j'ai réalisé que Gallant était l'entraîneur et j'ai seulement entendu du positif de lui. C'est un gars qui aime les travaillants et qui sait négocier avec plusieurs types de joueurs. Ça va être intéressant. »

 

 

 

 

En voir plus