Skip to main content

Marchessault a longtemps attendu ces moments

Le petit Québécois répond aux exigences de son rôle prédominant chez les Golden Knights

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

SAN JOSE - Jonathan Marchessault a attendu longtemps avant de vivre ces moments d'ivresse.

À 27 ans, le Québécois a enfin l'occasion d'occuper un rôle prédominant au sein d'une équipe qui offre l'un des spectacles les plus excitants des présentes séries éliminatoires. Mais non seulement se voit-il confier d'importantes responsabilités, il répond à l'appel chaque fois.

Depuis le début de la série entre les Golden Knights et les Sharks, le petit patineur originaire de Cap-Rouge a inscrit deux buts et récolté quatre mentions d'aide. Le trio qu'il forme avec William Karlsson et Reilly Smith a quant à lui enregistré 19 points (six buts, 13 aides) en trois petits matchs.

Video: VGK@SJS, #3: Marchessault fait mouche en A.N.

Les trois rapides patineurs ont chacun inscrit un but et ont totalisé quatre aides dans un gain de 4-3 en prolongation qui a permis aux Golden Knights de prendre les devants 2-1 dans la série, lundi.

À LIRE: Résumé du match no 3 Golden Knights vs Sharks 

Karlsson a marqué le but gagnant et Marchessault a récolté une aide sur le jeu. Quoi de neuf là-dedans?

« La seule raison pour laquelle j'ai signé ici, c'est parce que je ne peux pas être plus heureux », a dit celui qui a paraphé une prolongation de contrat de six ans et 30 millions $ en cours de saison.

« Je joue sur le premier trio d'une équipe qui a fini au premier rang de la section Pacifique. Je suis vraiment content de pouvoir avoir du succès et d'aider mes coéquipiers à gagner des matchs de hockey. C'est seulement ça que je veux. »

Marchessault attendait seulement que cette occasion se présente à lui pour sauter dessus. Il pensait pourtant l'avoir saisi l'an dernier avec les Panthers de la Floride lorsqu'il a atteint le plateau des 30 buts à sa première saison complète dans la LNH.

Mais lorsque Tom Rowe a congédié Gerard Gallant avant de prendre la barre de l'équipe, au mois de novembre 2016, le rôle de Marchessault a été modifié et on ne l'a plus revu sur le premier trio.

Comme rien n'arrive pour rien, le Québécois a été sélectionné par les Golden Knights au repêchage d'expansion et a du même coup retrouvé Gallant.

On connaît la suite. 

Auteur de 27 buts et 48 aides en 77 matchs de saison régulière, il est maintenant un élément indispensable de la dynamique attaque de Vegas en séries. La chimie qu'il affiche avec Karlsson et Smith, un autre laissé-pour-compte des Panthers, est sans équivoque.

« Ils jouent ensemble depuis longtemps, ils s'aiment bien et ils travaillent fort ensemble, a vanté Gallant. Ils ne sont pas seulement bons en attaque, ils s'appliquent en zone défensive et ils ont beaucoup de plaisir à jouer. »

Des yeux tout le tour de la tête

On a pu voir cette chimie à l'oeuvre, lundi, quand Smith a mis la touche finale à un superbe jeu amorcé par Marchessault au deuxième vingt. Après avoir fait circuler la rondelle en fond de territoire, le Québécois s'est retourné et a servi une passe vive à Karlsson qui a simplement redirigé le disque vers Smith, posté de l'autre côté.

Video: VGK@SJS, #3: Smith complète le beau jeu de Karlsson

 La redirection de Karlsson semble si incroyable à vitesse réelle que plusieurs se demandent toujours si c'était vraiment ce qu'il voulait faire.

« Je savais qu'il n'était pas loin, a dit le Suédois. Je ne veux pas sonner arrogant, mais c'était bien l'intention. Il a patiné vers le filet comme ça, si vous voyez ce que je veux dire. Je pense que je l'ai vu du coin de l'oeil. Je savais qu'il serait là. »

Bien sûr qu'il le savait. Parce que c'est un jeu que les trois pratiquent depuis longtemps.

« C'est quelque chose de planifié, a confirmé Marchessault. Je vais du côté gauche et j'amène la rondelle au filet sur la palette de Karly. C'était un jeu parfait et nous savions qu'il fallait profiter du fait qu'ils étaient fatigués et garder la possession. »

Ce sont pour des moments comme ceux-là que le petit Québécois, à qui on ne prédisait pas un grand avenir, a persévéré.

« Chaque joueur de hockey vit pour ces moments-là, a-t-il fait valoir. De participer aux séries, c'est la plus belle chose et de pouvoir connaître du succès, c'est incroyable. C'est le plus beau moment de l'année et il faut certainement l'apprécier. »

Il ne l'aura pas volé.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.