Skip to main content

Marc-André Fleury se tient prêt au cas où, mais il n'y croit pas

Le gardien des Penguins sait que Matt Murray est l'homme de confiance de l'entraîneur

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

CRANBERRY - Marc-André Fleury a estimé mercredi qu'il a autant de chances de disputer le match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley que Kristopher Letang a de chances de revenir au jeu avant la conclusion de la série. C'est-à-dire zéro.

« C'est pas mal ça », a marmonné le vétéran Fleury en français, mercredi, à l'issue de la séance d'entraînement des Penguins de Pittsburgh.

Ç'a mis fin au suspense, si suspense il y avait, entourant l'identité du gardien des Penguins en vue de la rencontre contre les Predators de Nashville au PPG Paints Arena, jeudi (20h HER; TVA Sports, CBC, NBCSN).

La série quatre de sept est à égalité 2-2.

Avant Fleury, le jeune Matt Murray n'avait pas vendu la mèche sous prétexte qu'il ne savait rien - ce qui était possiblement le cas.

« Même si je savais, je ne vous le dirais pas », avait-il mentionné.

Après avoir répondu aux questions des journalistes anglophones, Fleury n'a pas fait de cachette qu'il ne s'attend pas de rejouer d'ici la remise de la Coupe Stanley. Cela dit, il a précisé demeurer fin prêt au cas où on requerrait ses services.

« C'est assez clair que Matt est l'homme de confiance. »

Pour ce qui est de Letang, la rumeur farfelue de son éventuel retour au jeu a été vite étouffée par l'entraîneur Mike Sullivan, mardi. Le défenseur québécois, opéré au cou au début d'avril, a réitéré qu'il n'y a aucune chance, mercredi, même s'il a recommencé à patiner légèrement.

Les Penguins avaient initialement fait état d'une période de récupération d'entre quatre et six mois. Or, il ne s'est même pas écoulé un mois depuis l'intervention chirurgicale.

Pour revenir au match no 5, Sullivan est plutôt à la recherche de solutions qui ciblent l'attaque. Mercredi à l'entraînement, il avait concocté de nouveaux trios. La principale réaffectation a été celle de Conor Sheary au sein du trio de Sidney Crosby à la place de Bryan Rust qui a été relégué dans l'unité du vétéran Matt Cullen.

Dans quelle mesure doit-on accorder de l'importance aux changements compte tenu que l'ailier Patric Hornqvist manquait à l'appel à l'entraînement? Dans son cas, Sullivan a invoqué une simple journée de soins thérapeutiques.

Le joueur de centre Nick Bonino était également absent. Sullivan a indiqué que son état de santé continue d'être revu sur une base quotidienne. Bonino a raté les deux derniers matchs en raison d'une blessure au pied gauche. Il a bloqué un tir du défenseur P.K. Subban dans la deuxième rencontre de la Finale. Il avait pu compléter la partie, mais il se déplace à l'aide de béquilles depuis ce temps.

En l'absence de Hornqvist, Scott Wilson s'est entraîné en compagnie d'Evgeni Malkin et de Phil Kessel. Wilson a été laissé de côté dans les deux matchs à Nashville.

Les Penguins sont de retour à la maison sur une égalité de 2-2 dans la série, mais on a le sentiment qu'ils ont le dos acculé au mur ou à tout le moins qu'ils se retrouvent dans les câbles face à des rivaux qui sont continuellement à leurs trousses.

« Je ne sais pas si on peut dire que nous nous retrouvons dans les câbles. Nous devons gagner un match, rien n'a changé. L'utilisation du mot 'désespérer' me fait rire un peu. Il est beaucoup employé dans le hockey. Il a la connotation de désespoir. Ce n'est pas le bon mot afin de décrire notre état d'âme, a-t-il détaillé. J'estime que nous devons afficher un sentiment d'urgence. Nous devons jouer avec de détermination et de conviction. Nous sommes à notre mieux quand nous ajoutons ces ingrédients à notre jeu. Notre concentration n'est portée que sur le match de jeudi. »

Les propos de Crosby sont allés dans le même sens que ceux de son entraîneur.

« Les deux équipes se retrouvent dans la même situation de sentiment d'urgence, a-t-il opiné. Rendu à ce stade, chacune croit en ce qu'elle fait. On peut apporter quelques ajustements, mais c'est maintenant une affaire d'exécution. »

Sullivan, Crosby et Malkin ont relevé plusieurs aspects positifs du rendement de l'équipe dans le quatrième duel.

« Pour la première fois de la série, nous avons dominé les Predators au chapitre des chances de marquer, a noté Sullivan. Après avoir regardé la bande vidéo du match, il y a beaucoup de choses à aimer de notre performance. »

Crosby a parlé de l'importance de soutenir davantage la pression exercée en zone offensive afin de forcer les quatre défenseurs élites des Predators à s'essouffler à défendre plutôt qu'à relancer et à appuyer l'attaque comme ils le font si bien.

Auteur de deux buts dans les deux premiers matchs, Malkin s'est dit confiant que ses coéquipiers et lui seront à la hauteur s'ils jouent comme ils l'ont fait dans la dernière rencontre à Nashville.

« Hé nous sommes dans une bonne situation », a lancé le Russe qui se dit plus motivé que jamais à l'approche du dénouement de la Finale. « La série est 2-2 et nous jouons à la maison. C'est une belle occasion pour nous de reprendre l'avance dans la série. »

Quant à Murray, il a dit ne pas s'en faire avec le fait que les Predators l'aient déjoué plusieurs fois du côté de la mitaine. 

« Je n'estime pas que c'est une de mes lacunes. Je travaille à peaufiner tous les aspects de mon jeu. S'ils veulent tirer du côté de la mitaine, je leur dis : 'Allez-y. Lancez de ce côté'. » 

En voir plus