Skip to main content

Malkin s'impose et les Penguins font mieux que prévu en l'absence de Crosby

LNH.com @NHL

MONTREAL - Les Penguins de Pittsburgh n'ont pas besoin de faire l'acquisition d'un joueur vedette, avant mardi prochain - date limite des transactions dans la LNH. Ils n'auront qu'à saluer sous peu le retour de Sidney Crosby!

"Pour nous, c'est comme si on faisait un gros échange sans ne rien céder en retour", a imagé Georges Laraque, jeudi.

"Et n'oubliez pas qu'on va aussi revoir bientôt dans la formation Marc-André Fleury et Gary Roberts, a ajouté le dur à cuire. Ce sont également de précieuses acquisitions."

Les Penguins n'ont pas connu de traversée du désert, au contraire, depuis la perte de Crosby, qui a subi une entorse à une cheville le 17 janvier.

Les joueurs, avec en tête Evgeni Malkin, ont répondu à l'appel de l'entraîneur Michel Therrien.

A l'occasion de la visite des Penguins à Montréal le 19 janvier, Therrien avait demandé à ses troupiers de se retrousser les manches.

Le soir même, les Penguins blanchissaient le Tricolore 2-0. Depuis ce temps, ils présentent un dossier de 7-4-1-1. Avant jeudi, ils étaient aux trousses des Devils du New Jersey, dans leur section, ainsi que tout près du sommet de l'Association Est.

"Peu de gens ont prédit qu'on aurait eu d'aussi bons résultats en l'absence de Crosby", a souligné l'entraîneur, en admettant lui-même être agréablement surpris.

Laraque a argué que la blessure de Crosby a finalement été une bonne chose pour l'équipe.

"Tout le monde a élevé son jeu d'un cran. Au retour de Sidney, personne n'aura aucune raison de ralentir."

Therrien ne s'attendait pas à ce que Malkin sorte de l'ombre comme il l'a fait. En 14 matchs, le Russe montre un rendement de 11 buts et de 16 passes pour 27 points.

"On le savait très bon, mais on ne s'attendait pas à ce qu'il soit dominant de la sorte. Tout le mérite lui revient. Il est un joueur de concession au même titre que les Crosby, Alexander Ovechkin et Vincent Lecavalier."

Therrien a souligné que Malkin (21 ans) est à peine plus âgé que Crosby et qu'il a dû passer au travers d'une période d'adaptation à son arrivée en Amérique du Nord.

"Il a connu une deuxième moitié de saison difficile, la saison dernière, a-t-il rappelé. Il a manqué de jus. Cette saison, il sait davantage à quoi s'attendre. Il est plus à l'aise. Il est un joueur dominant pour nous."

Malkin est moins timide qu'il était. Il maîtrise un peu mieux l'anglais. Son coéquipier Sergei Gonchar, qui l'héberge dans sa famille, voit à ce que l'adaptation se déroule sans heurts pour lui. Les deux se connaissent bien, ayant évolué ensemble en Russie lors de la saison du lock-out.

"Il m'a dit qu'il quitterait (la maison) la saison prochaine", a confié Gonchar, qui sert d'interprète pour Malkin quand il accorde des entrevues.

Jeudi, Malkin a mentionné qu'il n'a pas voulu saisir l'occasion qui s'est offerte afin de prouver quoi que se soit à quiconque.

"J'ai simplement la chance de jouer davantage, a-t-il indiqué. C'est possiblement la raison pour laquelle j'ai plus de succès."

Premier marqueur de la LNH avant les matchs de jeudi, Malkin a dit n'accorder aucune importance à la lutte qu'il livre à son compatriote Alexander Ovechkin, des Capitals de Washington.

"La seule chose qui compte à mes yeux, c'est de contribuer aux succès de l'équipe."

En voir plus