Skip to main content

Lundqvist voit le potentiel et croit au projet des Rangers

Le gardien est convaincu que New York pourra bientôt lutter pour une place en séries

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

GREENBURGH, New York - Henrik Lundqvist n'utilise pas le mot « reconstruction », même si c'est exactement ce que les Rangers de New York font. Il ne parle même pas de « révision », de « réinitialisation » ou de « construction ».
 

Le vétéran gardien des Rangers croit que ces mots fournissent des excuses pour se détourner de la victoire et il n'y a que la victoire qui compte à ses yeux.

Et la victoire ne suffit pas, il tient à gagner avec la seule équipe de la LNH pour laquelle il a évolué.

« Je vois le potentiel, a lancé Lundqvist. Je veux croire qu'on peut être une équipe gagnante. Je le crois sincèrement. Je pense qu'on peut se qualifier pour les séries éliminatoires (de la Coupe Stanley). Je suis convaincu que notre équipe est assez bonne pour ça. »

Lundqvist, le meilleur gardien de l'histoire des Rangers au chapitre des parties jouées (816), des victoires (433) et des blanchissages (63), se trouve dans une situation particulière à ce stade de sa carrière. Il veut gagner maintenant parce qu'il sait qu'à 36 ans, le temps presse pour lui.

À LIRE AUSSI: Super 16: Les Canadiens font leur entrée | Poolers: Top 25 des gardiens

Cependant, les Rangers souhaitent présentement établir les bases d'une future équipe championne.

Or, Lundqvist ne veut pas être échangé. Il ne veut pas partir. Il s'investit à fond dans les Rangers et il affirme que ce n'est pas difficile pour lui de le faire.

Les Rangers, qui affronteront les Kings de Los Angeles au Staples Center dimanche (15 h 30 (HE); FS-W, MSG, NHL.TV), montrent un dossier de 3-6-1 avec une seule victoire en temps réglementaire. Toutefois, Lundqvist a remarqué quelque chose lors des dix premières parties.

« On y est presque », a-t-il mentionné.

Video: COL@NYR: Un arrêt incroyable de Lundqvist sur Nieto

C'est ce que Lundqvist perçoit, et ce, même si les Rangers ne gagnent pas malgré ses bonnes performances. Il affiche une moyenne de buts accordés de 2,61 et un pourcentage d'arrêts de ,920 en huit matchs.

« On est sur la bonne voie, a-t-il poursuivi. On fait beaucoup de bonnes choses, alors c'est vraiment décevant de ne pas gagner plus souvent. Je pense qu'on joue assez bien pour remporter des victoires, mais on est à un ou deux jeux de gagner. On doit seulement garder le cap et rester confiants. Je suis convaincu qu'on va continuer de s'améliorer au fil des rencontres. »

Si Lundqvist croit que c'est possible, c'est en partie parce qu'il fait confiance au nouveau personnel d'entraîneurs des Rangers, mené par l'entraîneur recrue David Quinn.

Benoit Allaire, le vétéran entraîneur des gardiens de but des Rangers et le seul que Lundqvist a eu dans la LNH, est le seul membre du personnel d'entraîneurs qui a survécu au changement de régime.

« J'aime la façon de communiquer [de Quinn] avec les joueurs et sa façon de discuter de divers sujets, a révélé Lundqvist. Il est très ouvert pour parler de toutes sortes de choses avec les joueurs. »

Ils ont justement eu plusieurs de ces discussions au sujet de l'équipe. Quinn demande fréquemment l'avis de Lundqvist en raison de son expérience et du respect qu'il suscite dans le vestiaire.

Quinn affirme qu'il laisse habituellement les gardiens tranquilles, qu'il préfère les laisser dans leur monde. Cependant, avec Lundqvist, c'est différent et il ne peut pas se permettre d'agir de cette manière avec lui.

« Il me soutient constamment, a indiqué Quinn. En plus d'offrir de bonnes performances, il fait tout ce qu'on attend du meilleur joueur de notre équipe. Il est facile à diriger, il s'investit entièrement dans l'équipe et il me donne toujours l'heure juste sur ce qui se passe au sein de l'équipe. On voit les choses de la même façon. »

Ce qui signifie également que les deux ont des attentes mesurées, ce qui est inhabituel pour Lundqvist. En général, il entreprend chaque campagne avec l'idée que les Rangers peuvent aspirer à la Coupe Stanley. Quand les choses vont mal, il n'est pas rare de le voir exprimer sa frustration sur la glace.

Ce n'est toujours pas arrivé cette saison.

Il ne savait pas à quoi s'attendre à son arrivée au camp d'entraînement le mois dernier, mais jusqu'à présent, il s'attarde plus à ses rôles de gardien et de mentor qu'à celui de critique.

« On ne peut pas avoir les mêmes attentes qu'il y a cinq ans avec cette équipe, a admis Lundqvist. On ne peut pas. On veut gagner chaque soir et on fait tout ce qu'on peut à l'entraînement et pendant les matchs pour y arriver. Il faut toutefois avoir des attentes réalistes pour éviter d'être trop dur avec soi-même. Il faut savoir reconnaître le positif, comme les progrès qu'on fait, et ensuite, on pourra espérer commencer à accumuler les victoires et on va mieux se sentir. »

Il est convaincu qu'ils peuvent le faire et il veut réviser ses attentes en conséquence.

Voilà pourquoi Lundqvist s'investit à fond dans ce projet.

« Il faut y croire », a-t-il conclu.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.