Skip to main content

Lindy Ruff a décidé le réunir le trio Hecht-Brière-Pominville

LNH.com @NHL

BUFFALO (PC) - Daniel Brière va retrouver ses ailiers Jochen Hecht et Jason Pominville lors du deuxième match de la finale de l'Est qui sera présenté samedi soir (20 heures) au HSBC Arena. L'attaquant des Sabres a vécu une soirée de misère jeudi soir dans la défaite de 5-2 du Buffalo face aux Sénateurs d'Ottawa. Il espère que ce changement de trio sera bénéfique autant pour lui-même que pour l'équipe.

Dans le premier match de la série, Brière a joué moins de 16 minutes à la gauche de Tim Connolly et Ales Kotalik. Il n'a enregistré aucun point et n'a obtenu aucun tir au but. Il a même terminé la soirée à moins-2.

"C'est un match à oublier", a déclaré l'athlète de Gatineau après l'entraînement de vendredi. "Il faut plutôt regarder devant. Le prochain match est important. Il ne faut pas manquer notre coup sinon on risque de se retrouver en vacances plus vite qu'on le pense."

Brière n'a pu expliquer sa contre-performance contre les Sénateurs.

"J'ai à peine touché à la rondelle de toute la soirée, a-t-il noté. J'étais incapable de créer quelque chose. La rondelle ne semblait jamais venir dans ma direction. En fait, je n'étais tout simplement pas là. Pour être efficace, je dois me démarquer davantage."

A la défense de son cocapitaine

Lors de son point de presse, Lindy Ruff s'est porté à la défense de son co-capitaine. Selon l'entraîneur des Sabres, Brière a souffert du fait qu'il a cherché à opposer le trio de Chris Drury à celui de Jason Spezza. Les pénalités aux Sabres ont aussi grugé dans son temps d'utilisation.

"Jouer avec Connolly ne l'a pas aidé non plus, a dit Ruff. Connolly revient au jeu après une longue absence et il ne veut pas prolonger ses présences. Lorsqu'il rentrait au banc, Brière était porté à le suivre. C'est pourquoi je le change de trio pour le deuxième match."

Brière n'en veut pas à Ruff d'avoir limité son temps de glace dans le premier match.

"C'est difficile de contenter tout le monde, dit-il. Je n'ai pas l'intention de me plaindre. C'est pas le temps de remettre en question les décisions de l'entraîneur. Je suis derrière lui à 100 pour cent. Je suis de son bord. Je pense que je gaspillerais de l'énergie en m'interrogeant sur mon temps de glace. La décision est celle de Lindy. C'est lui le patron."

L'attaque à cinq

Les Sabres ont tenu une réunion avant de sauter sur la glace. Ils estiment avoir fait de bonnes choses jeudi. Ils savent aussi qu'ils devront corriger certains aspects de leur jeu.

"On a commis trop de revirements (19) en plus de rater le filet beaucoup trop souvent", a rappelé Brière. "On va devoir également améliorer notre jeu de puissance."

Dans le premier match, les Sabres ont été neutralisés en cinq supériorités numériques. Ils ont aussi concédé un but aux Sénateurs alors qu'ils profitaient de l'avantage d'un joueur.

La pression?

Selon Brière, ce mauvais match ne s'explique pas par une pression additionnelle.

"On a ressenti plus de pression dans les deux premières rondes, a-t-il expliqué. La pression était forte quand les Islanders ont remporté le deuxième match sur notre glace. La pression était aussi très forte quand les Rangers sont parvenus à niveler la série à 2-2. Si on a perdu le premier match, c'est pas à cause de la pression", a-t-il insisté.

En voir plus