Skip to main content

Lightning: Stamkos refuse de parler de son avenir

Le capitaine du Tampa Bay est blanchi à son premier match depuis le 31 mars; il pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

PITTSBURGH - Les émotions que Steven Stamkos ressentait étaient encore trop vives pour qu'il puisse envisager ce que l'avenir lui réserve.

Le capitaine du Lightning de Tampa Bay a travaillé si fort et enduré tellement de choses pour réussir à revenir au jeu à temps pour disputer le septième match de la finale de l'Association de l'Est, jeudi, et il lui restait encore beaucoup de choses à digérer après la défaite de 2-1 subie aux mains des Penguins de Pittsburgh et qui a mis fin à la saison de son équipe. C'est d'un ton sec qu'il a répondu à une question ayant trait à la possibilité qu'il venait de disputer son dernier match à titre de membre du Lightning.

« Non », a lancé Stamkos.

L'avenir de Stamkos avec le Lightning semble au mieux nébuleux. Son contrat actuel arrivera à échéance le 1er juillet, date à laquelle il pourrait devenir joueur autonome sans compensation. Mais on peut comprendre pourquoi son avenir était la moindre de ses préoccupations, jeudi.

En disputant son premier match en huit semaines après s'être remis d'une opération ayant pour but de diluer un caillot sanguin qui se trouvait près de sa clavicule droite, Stamkos espérait fournir l'étincelle qui aurait permis au Lightning d'avoir le dessus sur les Penguins et ainsi d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley pour la deuxième année de suite.

« Compte tenu de tous les obstacles que nous avons surmontés en groupe, je ne pourrais être plus fier des gars et du long parcours qu'ils ont fait malgré les blessures qui ont affecté l'équipe, a déclaré un Stamkos aux yeux humides. Je me sens mal pour les gars qui ont bataillé à chacun des matchs. J'ai pu disputer un match, mais ces gars-là ont connu de formidables séries. C'était tout simplement un honneur de me retrouver sur la glace avec ces gars-là ce soir. C'est dommage que le résultat souhaité n'ait pas été au rendez-vous. »

Stamkos avait cherché à entretenir le mystère après l'entraînement matinal, affirmant alors que rien n'avait changé en ce qui concerne son état de santé. Mais il a dit après le match de jeudi qu'il avait été optimiste, après que le Lightning eut subi la défaite 5-2 lors du sixième match de la série, mardi, qu'il aurait des chances de prendre part au septième affrontement.

« J'ai simplement cherché à me donner des chances d'être prêt si on avait besoin de moi, si on faisait appel à mes services, et ce soir ç'a été le bon soir, a-t-il indiqué. Ça n'a finalement pas fonctionné. C'est difficile en ce moment. C'est difficile à avaler, mais en fin de compte, ces gars-là peuvent se regarder dans le miroir parce qu'ils ont bataillé et je ne pense pas que bien des gens croyaient que nous ferions autant de chemin. »

Stamkos était reconnaissant que Tampa Bay ait réussi à se rendre aussi loin en séries sans lui, pour ainsi lui donner la chance de jouer à nouveau cette saison. Son match précédent remontait au 31 mars contre les Predators de Nashville.

Deux jours plus tard, il avait reçu un diagnostic de caillot sanguin. Après avoir subi une chirurgie vasculaire le 4 avril, les médecins ont jugé qu'il aurait besoin d'une période d'un à trois mois pour s'en remettre.

Il a commencé à patiner avec l'équipe à la fin d'avril. Il a toutefois indiqué qu'il était alors en « mode attente » parce qu'il avait besoin de prendre des anticoagulants pour éviter qu'un autre caillot se forme, et qu'il valait mieux qu'il ne joue pas pendant qu'il suivait un tel traitement.

Il a fini par obtenir le feu vert du personnel médical du Lightning, et la décision finale lui est finalement revenue, à savoir s'il se sentait à l'aise de revenir au jeu ou non.

« Pour revenir au jeu, tu dois être prêt à le faire non seulement physiquement, mais aussi mentalement; et c'était mon cas, alors je n'ai ressenti aucun sentiment d'hésitation », a-t-il fait savoir.

En attendant d'aller sur la glace en vue de l'échauffement d'avant-match, Stamkos a ressenti un mélange de nervosité et de fébrilité quand il a quitté le vestiaire des visiteurs au Consol Energy Center et s'est engagé dans le tunnel menant à la patinoire.

« C'est ce genre de moment que tu veux vivre, a-t-il dit. La foule qui rugit... C'est un septième match qui donne accès à la Finale de la Coupe Stanley, alors je savais que je voulais vivre ça. »

Et les autres membres du Lightning voulaient également qu'il vive l'expérience à leurs côtés.

« C'est notre meneur et nous l'adorons, a déclaré l'attaquant Brian Boyle. Nous étions très contents pour lui qu'il puisse jouer, et nous étions heureux en raison du joueur qu'il est. Je lui donne beaucoup de crédit. C'est difficile de sauter dans la mêlée de cette façon. Sa présence nous a soulevés. Il a failli marquer un but en deuxième période. »

Alors que Tampa Bay tirait de l'arrière 2-1 et qu'il restait 3:49 à faire au deuxième engagement, Alex Killorn a rejoint Stamkos en lui faisant une longue passe qui a permis à ce dernier de se détacher à l'aile droite. Stamkos n'a pu trouver assez de vitesse pour se rendre au filet sans être gêné, alors il a pris son élan et décoché un tir frappé du cercle des mises en jeu. Le disque s'est faufilé dans une ouverture entre le bras droit et le corps de Matt Murray, mais le gardien recrue y a touché juste assez pour que la rondelle glisse juste à l'extérieur du poteau gauche.

« Je croyais que je l'avais battu, a affirmé Stamkos. La rondelle lui est passée au travers et elle est ressortie de l'autre côté, alors c'est venu près. »

Ç'a été là la plus belle occasion de marquer qu'a obtenue Stamkos jeudi soir, au cours d'un match où le Lightning n'a pas menacé souvent. L'attaquant a complété la soirée avec deux tirs au but et un total de 11:55 de temps de glace. Ses présences sur la patinoire sont restées courtes, alors que l'entraîneur Jon Cooper a cherché à éviter de lui en mettre trop sur les épaules.

« C'était bien de voir le no 91 être là de nouveau, a dit le défenseur Anton Stralman. Je suis content pour lui qu'il ait pu revenir. Je me sens mal que l'équipe ait été incapable d'avoir le dessus pour lui et de signer la victoire pour lui. »

Le septième match a permis de montrer que ce sont les Penguins qui sont la meilleure des deux équipes. Le score final ne reflétait pas à quel point ils ont dominé. Ils ont eu le dessus 39-17 au chapitre des tirs, alors qu'ils ont maintes fois forcé Tampa Bay à commettre des revirements et à prendre des décisions mal avisées en raison de leur vitesse et de la pression qu'ils appliquaient sur les joueurs du Lightning.

Peut-être le résultat aurait-il été différent si le Lightning avait pu miser sur un Stamkos en santé dès le début de la série. Le destin en a toutefois décidé autrement.

« Ça fait mal en ce moment, évidemment, de venir si près de revenir au stade de la compétition que nous avions atteint l'an dernier et que nous avions de bonnes chances d'atteindre encore cette année, a noté Stamkos. Il faut leur donner crédit. Ils ont disputé tout un match. »

 

En voir plus