Skip to main content

Letang a été fortement ébranlé d'apprendre le décès de son ami Luc Bourdon

LNH.com @NHL

PITTSBURGH - Le jeune défenseur des Penguins, Kristopher Letang, a encaissé un dur choc en apprenant la nouvelle du décès de son bon ami Luc Bourdon, jeudi. Les deux étaient d'excellents amis, ayant évolué ensemble dans les rangs juniors, chez les Foreurs de Val-d'Or, ainsi qu'au sein de l'équipe canadienne junior.

Letang, qui profitait d'une journée de congé comme tous ses coéquipiers, a demandé à prendre du recul quand un collègue l'a contacté en milieu d'après-midi afin d'obtenir ses commentaires. C'est qu'il venait à peine d'apprendre la triste nouvelle. Il était évidemment très abattu, on le comprendra.

Letang, âgé de 20 ans, n'a pas pris part à la troisième rencontre de la finale de la coupe Stanley, mercredi, l'entraîneur Michel Therrien préférant faire appel au vétéran Darryl Sydor. On s'attend à ce que Sydor soit de nouveau de la partie, samedi.

...

Aucun joueur des deux équipes ne s'est même approché de la glace du Mellon Arena, jeudi.

Il sera intéressant de voir au retour des Red Wings à l'entraînement, vendredi, si Tomas Holmstrom va accompagner ses coéquipiers. Holmstrom souffrirait d'une blessure au bas du corps, comme l'ont indiqué les Wings. Après le match, on a vu Holmstrom se déplacer en boîtant. On croit qu'il serait blessé à un genou. Le Suédois s'est fait brasser la cage devant le filet de Marc-André Fleury. Le géant Hal Gill l'a malmené à quelques reprises.

...

Sidney Crosby a pris congé de la presse pour une rarissime fois, jeudi. Un repos fort mérité pour lui, au lendemain de l'éblouissante performance qu'il a livrée. Les collègues de Pittsburgh ne pouvaient se rappeler de la dernière fois que le numéro 87 avait fait cela.

En l'absence de Crosby, le volubile Maxime Talbot a volé la vedette. Vif d'esprit, l'attaquant québécois n'a pas son égal pour détendre l'atmosphère.

"Je suis à l'aise avec les médias. C'est sûr que c'est gros la finale de la coupe Stanley, mais je trouve ça le 'fun'. Je juge que c'est important d'être disponible pour vendre le sport", a-t-il dit.

Les journalistes se l'arrachent. On l'a même vu accorder une entrevue individuelle à un journaliste de... Buffalo!

...

Pendant ce temps, le mutisme de Mario Lemieux fait grandement jaser. Le co-propriétaire des Penguins décline toutes les demandes d'entrevues, sous prétexte qu'il ne veut pas porter ombrage à l'équipe.

Lemieux, qui a fourni à la ville de Pittsburgh ses deux conquêtes de la coupe Stanley en 1991 et 1992, est même peu visible dans l'entourage des jeunes Penguins.

"Il vient parfois nous serrer la main après des matchs, a dit l'attaquant Adam Hall. Pour le reste, il laisse les gars vaquer à leurs affaires dans le vestiaire."

Maxime Talbot a lancé à la blague que le grand numéro 66 l'avait invité à son tournoi de golf.

"C'est formidable. Il est un super propriétaire. Il vient faire son tour, mais je crois qu'il ne veut pas être trop présent.

"Je l'ai côtoyé davantage quand j'ai été blessé parce que je suivais les matchs de sa loge. J'ai pu voir qu'il est encore très passionné. Il est emballé quand il vient nous voir. Les succès qu'on connaît lui rappellent sûrement de bons souvenirs."

...

Sans enlever de mérite aux Penguins, on estime chez les Red Wings qu'on a suffisamment bien joué pour l'emporter, mercredi.

Les champions de l'Ouest ont envoyé 81 rondelles vers le filet de Marc-André Fleury. Vingt-six d'entre elles ont été bloquées en cours de route et 21 autres ont raté la cible.

Auteur de 32 arrêts, Fleury a signé une 19e victoire d'affilée au Mellon Arena. Il n'a pas perdu à Pittsburgh depuis novembre dernier.

En voir plus