Skip to main content

Les unités spéciales des Sénateurs sortent finalement de leur torpeur

Ottawa met fin à sa disette sur le jeu de puissance et écoule trois avantages numériques des Penguins

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

OTTAWA - L'attaquant des Sénateurs d'Ottawa Bobby Ryan avait raison.

« [Craig Anderson] nous a permis de remporter le match », a affirmé Ryan après que les Sénateurs eurent vaincu les Penguins de Pittsburgh 2-1 mardi grâce à 45 arrêts d'Anderson pour forcer la tenue d'un match no 7 dans la finale de l'Association de l'Est. « Mais nous avons aussi trouvé un moyen de marquer sur le jeu de puissance, et c'est très important. »

Non seulement les Sénateurs ont-ils marqué en avantage numérique pour la première fois en 11 matchs, ils ont également stoppé les Penguins sur leurs trois jeux de puissance, les empêchant de marquer en pareilles circonstances pour la première fois depuis le match no 3.

Les Sénateurs attendaient que leurs unités spéciales sortent de leur torpeur et les aident à signer une victoire. C'est ce qui s'est produit au moment le plus opportun, alors que leur dos était acculé au mur, et qu'ils faisaient face à l'élimination au Centre Canadian Tire.

« C'est la différence », a ajouté Ryan.

C'est parce que les Sénateurs ont joué de manière différente sur leurs unités spéciales, très différente en fait, qu'au cours des deux derniers duels.

Ryan a touché la cible au cours d'une supériorité numérique de deux hommes à 13:15 de la période médiane parce que les Sénateurs étaient finalement entrés en zone adverse en contrôle du disque, ce qui leur a permis de bien s'installer en avantage numérique.

Oui, il s'agissait d'un 5-contre-3, causé par les punitions des défenseurs de Pittsburgh Ron Hainsey (obstruction) et Ian Cole (bâton élevé) écopées à 36 secondes d'intervalle, mais Ottawa éprouvait tellement de problèmes sur le jeu de puissance, 0-en-29 à ses 10 dernières parties avant le match no 6, que même un 5-contre-3 ne représentait pas un but certain.

Cependant, le défenseur Erik Karlsson et le centre Kyle Turris ont tous deux laissé passer une occasion de tirer de la pointe afin de pouvoir construire un jeu qui a fait bouger les joueurs des Penguins, ce qui a libéré Ryan pour un tir sur réception du bas du cercle gauche. 

« Karl et Turris ont tous deux de meilleurs tirs que moi, a avancé Ryan. C'est incroyable ce qui peut arriver lorsque les joueurs ne conservent pas le disque. Il faut simplement trouver une ligne de tir, et essayer quelque chose. »

Ryan a qualifié son filet de « but chanceux », mais c'est plutôt sévère. Il s'agissait d'un tir sur réception qui a eu raison du gardien des Penguins Matt Murray du côté rapproché.

« De voir la rondelle pénétrer dans le filet, je crois que nous - ainsi que toute la communauté des Sénateurs - avons poussé un soupir de soulagement, car il y a trop longtemps que nous attendions de but », a lancé Ryan. 

Les Sénateurs ont eu à écouler deux jeux de puissance des Penguins au premier tiers pour retraiter au vestiaire avec une égalité de 0-0 après 20 minutes. Ils y sont parvenus en jouant mieux devant Anderson qu'ils ne l'avaient fait au cours des deux dernières rencontres, alors qu'ils avaient accordé quatre buts en cinq chances à court d'un homme, dont trois buts en trois occasions dans le match no 5.

« La rondelle se retrouvait sur notre bâton, nous avons pu dégager, et nous avons bloqué de gros tirs, a résumé Anderson. J'ai trouvé que nous avons mieux neutralisé leurs bâtons devant le filet qu'au cours de la dernière partie. »

Ils ont pu le faire, selon le défenseur Marc Methot, parce que leur positionnement était meilleur dans leur structure défensive, autant en zone neutre pour neutraliser les entrées de zone de Pittsburgh, qu'en zone défensive lorsque les Penguins parvenaient à entrer avec le disque.

« Nous ne courrions pas partout, a résumé Methot. Nous étions à notre place, dans les lignes de tir, et lorsque vous êtes dans les lignes de tir et que vous découragez votre adversaire de lancer, vous vous rendez un grand service.

« Nous devrons continuer à le faire, car nous ne pourrons pas changer notre façon de jouer dans leur amphithéâtre. »

Le match no 7 aura lieu à Pittsburgh jeudi (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC).

En voir plus