Skip to main content

Les unités spéciales des Predators peuvent s'améliorer avec Hynes

Les statistiques démontrent que le nouvel entraîneur peut relancer un jeu de puissance et un désavantage numérique qui fonctionnent sous la moyenne

par Rob Reese @RobReese / Journaliste NHL.com

Chaque semaine, LNH.com va au-delà des chiffres en utilisant des statistiques pour identifier des tendances et des aspects dans lesquels les équipes et les joueurs peuvent s'améliorer afin de prédire ce qui pourrait se produire dans les matchs à venir. Aujourd'hui, LNH.com identifie des faiblesses des Predators de Nashville et ce que le nouvel entraîneur John Hynes peut faire pour améliorer les chances de son équipe de participer aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

John Hynes a été embauché par les Predators le 7 janvier, remplaçant Peter Laviolette, qui avait été congédié la veille après six saisons à la barre de l'équipe. Avant les matchs de samedi, les Predators étaient à cinq points de la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association de l'Ouest avec 39 matchs à jouer. En jetant un coup d'œil attentif à leurs statistiques cette saison, on peut identifier certains aspects que Hynes pourra se concentrer à améliorer à court terme.

À LIRE AUSSI : Le changement d'entraîneurs des Predators vise les joueursPoolers : Varlamov s'imposera-t-il comme l'homme de confiance à New York?Poolers : Le top-50 des défenseurs de la LNH

Le jeu de puissance des Predators était inquiétant la saison dernière, quand il a pris le dernier rang de la LNH (12,9 pour cent). Ces difficultés se sont transportées en séries éliminatoires, où Nashville a maintenu une efficacité de 0-en-15 avant de s'incliner en six rencontres aux mains des Stars de Dallas lors de la série de première ronde de l'Ouest. L'avantage numérique de Nashville affiche une efficacité de 17,1 pour cent (23e dans la LNH) cette saison, mais l'équipe peut faire mieux. La mise sous contrat du joueur de centre Matt Duchene lors de la saison morte a aidé : il totalise neuf points avec l'avantage d'un homme, ce qui le place au premier rang à ce chapitre chez les attaquants des Predators, à égalité avec Ryan Johansen et Filip Forsberg.

Il est important de noter que l'attaquant Viktor Arvidsson, qui évolue sur la première vague du jeu de puissance, a raté 12 matchs en raison d'une blessure au bas du corps cette saison, ce qui pourrait avoir eu un impact négatif sur le pourcentage d'efficacité des Predators en avantage numérique. L'un des changements que Hynes pourrait considérer est de placer l'attaquant Craig Smith sur la première unité. Smith a inscrit le deuxième plus haut total de buts des Predators en supériorité numérique (neuf) en 2017-18, quand le jeu de puissance de l'équipe a pris le 12e rang de la LNH. Un autre joueur que Hynes pourrait utiliser sur les unités spéciales est l'attaquant Kyle Turris, qui affiche le troisième plus bas temps de glace moyen de sa carrière (14:17) en une saison. Turris a établi un sommet en carrière de 21 points avec l'avantage d'un homme en 2017-18 avec les Sénateurs d'Ottawa et les Predators et il pourrait apporter un vent de fraîcheur sur la première vague. Il s'agit d'un petit échantillon, mais Arvidsson (18,7 pour cent) et Turris (16,6 pour cent) viennent aux deuxième et troisième rangs, respectivement, au chapitre du pourcentage de tirs en avantage numérique cette saison, ce qui indique qu'ils pourraient être utilisés comme francs-tireurs sur la première unité. 

Video: NSH@PIT: Arvidsson bat Murray sur le retour en A.N.

Les unités d'infériorité numérique de Nashville se classent au 30e rang dans la LNH, à égalité avec les Red Wings de Detroit à 73,7 pour cent. Les Predators ont excellé à court d'un homme la saison dernière, terminant au sixième rang (82 pour cent), donc qu'est-ce qui a bien pu changer? Les cinq joueurs passant en moyenne le plus de temps sur la glace en désavantage numérique la saison dernière, Ryan Ellis, Roman Josi, Mattias Ekholm, Colton Sissons et Nick Bonino, sont les mêmes cette saison. La différence est le pourcentage d'arrêts du gardien numéro un Pekka Rinne quand il fait face aux jeux de puissance adverses. La saison dernière, il était à ,861 dans cette situation, alors que son pourcentage est de ,750 cette saison. Ce pourcentage est bon pour le dernier rang dans la Ligue parmi les 59 gardiens qui ont joué au moins huit matchs. L'auxiliaire Juuse Saros a mieux fait à court d'un homme (pourcentage de ,857) et devrait être considéré pour obtenir plus de départs sous les ordres de Hynes.

Les chiffres suggèrent que des changements de personnel en avantage numérique et en infériorité numérique pourraient grandement améliorer le rendement de l'équipe, qui affiche de bonnes statistiques dans les autres facettes du jeu. Les Predators viennent au septième rang pour le différentiel de tentative de tirs (plus-173), ce qui suggère qu'ils contrôlent la rondelle à forces égales. Les Predators sont également à égalité au quatrième rang de la Ligue au chapitre du pourcentage de tirs à 5-contre-5 (9,5 pour cent). Leur pourcentage d'arrêts à 5-contre-5 (,916) est bon pour le 18e rang et pourrait être meilleur, mais il vaut la peine de souligner qu'ils font mieux à ce chapitre que les Hurricanes de la Caroline (,912), les Golden Knights de Vegas (,910), les Oilers d'Edmonton (,909) et les Flyers de Philadelphie (,907), qui sont tous dans le portrait des séries éliminatoires actuellement.

Les Predators sont quatrièmes pour le pourcentage de mises en jeu gagnées cette saison (52,2), ce qui explique pourquoi ils ont souvent le contrôle de la rondelle et qui, ultimement, profite à leurs gardiens. Une amélioration dans cet aspect n'aurait qu'un impact minimal sur leurs gardiens. Hynes pourrait instaurer une culture où les tirs bloqués seraient valorisés chez les Predators, qui se classent au 19e rang dans cette catégorie (590), mais en tenant compte du fait que les Penguins de Pittsburgh, les Maple Leafs de Toronto, les Bruins de Boston, les Jets de Winnipeg, le Lightning de Tampa Bay, les Blues de St. Louis, les Flyers et les Hurricanes bloquent moins de tirs, il ne semble pas y avoir de corrélation entre les victoires et le nombre de tirs bloqués.

Une suggestion audacieuse serait d'aller chercher de l'aide devant le filet avec l'un des gardiens qui pourraient devenir joueurs autonomes sans compensation après la saison. Robin Lehner, des Blackhawks de Chicago, répond aux critères, alors qu'il prend le premier rang pour le pourcentage d'arrêts en désavantage numérique (,932) chez les gardiens ayant joué au moins 20 rencontres. Que les Predators décident d'aller chercher de l'aide ou non, améliorer les unités spéciales sera l'une des priorités de Hynes.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.