Skip to main content

Les trop nombreux revirements ont coûté le match aux Sabres face aux Sens

LNH.com @NHL

BUFFALO (PC) - Les Sabres ont commis beaucoup trop d'erreurs pour espérer vaincre les Sénateurs. Ils devront apporter les correctifs nécessaires sinon ils se rendront à Ottawa en déficit de 2-0 dans la série.

Les Sabres présentent un dossier de 1-13 lorsqu'ils perdent le premier match d'une série. Leur seule victoire dans pareilles circonstances remonte à 1997. Ils avaient alors disposé des Sénateurs qui participaient aux séries pour la première fois de leur histoire.

"C'est un match décevant, a admis Lindy Ruff. Nous avons mal joué en possession de la rondelle. Nous avons très mal géré notre attaque.

"Nous avons aussi commis trop de revirements (19 contre huit aux Sénateurs). Nos passes étaient également annoncées d'avance. Ces erreurs ont fini par nous coûter le match.

"On pouvait se compter chanceux d'être à égalité 2-2 après deux périodes. Malheureusement, le troisième but des Sabres a été marqué à la suite d'un autre revirement", a-t-il déploré.

Les Sabres ont pourtant bien entrepris la rencontre. Ils ont sollicité Ray Emery tôt dans le match. Mais le but de Mike Fisher, réussi en infériorité numérique, a modifié l'allure du match.

"On a seulement obtenu 20 tirs mais plusieurs de ces lancers étaient de qualité, a noté Ruff. Emery a dû réaliser de bons arrêts. Mais nous avons commis trop de revirements", a-t-il répété.

Les unités spécialisées ont joué un rôle dans ce match.

Les Sénateurs ont marqué deux buts en supériorité numérique, sans parler du filet de Fisher réussi à court d'un joueur.

"Ils ont été meilleurs que nous, a convenu Ruff. Les Sénateurs jouent bien en infériorité numérique."

C'est la première fois que les Sabres tirent de l'arrière dans les séries après avoir éliminé les Islanders de New York et les Rangers de New York.

"On va devoir dépoussiérer notre jeu, a dit l'entraîneur des Sabres. Il faudra aussi oublier cette défaite. Il nous faut absolument remporter le deuxième match."

Le trio de Daniel Brière a vécu une soirée difficile. Brière, Tim Connolly et Ales Kotalik ont terminé la soirée avec un différentiel de moins-7. Brière n'a joué que 15 minutes 33 secondes.

"Il a été victime des circonstances, a expliqué Ruff. On s'est vu imposer des pénalités au moment où il devait sauter sur la glace. Ces 10 minutes de pénalités ont grugé son temps d'utilisation."

En voir plus