Skip to main content

Les surprenants Bruins ont même déjà gagné une série éliminatoire!

LNH.com @NHL

Les Bruins de Boston ont déjà remporté une série éliminatoire! Leur entraîneur Claude Julien leur avait lancé le défi d'envisager leurs cinq premiers matchs de la saison dans l'ouest des Etats-Unis comme une série qu'il fallait gagner.

"Et c'est ce que nous avons fait, se réjouit le centre numéro un des Bruins Marc Savard. Ce qui nous place en bonne position pour disputer nos trois premiers matchs à domicile."

Les Bruins disputeront leur premier match devant leurs partisans jeudi contre le Lightning de Tampa Bay avec une fiche de 3-2, à la suite de victoires à Phoenix, Los Angeles et San José, et de défaites à Anaheim et Dallas.

"Il est encore tôt, mais c'était un voyage difficile et rentrer à la maison avec six points est très bon", a constaté le directeur général Peter Chiarelli.

Un autre très bon point, c'est que les Bruins disputeront leurs 77 derniers matchs à l'heure de l'est. Ce sera 77 autres occasions de démontrer aux prophètes de malheur qu'ils ont eu tort. Car il s'en est trouvé plusieurs pour prédire que les Bruins allaient terminer dans les bas-fonds du classement, ce qui s'est avéré une source de motivation.

"Je sais que c'est quelque chose que Claude a rappelé aux joueurs à plusieurs occasions, a indiqué Chiarelli, qui est au poste pour une deuxième saison. Et les gars lisent les journaux. Ils sont fiers et je suis convaincu que c'est une facteur de motivation."

"Le principal, c'est que nous étions conscients d'avoir les joueurs (pour se qualifier dans les séries) et je crois que nous sommes confiants, a dit Savard. Claude a imposé un système où tous les joueurs sont responsables et jusqu'ici ça fonctionne."

L'ancien entraîneur du Canadien et des Devils du New Jersey remplace Dave Lewis derrière le banc.

"Il pense constamment aux détails et au système, dit Chiarelli de son entraîneur. A l'entraînement, il s'arrête aux petites choses, et il va siffler et arrêter le jeu pour une passe ratée ou un joueur placé trois pieds trop loin. Et c'est important."

Le directeur général juge son équipe plus difficile à affronter.

"Notre sentiment d'urgence, notre échec-avant et nos batailles à un contre un, tout est mieux", estime-t-il.

Une "kid line"

Aussi, les Bruins peuvent compter sur trois trios pour marquer des buts: Savard évolue entre Chuck Kobasew et Peter Schaefer, Patrice Bergeron entre Glen Murray et Marco Sturm, et David Krejci, 21 ans, entre Phil Kessel, 20 ans, et Milan Lucic, 19 ans.

Savard, qui domine encore son équipe avec sept points (1-6), signale aussi le jeu de puissance, qui domine la Ligue nationale avec un taux de réussite de 28,6 pour cent.

Devant le filet cependant, Emmanuel Fernandez, vu comme une acquisition majeure, a été surclassé par Tim Thomas, qui montre une fiche de 2-1, une moyenne de 1,34 et un pourcentage d'arrêts de .957, contre des chiffres de 1-1, 5,00 et .796 pour le neveu de Jacques Lemaire.

"Nous nous attendons à voir Manny jouer comme il l'a fait par le passé", prévoit cependant Chiarelli.

En voir plus