Skip to main content

Les Stars attentifs aux paroles des champions

Les sages conseils de Sharp, Oduya et Niemi inspirent les plus jeunes en attendant d'affronter les Blues

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

FRISCO, Texas - C'est au match no 7 qu'ils ont eu le plus besoin de lui. Alors que le pointage était égal, que s'égrainaient les dernières minutes de la rencontre et qu'ils subissaient l'assaut des Blackhawks de Chicago. C'est à ce moment-là que l'ailier droit Troy Brouwer s'est distingué pour les Blues de St-Louis, marquant le but gagnant et propulsant du même coup les Blues au deuxième tour.

Brouwer - en plus de tout ce qu'il accomplit sur la patinoire - partage son expérience avec ses coéquipiers, lui qui compte plus de 85 matchs de séries éliminatoires en carrière. Et les Blues manquent justement cruellement d'expérience en séries.

Mais ils ne seront pas les seuls durant la deuxième ronde de l'Association de l'Ouest qui débute vendredi au American Airlines Center (20 h HE; NBCSN, CBC, TVA Sports). En effet, les Stars de Dallas sont dans une situation semblable, l'organisation n'ayant accédé qu'une fois aux séries éliminatoires au cours des sept dernières saisons, perdant en première ronde en 2014.

Or les Stars ont également fait le plein de sagesse en faisant l'acquisition de l'ailier gauche Patrick Sharp, du défenseur Johnny Oduya et du gardien de but Antti Niemi. Les trois nouveaux venus ont remporté la Coupe Stanley avec les Blackhawks.

Et que dire des autres joueurs des Stars? Seuls cinq d'entre eux ont participé à plus de 40 matchs en séries éliminatoires, notamment l'ailier gauche Travis Moen (78 matchs et une Coupe Stanley avec les Ducks) et le centre Tyler Seguin (49 matchs et une Coupe Stanley avec les Bruins). Pourtant, tel que l'a souligné Sharp, plusieurs autres joueurs ont acquis une expérience précieuse sur la scène internationale ou ailleurs, comme celle qu'il a lui-même acquise en séries dans la LAH avant de remporter les grands honneurs avec Chicago.

Qu'importe, les séries éliminatoires de la Coupe Stanley sont une toute autre histoire.

« C'est d'une importance capitale dans un vestiaire », a déclaré le centre Cody Eakin en parlant de l'importance de pouvoir compter sur certains joueurs ayant connu du succès en séries éliminatoires de la LNH. « Leur présence est rasssurante. Lorsque ces joueurs parlent, nous prêtons l'oreille. »

Eakins l'a constaté par lui-même lors du match no 3 contre le Wild du Minnesota, après que les Stars eurent remporté les deux premiers matchs de la série et pris les devants 2-0 en première période. Le Wild a créé l'égalité avant de prendre l'avance, mais les Stars ont répliqué pour réduire l'avance du Wild à un but en troisième période.

« Ils avaient le vent dans les voiles », se souvient Eakin. « La foule était bruyante et nous nous démenions pour revenir de l'arrière. Malgré la défaite, Sharp a remarqué que nous n'avions pas abandonné et que nous devions voir le but que nous avions marqué comme un signe encourageant.

« Je n'y avais même pas pensé. Les paroles de Sharp nous ont remonté le moral. Malgré la foule et le jeu inspiré de nos adversaires, nous avions tout de même réussi à marquer. »

Sharp possède suffisamment d'expérience pour choisir les mots qui conviennent aux circonstances. Il sait rassurer ses coéquipiers et les aider à se concentrer sur le moment présent et sur la tâche à accomplir. Bien entendu, les plus jeunes jouent aussi un rôle crucial dans les succès de l'équipe, ceux-ci étant prêts à tout pour accéder à la prochaine ronde et graver un jour leur nom sur la Coupe Stanley.

« Pour connaître du succès, une équipe doit être balancée », a déclaré Oduya. Il faut compter sur la présence de vétérans, mais aussi sur les jeunes et leur fougue, leur énergie, leur imprévisibilité et leur insouciance. »

Cet équilibre prend du temps à atteindre. Le succès en séries est également une question de temps et repose aussi en partie sur la chance et l'expérience. Sans compter que la tâche se complique d'une ronde à l'autre. Sharp, Oduya, Niemi, Moen et Seguin en savent quelque chose. Ils ont remporté la Coupe. Par leurs conseils et leurs expériences, ces joueurs guident leurs coéquipiers.

« Je compare le hockey des séries éliminatoires à une guerre psychologique », a ajouté Oduya. « Il faut atteindre un niveau de jeu instinctif, en équipe et individuellement, pour jouer à son meilleur. »

« C'est toujours le cas au hockey, mais ce l'est encore plus en séries. Il faut adopter un certain état d'esprit qui permet de jouer spontanément tout en travaillant avec acharnement, sans se soucier de ce qui peut arriver. C'est la clé du succès. »

Ainsi se résume la leçon tirée par Oduya lors des conquêtes de la Coupe Stanley en 2013 et 2015 et de ses nombreux matchs en séries. Les vétérans des Stars et des Blues souhaitent maintenant que leurs coéquipiers puissent à leur tour vivre l'expérience d'atteindre une finale d'Association.

Cette quête commence vendredi.

En voir plus