Skip to main content

Les Sharks se fatiguent à pourchasser les Penguins

L'entraîneur Peter DeBoer se creuse les méninges afin de trouver des solutions

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

SAN JOSE - Les Sharks de San Jose passent leur temps à pourchasser les Penguins de Pittsburgh depuis le début de la Finale de la Coupe Stanley. L'entraîneur Peter DeBoer a avoué lundi que ça devient essoufflant à la longue.

« Nous nous compliquons grandement la tâche en ne réussissant pas le premier but des matchs », a-t-il affirmé à l'issue de la défaite de 3-1 des siens. « Ça vous prive du rythme que vous pouvez vous donner en déployant les quatre trios à tour de rôle. C'est nouveau comme situation pour nous parce que nous avons souvent pris les devants contre nos autres rivaux en séries, les obligeant à modifier leur approche. »

Il est là, selon lui, le principal problème que l'équipe doit résoudre afin de donner plus de fil à retordre aux Penguins, qui se verront offrir l'occasion d'en finir jeudi chez eux. Pour le moment, on est à court de solutions.

« Nous devons trouver une façon de marquer tôt dans les matchs au lieu d'être continuellement les poursuivants. C'est drainant psychologiquement.

« Quand vous avez l'avance, vous jouez différemment, a résumé DeBoer. Vous êtes plus à l'aise. Vous faites confiance à tout votre personnel. La pression de devoir créer des chances à l'attaque est moins forte. Nous pouvons gérer le match. »

Marquer les premiers et ne jamais accuser de retard dans un match est la recette du succès des Penguins qui n'ont pas tiré de l'arrière dans leurs 435:46 dernières minutes de jeu malgré deux revers en prolongation, soit depuis le match no 5 de la finale de l'Association de l'Est contre le Lightning de Tampa Bay.

« Je ne sais pas comment on réussit à faire ça, a réagi l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. J'accorde beaucoup de mérite aux joueurs. Ils connaissent de très bons débuts de match, ils sont concentrés dès la mise au jeu initiale. Nous voulons prendre l'initiative tout de suite. Dès que vous marquez les premiers, ça améliore passablement vos chances (de gagner). Les gars essaient de jouer de la bonne façon. Quand l'occasion se présente, ils la saisissent. »

Sullivan s'est dit impressionné par la qualité du jeu hermétique en défense des deux équipes, lundi

« J'ai dit à mes adjoints que c'est le hockey le plus serré dont je suis témoin depuis que je suis associé à la Ligue nationale, a-t-il opiné. Les équipes doivent lutter d'arrache-pied pour chacun des centimètres de la glace. Chacune défend son territoire avec beaucoup de fermeté, c'est impressionnant à voir. »  

Dans ce contexte, rien de plus normal que ce soit ardu pour les joueurs vedettes de se mettre en évidence. Lundi, Evgeni Malkin a trouvé une façon de se démarquer avec un but et une passe. Chez les Sharks, le capitaine Joe Pavelski est encore à la recherche d'un premier point en Finale.

« Évidemment qu'il y a de la frustration chez les joueurs, a soumis DeBoer. Nos meilleurs éléments ont travaillé fort. Ils auraient pu marquer des buts. Nous avons eu plusieurs très bonnes occasions, peut-être les meilleures que nous ayons pu créer de la série, mais nous avons été incapables de les concrétiser. Leur gardien a fait de beaux arrêts. »

Pavelski a dit que ses coéquipiers et lui doivent continuer de redoubler d'ardeur.

« Je suis davantage frustré par le retard de 3-1 que nous accusons dans la série. Nous avons fourni un bel effort, eu nos chances. Nous devons aller de l'avant et nous concentrer uniquement sur ce que nous devons faire. »

Interrogé à savoir si la saison de Tomas Hertl était terminée, comme une rumeur le laissait entendre lundi, DeBoer a répété que le cas du jeune attaquant demeure revu sur une base quotidienne.

« Le journaliste qui avance ça n'est pas avec nous dans l'entourage de l'équipe ni avec les médecins. Moi je vous donne les informations que je détiens. »

 

En voir plus