Skip to main content

Les Sharks ont résisté à la tempête

San Jose a repris les devants pour de bon grâce au but de Karlsson en première période

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Les Sharks de San Jose ont plié, mais ils n'ont pas cassé en première période du match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley, jeudi.

Ils ne se sont pas laissés démonter après avoir vu les Penguins de Pittsburgh créer l'égalité 2-2 en l'espace de 22 secondes, peu de temps après qu'ils se soient offert une avance de 2-0.

Les Penguins ont exercé une forte pression, avant que Melker Karlsson ne redonne les devants aux visiteurs. Le but allait finalement s'avérer celui de la victoire.

« À 2-2, les gars sont restés concentrés, a mentionné l'entraîneur Peter DeBoer. Le mot d'ordre était de rester collé à ce que nous faisions. Nous avions bien commencé la rencontre. La pénalité (de Dainius Zubrus) nous a fait perdre du rythme. Les Penguins ont marqué un but chanceux en supériorité numérique. Leur deuxième l'a également été quelque peu. »

« Il fallait se serrer les coudes et poursuivre dans la même voie », a affirmé DeBoer.

Le défenseur Marc-Édouard Vlasic a ajouté qu'on a adopté la même attitude que si le score était de retour à 0-0.

« Que ce soit 0-0 ou 2-2, il fallait aller chercher le but suivant et c'est ce que nous avons fait. »  

L'entraîneur a relevé l'importance d'avoir finalement obtenu le premier but du match pour la première fois de la série.

« Ç'a été un gros but pour nous », a-t-il indiqué au sujet de la réussite de Brent Burns à 1:04. « C'était important d'aller le chercher. »

Vlasic a dit que ses coéquipiers et lui croient qu'ils peuvent renverser la vapeur advenant que la domination des Penguins se poursuive.

« Sur 10 matchs, peut-être que nos chances ne seraient pas très bonnes, mais il n'en reste que deux au maximum à disputer.

« Les gens disaient que la série était finie avec les Penguins en avance 3-1. Pourquoi ne disaient-ils pas la même chose quand les Penguins menaient 2-0? Une série n'est jamais terminée tant qu'une équipe ne gagne pas quatre matchs. Il ne sert à rien d'être négatif. »

Penguins déstabilisés

Dans le camp des Penguins, on estimait avoir suffisamment bien joué pour l'emporter. Évidemment, on était insatisfait du mauvais début de rencontre.

« Nous n'avons pas imposé le rythme comme nous l'aurions voulu au cours des cinq premières minutes d'action. Nous avons créé beaucoup d'occasions à l'attaque par la suite », a analysé le joueur de centre Sidney Crosby.

L'entraîneur Mike Sullivan a ressenti que ses troupiers ont paru déstabilisés en début de match, mais qu'ils ont tôt fait de se ressaisir.

« Nous n'avons pas connu le départ que nous aurions souhaité, mais j'apprécie que nous soyons vite retombés sur nos pattes.

« Nous avons fait beaucoup de bonnes choses à l'attaque », a continué l'entraîneur, en disant ne pas avoir envisagé de remplacer le gardien Matt Murray par Marc-André Fleury à l'issue de la première période. «  L'énergie y était, nous étions rapides et nous avons dominé au chapitre des occasions de marquer et des tirs. C'est uniquement une de ces soirées où nous avons été incapables d'acheter un but.

« La quatrième victoire d'une série est la plus difficile à obtenir. Nous savions que les Sharks seraient coriaces. Il y a toutefois beaucoup de positif à retirer de notre performance. »

Crosby a soutenu que les Penguins vont gagner la plupart du temps en continuant de préconiser leur style.

« J'ose le penser, quand vous créer des chances de qualité comme nous l'avons fait. Le jeu de puissance fonctionnait bien. Si nous continuons de la sorte, en gardant le même état d'esprit dès le départ, nous finirons par avoir du succès.

« Les Sharks jouaient pour ramener la série chez eux. Nous voulions en finir ici, mais ça ne s'est pas produit. Dès vendredi, nous tournerons la page et nous nous préparerons pour le match de dimanche. »

 

En voir plus