Skip to main content

Les Sharks aimeraient bien cesser de bousiller leurs avances contre les Wings

LNH.com @NHL

SAN JOSE, Californie (AP) - Ron Wilson n'a peut-être pas fait le meilleur choix en décidant de mettre une chemise de golf avec dessins de fleurs, dimanche. Surtout si on tient compte du fait que son équipe n'est plus qu'à une défaite de tomber en vacances pour l'été.

A ce temps-ci de l'année, après tout, la plupart des équipes de la LNH tentent d'éviter les terrains de golf. Mais en bousillant une avance au score dans chacune de leurs trois défaites face aux Red Wings de Detroit, les Sharks de San Jose ont donné l'impression d'avoir hâte d'astiquer leurs bâtons.

Wilson, un amateur de golf, restait quand même calme, dimanche, alors qu'il était de retour à domicile après avoir effectué un voyage décevant à Detroit, où les Wings ont pris le contrôle de la série grâce à un gain de 4-1 dans le cinquième match. C'était là la marge de victoire la plus importante dans la série jusqu'ici.

Même si les Red Wings pourraient éliminer le club de Wilson dans le sixième match de la demi-finale d'association, qui sera disputé à San Jose lundi soir, l'entraîneur n'était pas certain de ce qu'il pouvait faire de plus pour ranimer son attaque, son jeu de puissance et une équipe qui s'enferme dans un cocon défensif dès qu'elle prend l'avance.

Il espère simplement que ses vétérans, outre son homme à tout faire Joe Thornton, sonneront enfin l'éveil face aux Wings, amenant leurs coéquipiers à éviter de s'endormir lorsqu'ils ont les devants.

"On ne fait pas exprès, a dit Wilson. Ca arrive tout seul. Nous devons amener nos défenseurs à devenir plus combatifs. Nous accordons beaucoup d'espace en zone neutre, et la patinoire penche en leur faveur. Nous pouvons empêcher ça en jouant avec ardeur pendant 60 minutes."

Sinon, les Sharks pourraient se retrouver avec la réputation d'être un club talentueux qui ne peut répéter en séries les succès obtenus en saison régulière. Comme les Sénateurs d'Ottawa, par exemple, ou les Red Wings depuis leur conquête de la coupe Stanley en 2002.

"Ce qui est passé est passé, a déclaré le capitaine des Sharks Patrick Marleau. Il ne faut pas regarder plus loin que lundi pour l'instant. Il faut recourir à tous les outils nécessaires pour se motiver, parce qu'il n'y a rien après."

Les Wings, eux, aimeraient mettre un terme à la série et confirmer leur rendez-vous avec les Ducks d'Anaheim en finale de l'Association Ouest avant de manquer de défenseurs.

Mathieu Schneider ratera le reste des séries après avoir subi une fracture au poignet gauche dans le cinquième match, lors d'une mise en échec anodine de Marleau. Brett Lebda ne saura qu'avant l'affrontement de lundi s'il peut jouer malgré une entorse à la cheville gauche. Niklas Kronwall n'est pas près de revenir au jeu.

"Les gars vont avoir l'occasion de combler le vide, a noté le défenseur Chris Chelios. Tu ne peux pas remplacer Schneids, le talent d'un défenseur comme lui, mais il faudra assurer la relève."

L'entraîneur des Red Wings, Mike Babcock, n'est pas si sûr que son équipe a de l'élan même si elle a remporté trois des quatre derniers matchs de la série.

"On aimerait bien le croire, mais ça n'a pas été le cas dans cette série, a dit Babcock. C'a souvent changé de côté. Nous savons que ce sera difficile. Les débuts de match n'ont pas été à notre avantage jusqu'ici dans cette série. Nous devrons faire du meilleur travail à ce niveau-là."

En voir plus