Skip to main content

Les séries ne sont qu'un simple point de départ

Columbus veut que la meilleure saison de son histoire débouche sur un championnat de la Coupe Stanley

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

COLUMBUS - Les célébrations allaient bon train quand la musique s'est arrêtée, puis le vestiaire s'est tu. L'entraîneur John Tortorella a tapoté le bras du gardien Sergei Bobrovsky en passant, puis il a commencé son allocution à l'équipe.

Les Blue Jackets de Columbus venaient de se qualifier officiellement pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley à la suite d'une victoire de 4-1 contre les Devils du New Jersey au Prudential Center, dimanche.

« Vous devriez être très fiers de vous », a lancé Tortorella tout en lâchant un juron en guise d'emphase, pendant que les joueurs enlevaient leur équipement. « Tout le monde. Les soigneurs. Nous tous. Il faut être fier. Mais gardons les choses en perspective. »

Tortorella a levé la main gauche un peu plus haut.

« Ceci n'est que le début de notre parcours, a-t-il souligné. Nous avons mérité le droit de commencer à cheminer sur ce parcours. »

Les Blue Jackets n'ont jamais rien gagné en 16 ans d'histoire. Ils n'ont jamais terminé plus haut qu'au troisième rang dans leur section. Ils n'ont jamais remporté une série éliminatoire. Ils ont pris part aux séries deux fois avant cette année et ils ont remporté un grand total de deux matchs, dont un à domicile.

Maintenant, ils ont établi des records d'équipe pour les victoires (47) et les points (100) en saison régulière.

Mais ce n'est pas le temps de souffler. Les Blue Jackets occupent le troisième rang au classement général de la LNH, à deux points des Capitals de Washington et à un point des Penguins de Pittsburgh. Mais cela signifie qu'ils sont également troisièmes dans la section Métropolitaine. Ils sont par ailleurs à égalité au chapitre des points avec les Blackhawks de Chicago, les meneurs au classement de l'Association de l'Ouest, tout en ayant une victoire de plus en temps réglementaire et en prolongation.

Les Blue Jackets recevront les Maple Leafs de Toronto au Nationwide Arena mercredi (19h HE ; TVA Sports, SN, FS-O, NHL.TV) et ces deux équipes pourraient s'affronter de nouveau au premier tour éliminatoire dans l'Association de l'Est. Columbus rendra ensuite visite aux Capitals au Verizon Center, jeudi (19h HE ; CSN-DC, FS-O, NHL.TV), à l'occasion d'un match-clé dans la course pour le Trophée des Présidents et le titre de la section.

Ils auront neuf autres matchs du calendrier régulier à disputer ensuite, donc les Blue Jackets pourraient remporter le Trophée des Présidents et terminer au sommet de leur section, ou bien ils pourraient laisser filer l'opportunité de terminer plus haut qu'en troisième place de leur section pour la première fois de leur histoire même s'ils ont connu la meilleure campagne de leur histoire. C'est fou.

La question maintenant, c'est de savoir s'ils mettront tout en œuvre - ou plutôt s'ils devraient tout mettre en œuvre - pour terminer au premier rang de la section pour le simple plaisir de terminer premier, ou pour remporter le Trophée des Présidents pour revendiquer le fait d'être l'équipe ayant affiché le meilleur dossier dans la Ligue, ou encore pour s'assurer l'avantage de la glace en vue des séries ; ou encore, s'ils chercheront avant tout à bien se préparer en vue des séries. Mais ils n'ont pas besoin de choisir, dans le fond. Ils peuvent faire tout ça en même temps.

« Nous voulons continuer de nous améliorer et de peaufiner notre jeu afin d'être au maximum de notre potentiel lorsque les séries commenceront, a noté le capitaine Nick Foligno. Si cela nous donne le Trophée des Présidents, tant mieux. Sinon, alors nous saurons que nous avons disputé du très bon hockey et que nous devrons nous préparer à jouer encore mieux.

« Nous allons viser toutes ces choses en jouant de la même façon et en jouant avec ardeur à tous les matchs. Notre objectif est la Coupe Stanley mais pour y arriver, nous devons continuer à bien jouer contre Toronto, contre Washington. »

Après que les Blue Jackets eurent remporté 16 matchs de suite du 29 novembre au 3 janvier, la deuxième plus longue séquence du genre dans l'histoire de la LNH, certains se sont demandés s'ils ne jouaient pas au-dessus de leurs moyens. Cette question, Tortorella ne l'a pas posée, mais il s'est demandé quelle était la véritable identité de son équipe. Il a fait remarquer que le dernier droit permettrait de révéler bien des choses à cet égard.

Il y eu une baisse de régime tout à fait naturelle. Ils ont affiché un dossier de 8-10-1 à leurs 19 rencontres suivantes. Ils ont toutefois présenté une fiche de 10-2-1 à leurs 13 derniers affrontements et ils n'ont toujours pas connu de séquence de trois défaites cette saison. S'ils perdent quatre matchs sur sept au cours d'une série éliminatoire, même si c'est encore au premier tour, ce sera signe de la parité qui existe dans la LNH, pas parce que leurs succès en saison régulière auront été un mirage.

Les Blue Jackets ne sont pas des imposteurs. Ils ont un excellent gardien en Bobrovsky. Ils ont des défenseurs mobiles, à commencer par Seth Jones et Zach Werenski. Ils n'ont pas des vedettes à l'attaque comme les Capitals, les Penguins ou les Blackhawks, alors que personne ne se trouve parmi les 20 premiers au chapitre des points ; mais l'ailier droit Cam Atkinson est à égalité au quatrième rang pour les buts avec 33, et 11 joueurs ont au moins 10 filets.

Selon Tortorella, l'avantage d'avoir obtenu une place en séries avec 11 matchs à faire, c'est que ça lui donnera la chance de tenter certaines expériences au sein de son alignement. Depuis qu'il a été rappelé de l'équipe école de Cleveland dans la Ligue américaine de hockey, l'attaquant Oliver Bjorkstrand a récolté 10 points (six buts, quatre aides) en 16 rencontres. Tortorella veut voir s'il peut mettre en place trois trios offensifs au lieu de deux.

Le vétéran entraîneur a toutefois amorcé la saison avec l'intention de laisser son équipe jouer parce que le hockey est devenu plus rapide et davantage une question d'instinct, et aussi parce qu'il aligne de jeunes joueurs talentueux qui pourraient ralentir le tempo si on leur demandait de trop réfléchir. L'équipe a gagné sa confiance durant l'hiver.

Par le passé, Tortorella a distribué des bouquins décortiquant les forces et faiblesses de ses adversaires en séries parce qu'il était persuadé que c'était la meilleure façon de se préparer. Pas cette fois. Pas avec cette équipe. Les Blue Jackets passeront leurs adversaires en revue, c'est bien évident, mais ils se s'attarderont surtout à ce qu'ils peuvent faire de leur côté.

« Ce n'est pas facile pour les entraîneurs d'en arriver à cette conclusion, a noté Tortorella. Nous sommes tous des gens un peu contrôlants, nous voulons toucher à tout, et parfois nous touchons à tellement de choses que nous bousillons tout. Ç'a été là un élément très important du processus de développement de cette équipe, c'est-à-dire que j'ai appris à leur faire confiance. Ce n'est pas comme si je vais vous faire confiance automatiquement. Il faut le mériter, et c'est là un élément important de ce qui a forgé le groupe que nous avons ici. »

Ils ont mérité le droit d'entreprendre ce parcours, mais ils devront maintenant s'assurer de tous cheminer dans la même direction.

En voir plus