Skip to main content

Les Sénateurs ramènent les Penguins sur terre en les bafouant 6-3.

LNH.com @NHL

OTTAWA (PC) - Sidney Crosby ne conservera pas de bons souvenirs de son premier match en séries éliminatoires dans la LNH. Et les Penguins de Pittsburgh voudront oublier au plus tôt leur première rencontre d'après-saison en six ans.

Les Sénateurs d'Ottawa leur ont rappelé que les séries sont une toute nouvelle saison, mercredi, en les malmenant 6-3, devant 19 611 spectateurs à la Place Banque Scotia, dans la confrontation initiale de la série quart de finale de l'Association de l'Est entre les deux équipes.

Les jeunes loups de la Pennsylvanie ont été bafoués dans tous les aspects du jeu, incluant la robustesse.

"On ne peut pas être pire qu'on l'a été, a commenté l'entraîneur Michel Therrien. On va se regrouper et revenir plus fort.

"On n'a tout simplement pas été là. On a été mauvais dans l'exécution, avec et sans la rondelle. On n'a pas été physique. Donnons le mérite aux Sénateurs, ils nous ont dominés dans tous les aspects."

Crosby a conclu une soirée difficile en marquant à 49 secondes de la fin. L'orgueil de Cole Harbour n'a pas connu une bonne soirée. Il a joué nerveusement par moments, ce qui est inhabituel dans son cas.

Le numéro 87 s'est, de plus, vu refuser un but peu de temps après que les Sénateurs eurent pris l'avance 4-1, au début du dernier vingt.

"On n'a pas été à notre mieux, a affirmé Corsby. Si on avait eu le sentiment d'avoir tout donné, il y aurait lieu d'être inquiet, mais ce n'est pas du tout le cas. On a été trop passif au lieu de tenter de provoquer des choses.

"Ce n'est pas une excuse, mais c'était une première en séries pour plusieurs joueurs de l'équipe", a-t-il ajouté.

Andrej Meszaros, Chris Kelly, Tom Preissing, Dany Heatley, Chris Neil et Mike Comrie ont réussi les buts des Sénateurs.

Jordan Staal et Sergei Gonchar ont été les autres marqueurs des Penguins.

Le jeune gardien Marc-André Fleury a accordé six filets en 36 lancers, avant de céder la place à Jocelyn Thibault à 9:32 de la fin. A l'autre bout, Ray Emery a été mis à l'épreuve 26 fois.

Le deuxième match de la série sera présenté à Ottawa, samedi après-midi.

Bienvenue Sid et cie

Les inexpérimentés Penguins, sans doute nerveux, ont vite été confrontés à la dure réalité de la "vraie saison". Les Sénateurs leur ont passé le message qu'ils seraient maîtres chez eux, en exerçant une pression constante. Ils dominaient d'ailleurs 16-4 dans les tirs, au terme de l'engagement initial.

Fleury a mal paru sur la séquence du but de Meszaros, à 1:37. Incapable d'abord de mettre la mitaine sur la rondelle près de lui, il s'est ensuite retrouvé les fers en l'air, au moment où le défenseur des Sénateurs décochait sa frappe.

Kelly a doublé l'avance des hôtes, à 6:38, en récupérant son propre retour de lancer que le défenseur Adam Eaton venait de bloquer devant le gardien.

Les équipes ont échangé les buts en deuxième. Une période qui a manqué de rythme. Les Sénateurs ont de nouveau eu l'initiative dans les tirs, 13-8.

Preissing a porté le score à 3-0, à 14:38, pendant un jeu de puissance. Après avoir reçu la passe de Jason Spezza, le défenseur a laissé partir un tir haut du cercle d'engagement à la gauche de Fleury.

Staal a rétréci l'écart à deux buts à 3:02 de la fin, logeant le disque sous Emery, qui a été incapable de l'immobiliser.

Les Sénateurs ont frappé tôt en troisième, Heatley complétant la stratégie de Daniel Alfredsson dès la neuvième seconde.

Crosby a cru avoir replacé les siens dans le coup dès la reprise de l'action, mais on a jugé qu'il avait poussé la rondelle avec le patin, dans sa chute sur la glace.

Quand Neil a fait 5-1 plus tard, à la suite d'un revirement provoqué par Georges Laraque, le dénouement de la soirée ne faisait plus de doute. Le jeu a été plus viril, et les Penguins ont obtenu quelques jeux de puissance. Il y a eu un peu de brasse-camarade vers la toute fin.

En voir plus