Skip to main content

Les Sénateurs ont donné le ton rapidement et ont dominé les Penguins

L'attaque anémique d'Ottawa marque quatre fois en première période au cours d'un gain dans le match no 3

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

OTTAWA - Il aura fallu 48 secondes. Quarante-huit secondes pour que les Sénateurs d'Ottawa comprennent que ce match ne serait pas comme le match no 1 ou le match no 2, qu'il ne s'agirait pas d'un match où ils en arracheraient offensivement. 

Ce constat a été confirmé plus tard en première période lorsqu'ils ont touché la cible à 10:34, 12:28 et 12:52, inscrivant trois buts en 2:18 afin de transformer un autre match potentiellement serré en un massacre.

Les Sénateurs ont répondu à toutes les questions qui leur ont été posées mardi, alors qu'ils se faisaient demander d'où et de quelle manière leur attaque allait-elle se manifester contre les Penguins de Pittsburgh dans cette finale de l'Association de l'Est, et ils ont par la suite dominé le match no 3 en l'emportant 5-1 au Centre Canadian Tire mercredi, ce qui leur a permis de prendre les devants 2-1 dans cette série quatre de sept. 

« Nous étions simplement en vie », a noté l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher. 

Il est difficile de le contredire. Et cela a montré aux Penguins qu'ils ne sont pas les seuls à pouvoir marquer dans cette série. 

Les Penguins ont inscrit 44 buts en 15 matchs, après avoir été fait vibrer les cordages une seule fois dans le match no 3, courtoisie de Sidney Crosby. Les Sénateurs ont réussi 41 buts en 15 matchs. Le gouffre n'est pas aussi grand que le laisse croire la perception générale. 

« Nous misons sur les joueurs et le talent pour jouer du bon hockey offensif lorsque nous obtenons des chances, a souligné le défenseur Erik Karlsson. Aujourd'hui, je crois que nous avons profité des chances que nous avons eues. Ce sera un peu différent au cours d'autres rencontres, nous ne serons pas toujours en mesure d'envoyer la rondelle aussi facilement, mais je pense que l'essentiel pour nous est de nous assurer de bien jouer aux deux extrémités de la patinoire, et nous avons passé beaucoup de temps là-dessus toute la saison afin de nous retrouver dans la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. 

« Que nous l'emportions 1-0 ou 5-1, comme aujourd'hui, je ne crois pas que cela ait une importance. Nous savons encore ce que nous devons faire sur la glace pour connaître du succès en tant que groupe. »

Il est cependant toujours plaisant de regarder le tableau d'affichage et de voir une avance de 4-0 à mi-chemin en première période.

Le tout a commencé avec une première poussée et une étrange séquence, qui s'est conclue avec Mike Hoffman qui a poussé le disque derrière le gardien des Penguins Marc-Andre Fleury depuis le poteau gauche après 48 secondes de jeu. 

« C'est ainsi que nous voulions entreprendre la rencontre, a affirmé l'attaquant Kyle Turris. Nous avions été amorphes en troisième période à [Pittsburgh] pour mettre un terme à nos deux parties là-bas, et nous voulions connaître un meilleur départ ce soir, générer plus d'énergie offensivement et appliquer un peu de pression sur eux. »

C'est ce qu'ils ont fait, et le but de Hoffman a été suivi de ceux du défenseur Marc Methot et des attaquants Derick Brassard et Zack Smith, ce dernier filet ayant pour conséquence de sortir Fleury de la rencontre à la faveur de Matt Murray. 

Cette avance a été gonflée à 5-0 grâce à un but de Turris à 18:18 de la période médiane. 

Les Sénateurs se sont affirmés et ont, du même coup, poussé les Penguins à y aller d'une introspection.

« Nous devons être plus prêts à amorcer les matchs, a mentionné l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. D'accorder un but très tôt à une équipe qui joue chez elle, ça lui insuffle énormément d'énergie. » 

Les Sénateurs étaient prêts. Les Penguins ne l'étaient pas. 

« Nous avons joué de la manière dont nous le voulions, et nous sommes revenus au style qui fait en sorte que nous passons plus de temps dans leur zone et que nous nous défendons moins, a affirmé le défenseur Dion Phaneuf. Vous avez pu voir que dès la mise en jeu initiale, et probablement les cinq ou six premières minutes, nous avons vraiment poussé le jeu en zone offensive, et nous avons été en mesure de générer de l'attaque à partir de là. Ce départ a été très important pour nous. »

Le reste de la rencontre a été tout aussi important. Les Sénateurs ne se sont pas contentés de simplement dominer la première période. Ils n'ont pas laissé les Penguins revenir dans la rencontre. Ils ne leur ont pas permis d'y aller d'une poussée en troisième période comme ce fut le cas dans le match no 2, ils ne leur ont laissé aucune ouverture. Et lorsque ce fut le cas, le gardien Craig Anderson (25 arrêts) était là pour la refermer. 

Même si le résultat - le nombre de buts marqués, l'écart final, la domination - n'était peut-être pas attendu, les Sénateurs n'ont pas permis aux Penguins de retrouver leurs repères. Et c'est ce qu'ils devront faire à nouveau dans le match no 4 à Ottawa vendredi (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC). 

« Avant la rencontre, j'aurais prédit que le match allait se terminer avec un écart d'un but, a admis Hoffman. Ils forment une très bonne équipe de hockey. C'est simplement qu'il y avait beaucoup d'énergie et d'émotion dans ce vestiaire à notre retour ici, pour notre premier match de la finale d'association contre les champions en titre.

« Nous étions donc excités. Nous étions prêts à jouer. Tout cela a paru sur la glace. »

En voir plus